200 heures de TIG pour les deux voleurs du salon de coiffure de Taravao

vendredi 17 juillet 2015

Ils ont échappé au mandat de dépôt, comme le réclamait le parquet, synonyme d’aller direct à Nuutania. Les deux hommes qui ont commis un vol avec violence, le 4 juillet, dans un salon de coiffure de Taravao ont été condamnés, hier par le tribunal correctionnel, à effectuer 200 heures de travail d’intérêt général (TIG) et à indemniser leurs victimes sous peine d’être incarcéré à la maison d’arrêt. Au début du mois, les deux prévenus, 19 et 20 ans, s’étaient rendus à la Presqu’île sur un scooter que l’un d’eux avait dérobé, la veille, à une connaissance. En arrivant à hauteur du salon de coiffure, ils avaient repéré la gérante, Annie, une “mamie d’1,50 m”, comme elle se qualifie, elle-même, mais surtout son sac à main, qui trônait sur un siège. Pendant que l’un attendait sur le deux-roues, l’autre était entré dans le commerce, casque intégral sur la tête, pour empoigner le sac à main de la victime. “J’ai essayé de le pousser. Il a saisi mon sac. C’est violemment qu’il a agi. Un grand garçon comme ça avec une mamie…, c’est inacceptable”, a témoigné Annie, encore tremblante à la barre. Outre 100 000 F en espèces, les deux malfrats sont repartis avec son téléphone portable, ses cartes de crédit, divers papiers, mais aussi une lettre de son père qu’elle conservait précieusement et que les gendarmes n’ont pas retrouvée. Comme le reste d’ailleurs.

“C’est lamentable”
Interrogés par la présidente, les deux hommes ont déclaré avoir agi sur un coup de tête. “Peut-être que je suis dépressif”, a lâché le premier, séparé depuis peu de sa compagne. Et d’ajouter : “Je suis carrément accro au paka, à l’alcool. J’ai aussi pris de la cocaïne, de l’ice…” Après avoir commis le vol, les deux hommes avaient décidé de cacher leur scooter dans une maison abandonnée de Taravao avant de rentrer vers Papeete en stop. Le téléphone volé à la victime permettra, cependant, aux gendarmes de les identifier puis de les arrêter.
“Ces faits sont du domaine de ce que je considère comme inadmissible (…) C’est lamentable”,  a tonné la procureure dans ses réquisitions en réclamant six mois de prison ferme à l’encontre des prévenus.
“Ma cliente est extrêmement traumatisée par ce qui lui est arrivé”, a renchéri l’avocat de la coiffeuse. Celui des deux hommes a, pour sa part, appelé le tribunal à la “clémence” : “Il n’y a eu aucun coup porté. Nous avons affaire à deux pieds nickelés et pas aux criminels du siècle”. À l’annonce du jugement, Annie s’est montrée satisfaite, même si elle ne se fait que peu d’illusions quant à son indemnisation : “Si on peut les amener sur le chemin du travail, c’est bien”. La mère de l’un des deux jeunes est également venue lui présenter ses excuses. Les deux femmes se sont quittées sur une embrassade.

Compte rendu d’audience J-B.C. 

Titaua de Mahina 2015-07-18 07:07:00
Si, si, c'est très encourageant comme verdict... pour les voleurs.
pua veoveo 2015-07-17 14:31:00
C'est que du chalala ce verdict.

J'ai été victime de vol et pareil le voleur a été condamné a m' indemniser sous peine d’être incarcéré à la maison d’arrêt.

Et bien il a payer quedal, et le juge d'application des peines ma fait payer un huissier pour lui ordonner de me payer pour rien puisque le voleur étai insolvable.
umara pe 2015-07-17 14:09:00
" accro au paka, à l’alcool. J’ai aussi pris de la cocaïne, de l’ice…"

Et si on commencé a soigner les toxico au lieu de les foutres systématiquement en taule et qu'il récidive des leur sorti.
lebororo 2015-07-17 12:56:00
Je ne sais pas si c'est encourageant?
La famille des "adolescents" devraient payer la mémé!
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete