1 100 supporters à la Présidence pour suivre le match sur écran géant

    lundi 11 juillet 2016

    Quelques supporters portugais ont savouré leur victoire. (Photo : Élénore Pelletier)

    Quelques supporters portugais ont savouré leur victoire. (Photo : Élénore Pelletier)


    “On y a cru jusqu’au bout”

     

    Les Bleus ont perdu ! Déception ! Mais les Français de Polynésie sont bons perdants.

    Pas question de rentrer morose à la maison après la défaite de l’équipe de France. La bringue prévue en cas de victoire a quand même eu lieu.

    “Faut bien qu’on décompresse maintenant, après le match qu’on a vécu ! Alors, on va quand même fêter ça… On était en finale, tout de même”, explique Mixtape, à la sortie du match.

     

    Hier matin, la présidence avait ouvert ses portes à tous les supporters polynésiens pour assister sur grand écran au choc des titans France-Portugal.

    Et ils sont nombreux, toutes générations confondues, à avoir fait le déplacement pour supporter les hommes de Didier Deschamps. Les 1 100 places assises prévues pour l’occasion ont toutes été prises d’assaut. Pas de doute : les Polynésiens aiment le foot.

    “C’est un événement grandiose. On a regardé les autres matchs à la maison, mais là, pour la finale on est venu pour être dans l’ambiance, pour être avec les copains, et pour partager les moments d’émotions avec tout le monde. C’est important de se rassembler pour supporter les Bleus. On est Français tout de même”, s’exclame la famille Opuu.

    Le président Édouard Fritch, et une partie de son gouvernement, ainsi que le haut- commissaire René Bidal étaient également présents.

     

    Avant le coup d’envoi du match, les pronostics étaient très optimistes pour les Français.

    “2-0 pour la France”, selon certains, “3-1 pour les Bleus”, selon d’autres… “Moi, je prévois 4-0 pour la France, avec deux buts de Griezmann, un de Payet et un de Giroud”, assure Edwin. Début de match, les Français mènent le jeu. Les Polynésiens jubilent.

    Sortie de Ronaldo… Le public est déçu. “Ça fausse le jeu. Le match est déséquilibré, maintenant. Ça aurait été mieux qu’il reste, il y aurait plus de piquant pour la suite”, lance Yannick, fervent supporter des Bleus, venu assister au match avec sa femme.

     

    “C’est stressant”

     

    Fin de la première mi-temps, aucun but marqué. Les supporters polynésiens revoient alors leurs pronostics à la baisse, avec un score de 1-0 pour les Français.

    La deuxième mi-temps reprend. Le stress commence à se faire sentir dans le public. Les yeux braqués sur l’écran, certains prient, d’autres se rongent les ongles. Chaque belle action des Bleus est applaudie avec enthousiasme. L’ambiance commence à chauffer.

    À la fin de la deuxième mi-temps, toujours pas de but côté Français et un score toujours nul… Mais le public y croit encore.

    “Les Portugais sont en train de jouer comme les Grecs, il y a une dizaine d’années : Tout en défense et on attend que ça passe. Ce n’est pas ça qui rend amoureux du football. Avec leur jeu, les Français confirment qu’ils ont du potentiel. Ça va passer. Qu’ils continuent à attaquer. Ils vont gagner”, veut croire Jean-Michel, arrivé de métropole, la veille, avec toute sa famille.

     

    Finalement, dans la deuxième partie de la prolongation, contre toute attente, les Portugais ouvrent le score. C’est le désespoir du côté du public. Quelques drapeaux portugais s’élèvent dans la foule, mais restent discrets.
    Cette fois, la tension est à son comble. Tout le monde veut y croire… Plus que quelques minutes pour que les Bleus marquent un but. C’est faisable !

     

    “On en peut plus, ce match joue avec notre cœur. C’est stressant… Mais ils vont gagner, c’est sur. Ils ont encore le temps”, affirment deux jeunes supportrices maquillées aux couleurs du drapeau français.
    Mais les Bleus n’égaliseront pas. C’est pourtant avec le sourire aux lèvres que les supporters quittent le grand chapiteau de la Présidence.

    “C’est sur, on aurait aimé que la France gagne, mais c’était un très bon match. Les deux équipes ont bien joué. Et les Portugais ont su transformer le peu de chances qu’ils avaient”, conclut Édouard Fritch.

    “C’était un bon match. On y a cru jusqu’au bout et on ne regrette pas d’être venu. Maintenant, il va falloir se rassasier parce que toutes ces émotions nous ont donné faim”, lance un supporter avant de quitter les lieux.

     

    É.P.

    Le président Édouard Fritch, et une partie de son gouvernement, ainsi que le haut-commissaire René Bidal ont assisté au match. (Photo : Élénore Pelletier)

    Le président Édouard Fritch, et une partie de son gouvernement, ainsi que le haut-commissaire René Bidal ont assisté au match. (Photo : Élénore Pelletier)

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete