18 mois de prison ferme pour le mari ultra-violent

mardi 12 mai 2015

Un homme de 32 ans a écopé d’une peine de 24 mois de prison dont 6 mois avec sursis, hier après-midi en comparution immédiate, pour avoir rossé sa jeune compagne de 19 ans avec une violence inouïe, vendredi dernier au domicile du couple à Paea. La partie ferme de sa peine, soit 18 mois, a été assortie d’un mandat de dépôt pour la maison d’arrêt de Nuutania, ou il a été conduit par les gendarmes à l’issue de l’audience. Comme la loi l’y autorise désormais ce pêcheur de profession, a choisi de se taire et n’a répondu à aucune question de la présidente du tribunal : « Je vais aller à Nuutania, je le sais, je le mérite mais je veux vivre avec ma femme » a-t-il simplement déclaré au cours de sa garde à vue.

C’est la troisième condamnation du tane pour de telles violences envers sa compagne, épousée il y a pourtant à peine cinq mois. Et malgré ces mauvais traitements, la malheureuse n’a pas souhaité porté plainte ni se constituer partie civile. Le bras gauche dans le plâtre et un cocard à chaque œil, toujours bien visible, quatre jours après les faits, la jeune femme continuait à chercher son homme des yeux hier dans la petite salle d’audience du palais de justice, espérant lui soutirer un dernier baiser avant son départ pour la maison d’arrêt.

Il la roue de coups, à moitié nue sur la terrasse

 

« Je tiens à vous dire que je ne souhaite pas déposer plainte », avaient d’ailleurs été les premiers mots de la victime aux gendarmes venus prendre des nouvelles de son état de santé à l’hôpital de Taravao, ou elle a été conduite d’urgence quelques heures après les faits. « Je l’aime et je veux lui donner une seconde chance, je lui pardonne, il avait bu. Je vais l’aider à se sortir de l’alcool », a poursuivi la frêle jeune femme qui s’est pourtant vu délivrer 15 jours d’incapacité totale de travail (ITT) par le corps médical.

Et pour cause. Quand les gendarmes sont arrivés au domicile du couple, répondant à l’appel au secours de la mère du prévenu, c’est une jeune femme allongée par terre qu’ils ont découvert, vêtue d’un simple slip et d’un soutien-gorge, son mari à califourchon sur elle en train de lui mettre des coups de poings au visage. « Son corps était recouvert de sang, elle gémissait et se plaignait de douleurs à la tête », raconte un militaire. Les gendarmes découvriront par la suite que l’homme l’avait auparavant frappée à coup de casque de moto, jeté un ventilateur en pleine figure, tapé avec un outil à débourrer les cocos et même tirée par les cheveux pour lui cogner le crâne contre le sol. Interrogée, la mère du prévenu a fait état de disputes régulières au sein de ce couple parent d’un jeune enfant de 2 ans, et placé en famille d’accueil pour cette raison. Un prévenu au profil de tyran domestique qui empêchait sa compagne de sortir, et même simplement d’aller à la plage, s’il ne lui en donnait pas l’autorisation. C’est d’ailleurs parce que le tane avait finalement décidé que le couple allait rester à la maison alors qu’une sortie était prévue avec les copains du quartier que le ton est monté. A noter enfin que le trentenaire, à l’occasion de sa précédente condamnation, avait effectué un « stage de citoyenneté » au cours duquel lui avait été rappelé les devoirs d’un mari envers son épouse.

 

Compte rendu d’audience Raphaël Pierre

Ploup 2015-05-12 08:47:00
quelle grosse merde ce type, 18 mois non mais sans déconner, 10 ans minimum.
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete