Habillage fond de site

­Une journée pour donner un coup de pouce à son projet

jeudi 2 février 2017

Adie microcrédit

Célina Poroi, conseillère à l’Adie en charge de la Presqu’île,
est joignable au 87.32.17.97. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Une journée d’information était organisée mercredi, à Taravao, à l’occasion de la Semaine du microcrédit de l’Association pour le droit à l’initiative économique, en collaboration avec plusieurs partenaires. Dès l’ouverture, les porteurs de projet étaient au rendez-vous pour trouver des solutions de financement dans divers domaines d’activité. Trois d’entre eux ont accepté de partager l’avancement de leurs démarches, à l’issue de leur entretien.

Hier, trois représentants de l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) ont tenu un stand d’information sous le fare pote’e du parc Teaputa, à Taravao, dans le cadre de la 7e édition de la Semaine du microcrédit.
Des agents de la direction des ressources marines et minières (DRMM), du service du développement rural (SDR) et de la chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM) étaient à leurs côtés pour répondre aux interrogations des porteurs de projet, en fonction de leur secteur d’activité de prédilection.

Dès l’ouverture, à 9 heures, les entretiens se sont enchaînés. “On commence par leur présenter l’Adie et ses missions. On discute avec eux pour connaître leur projet et déterminer leurs besoins. On prend leurs coordonnées pour pouvoir les relancer, pour le montage de leur dossier, mais aussi pour l’accompagnement, car on donne des formations collectives et gratuites à Taravao, qu’on peut éventuellement délocaliser dans les communes, s’il y a suffisamment de participants”, explique Célina Poroi, conseillère en charge de la Presqu’île, qui partage son temps entre l’antenne locale, située au premier étage du magasin Super U, et le terrain.

“Les gens ont besoin de matériel pour se lancer“

 

Sur cette partie de l’île, plus de la moitié des demandes concernent le secteur primaire, de la pêche à l’agriculture, en passant par l’artisanat, représenté sur place par une jeune porteuse de projet de Papara. Du côté des services, hormis les commerces, le métier d’assistante de vie est en plein essor.

“Quel que soit le secteur d’activité, généralement, les gens viennent nous voir parce qu’ils ont besoin de matériel pour se lancer ou se développer, comme un stock de tissus ou une machine à coudre pour une couturière, un broyeur ou un élagueur télescopique pour un agriculteur”, précise Célina Poroi.

En moyenne, les prêts accordés oscillent entre 300 000 et 400 000 F.
“On évite de partir sur des montants trop élevés la première fois, en sachant qu’ils ont la possibilité de refaire un prêt par la suite, à partir du moment où ils ont officialisé leur activité”, ajoute la conseillère. L’an dernier, une centaine de résidents de la Presqu’île ont pu bénéficier de ce dispositif.

 

A.-C.B.

137
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete