Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

18 mois ferme : Le jeune couple de SDF volait dans les pensions pour survivre

vendredi 1 septembre 2017

justice

“Comment des Polynésiens peuvent se conduire ainsi avec des touristes qui font vivre ce Pays ?”, s’est interrogé le procureur. (© Florent Collet)

“Ce genre de comportement rend difficile de se sentir en sécurité dans le paradis tahitien. En même temps, le paradis tahitien vous n’en profitez pas.” Cette phrase prononcée par le président du tribunal résume, à elle seule, l’affaire impliquant M.M., un jeune homme de 26 ans, et M.C., sa concubine de 22 ans.

Durant le mois d’août, ils ont volé dans plusieurs pensions de Papeete et Paea, parfois dans différentes pensions le même jour.

Durant l’enquête, ils ont ainsi reconnu cinq différents vols commis, avec un objectif “voler les touristes dans les maisons d’hôtes”. Des aveux pas forcément nécessaires.

Suite à leur interpellation, en plus du butin de leurs vols, les agents de la DSP ont retrouvé le carnet intime de la jeune fille, où tous les vols, ainsi que les receleurs, étaient soigneusement consignés.

De l’argent liquide mais aussi des téléphones, des disques durs externes et des objets de valeurs facilement revendables à un prix bien en dessous de leur réel montant.

Grâce à cela, les jeunes pouvaient ainsi acheter à manger mais aussi prendre une nuit dans une pension pour trouver de nouvelles victimes.

Après le vol d’un touriste, le week-end dernier, leur présence dans la pension avait fait l’objet d’un signalement. Le lendemain, la police est appelée dans un hôtel de la ville pour une dispute conjugale.

Sur place, la DSP fait le rapprochement avec les voleurs de la pension. Malgré leur jeune âge, le couple, ensemble depuis sept ans et parents d’un enfant de cinq ans confié aux grands-parents, affiche un très lourd casier judiciaire, la plupart du temps pour vol, parfois avec violence.

Pas de quoi attrister la jeune femme, qui semble esquisser un sourire lorsqu’une victime énumère les objets qui lui ont été dérobés.

Le président du tribunal sourcille, puis s’adresse à elle : “Pourquoi rigolez-vous ? Avec cette affaire et votre casier, il n’y a pas de quoi rire.”

Avant même d’être majeur, le couple semble déjà s’être inscrit dans la délinquance, poussant leurs familles respectives à les mettre dehors. M.C. suivait un CAP coiffure, mais a dû arrêter, son conjoint étant jaloux.

En plus des vols, pour tenter de subsister, lui répare des deux-roues, elle doit parfois se prostituer. “Vous avez un projet de vie plus normale pour prendre en charge votre enfant ?” s’interroge le président du tribunal. Il n’obtient pas de réponse. “Comment des Polynésiens peuvent se conduire ainsi avec des touristes qui font vivre ce Pays, l’aident à se développer ? Vous les découragez. Quand vous faites cela, le lendemain, le monde entier est au courant”, s’irrite le procureur, qui demande deux ans de prison ferme.

En réponse, l’avocat des prévenus explique : “Ils ne profitent pas de la destination Polynésie. Ils ont été chassés par leurs familles qui n’ont jamais assumé leur éducation. Ils ont toujours été livrés à eux-mêmes. Ils ont volé pour survivre, au jour le jour.”

Au final, ils écopent chacun de deux ans de prison, dont 6 mois avec sursis avec mandat de dépôt. 

 

F.C.

 

 

120
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete