Habillage fond de site

150 millions pour le logement étudiant

jeudi 1 décembre 2016

logement étudiant

“Un élève qui est mal logé ne peut pas réussir et nous n’avons pas le droit d’échouer sur ce coup-là”, a déclaré Édouard Fritch. Autour des fonds baptismaux de ce nouveau dispositif étaient présents la ministre de l’Éducation, Nicole Sanquer, le ministre du Logement, Tearii Alpha, le président de l’université, Éric Conte, la présidente de l’AISPF, Antonina Bambridge,
et sa directrice, Vaiatu Frogier, ainsi que des représentants des associations étudiantes. (© Caroline Perdrix)

 

Le casse-tête du logement auquel sont confrontés les étudiants à Tahiti empire d’année en année. Les résidences universitaires sont pleines. Et si le gouvernement a annoncé plus d’un milliard d’investissement, avec le démarrage, au deuxième trimestre 2017, de la construction de 83 logements pouvant héberger 160 étudiants à Outumaoro, ainsi que la réhabilitation de l’immeuble Van Bastolaer à Papeete au début de l’année prochaine, l’urgence est bien là.

C’est pourquoi Édouard Fritch a signé, hier, avec l’Agence immobilière sociale de Polynésie française (AISPF), une convention sur le logement étudiant. L’AISPF, une association loi de 1901 qui reloge dans le parc locatif privé des familles en difficulté financière et sociale, voit sa mission étendue aux étudiants.

Ainsi, grâce à une subvention supplémentaire de 150 millions de francs – soit le double de son budget – l’AISPF va pouvoir trouver des logements aux étudiants et financer l’essentiel de leur loyer. 

“Cela rentre tout à fait dans l’objet de l’association”, a déclaré sa présidente Antonina Bambridge. “Nous sommes là pour aider les familles à se stabiliser et à trouver un nouveau souffle. Réussir ses études pour échapper à la précarité, c’est du même ordre.”

 

Loyer de 15 000 F par mois

 

L’AISPF s’adresse, là aussi, aux plus modestes. Le public visé est celui des étudiants boursiers, originaires des îles ou de la Presqu’île. Ils n’auront à débourser que 15 000 F par mois, le solde du loyer étant pris en charge par l’AISPF qui se charge de recenser les logements privés vacants. Assiduité et réussite aux examens seront également parmi les critères pris en compte pour l’attribution.

L’Université de la Polynésie française (UPF) et l’AISPF vont travailler ensemble pour faciliter le traitement des dossiers : ceux qui n’ont pas pu être satisfaits jusqu’ici seront transmis à l’AISPF et ne devraient pas avoir à fournir de pièces supplémentaires. L’AISPF s’est déclarée prête à répondre dès aujourd’hui aux demandes d’information des étudiants.

De son côté, le président de l’UPF, Éric Conte, a évoqué la possibilité de créer, comme en métropole, un centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous), qui deviendrait un guichet unique.

Le Crous est une sorte de service public de la vie étudiante qui regroupe les thématiques des bourses, du logement, de la restauration universitaire, de l’action sociale, de la santé, du sport et de la culture.
Tearii Alpha, ministre du Logement, a, lui, indiqué que le Pays travaillait à des modifications du dispositif d’État de l’aide au logement étudiant, récemment étendu lui aussi au parc locatif privé, mais dont le calendrier n’est pas en phase avec l’année universitaire polynésienne.

C.P.

 

capture-decran-2016-12-01-a-10-25-15

3
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete