2015 rétrospective people – Des beautés, du buzz, des bides et du bonheur 

    lundi 4 janvier 2016


    Justin Bieber, exhibition et désinformation à Bora Bora

    “Bieber échappe de justesse à une attaque de requin” : c’est le titre d’un article publié au mois de juillet dernier sur le site de TF1. La chaîne de télévision française a beau être l’un des plus grands médias métropolitains et même européens, elle peut parfois se fourvoyer. Elle reprend, en effet, les dépêches de plusieurs sites people, selon lesquels le chanteur canadien aurait évité la mort de peu, en Australie, alors qu’il surfait avec son ami photographe Joe Termini.
    De nombreux médias internationaux ont repris cette information en tout point erronée.
    À la base, c’est le chanteur lui-même qui a induit les médias en erreur. Celui qui a longtemps détenu le record de la vidéo la plus visionnée sur YouTube avec le clip de Baby est un faiseur de buzz. Il l’a une nouvelle fois prouvé. Sur sa page Instagram, suivie par 32 millions de personnes, il a posté une photo de son ami photographe, le torse ensanglanté, avec une large entaille sur la cage thoracique. En commentaire, le jeune homme de 21 ans explique : “Voilà exactement pourquoi je déteste les requins, on nous avait dit que ceux du récif ne mordaient pas.”
    Si la presse internationale est tombée dans le panneau, les surfeurs du récif ou les victimes de morsures de requin ont dû être dubitatifs en voyant cette blessure. Un avis confirmé par le corps médical et scientifique : “Ce n’est pas une morsure de requin. Un squale n’a pas que deux dents. Or, il y a deux plaies bien distinctes. Ensuite, les plaies de requins sont plus délabrées. Un requin, ça mord. Là, on voit plus une traînée. Cela ressemble plus à une blessure sur le récif”, argumente Thomas Athenol, infirmier itinérant dans les îles, qui, pendant 16 ans, a soigné à de nombreuses reprises des blessures de requin, ou de récif. Interrogé à ce sujet, Pierre Paolo, doctorant actuellement au Criobe pour étudier les requins, est du même avis : “Cela ressemble plus à quelqu’un qui s’est râpé le torse en tombant d’un ponton qu’à une victime de morsure de requin. Un ami à moi s’est fait la même chose en heurtant une patate de corail.”
    Par ailleurs, contrairement à ce que disent les médias, le chanteur n’était pas en Australie mais bien au fenua.  Sur un cliché publié précédemment, il n’est pas difficile de reconnaître les pilotis du Méridien Tahiti, puis ceux du Saint-Régis Bora Bora. Le chanteur ne fera plus de secret sur sa destination de vacances, le lendemain, avec une photo entièrement nu, de dos, face au mont Otemanu. Un cliché qui va littéralement mettre le feu au web et être commenté et partagé aux quatre coins du globe.
    Quelques mois plus tard, en octobre, c’est le côté pile du jeune chanteur canadien qui est dévoilé par les médias internationaux. Cette fois, c’est un paparazzi qui a réussi à arracher ce petit morceau d’intimité, et non la star. En revanche, l’interprète de What do you mean s’affiche sur les réseaux sociaux aux côtés de l’un des monstres de la boxe, désormais à la retraite, l’illustre Floyd Mayweather. Une vidéo des deux hommes chantant à un karaoké sur la perle du Pacifique fuite sur YouTube, et des mariés japonais en lune de miel sur l’île ont le plaisir de pouvoir être immortalisés avec Justin Bieber pour leurs photos de mariage.

     

    Tahiti, RED dingue de Matt Pokora

    “Tahiti est unique et fait partie de ces endroits magiques et exceptionnels, où on a toujours envie de revenir. J’aimerais visiter ce beau pays, découvrir ses îles, et je pense qu’il y aura toujours moyen d’y revenir en vacances.” Toutes les jeunes filles en sont fans, mais lui, c’est de Tahiti dont il est amoureux. En débarquant à Tahiti-Faa’a, c’est la troisième fois qu’il vient au fenua après des séjours, en septembre 2005 puis novembre 2006, dont il repartira avec un souvenir impérissable de snorkeling dans le lagon et à l’encre indélébile sur sa jambe gauche. Cette fois, c’est un “show digne de Las Vegas”, selon l’artiste, qui aura à jamais marqué les 4 000 spectateurs venus le 12 septembre dernier à To’ata à l’initiative de Radio 1 et Gilbert Coullier Productions. Désormais âgé de 29 ans, le chanteur danseur tatoué, révélé par l’émission Pop Stars en 2003, n’a pas changé à Tahiti la recette de sa tournée RED (rythmes extrêmement dangereux) qui réunit des dizaines de milliers de spectateurs lors de 64 dates en France, en Belgique, en Suisse et en Nouvelle-Calédonie.
    Sur scène, Matt Pokora, accompagné de ses danseurs et acrobates, a proposé un spectacle de haute volée, sans aucun doute l’un des plus beaux que To’ata ait accueilli avec au menu de magnifiques reprises (Michael Jackson, Prince), les derniers tubes de son album RED avec notamment celui dédié aux parents divorcés Mieux que nous, On danse, Voir la nuit s’emballer ou encore Cœur voyageur et bien sûr des incontournables tels que À nos actes manqués ou encore Elle me contrôle, Juste une photo de toi, réorchestrée pour l’occasion, en passant par Juste un instant.
    L’interprète de la comédie musicale Robin des Bois a montré toute l’étendue de ses talents. Matt Pokora est devenu à la fois un brillant interprète et un artiste de scène de haute qualité. Il communie aussi bien avec son équipe que son public, offrant ainsi un spectacle riche en rythme, mais également en émotion et en partage.
    Un partage qu’il poursuivra durant son séjour, notamment avec les danseuses de Hei Tahiti venues se produire dans son hôtel.

    Une année riche en miss

    Un podium à Miss France, un top 10 à Miss Monde et les candidates de 31 régions françaises au fenua. Si la couronne nationale continue d’échapper à l’ambassadrice de la beauté polynésienne, rarement les miss ont autant marqué l’actualité.
    Tout débute au mois de juin dernier avec une passation de pouvoir et une grande nouvelle. Sylvie Tellier est alors à nouveau à Tahiti, accompagnée de Miss France 2015, Camille Cerf. Elles assistent au sacre de Vaimiti Teiefitu à la mairie de Papeete. La jeune femme de Mahina, étudiante en prépa-HEC, succède ainsi à Hinarere Taputu lors d’une élection qui prendra fin sous une pluie battante. Celle qui a entamé une carrière de mannequin dès l’âge de 13 ans devance Wayan Dedieu, Océane Duchemin et Heru Shan
    Hang.
    “Tous les ans, je suis très contente de la miss qui est élue. Je pense que le public est en accord avec la décision du jury, donc cela me convient très bien. Vaimiti me paraît complète, elle a tout. Elle est grande, elle est belle et intelligente”, explique Leiana Faugerat, la directrice du comité local, à l’issue de l’élection. “Elle était très à l’aise malgré son jeune âge et cela a joué en sa faveur. Elle a séduit le jury à une grande unanimité et aussi les gens qui ont voté par téléphone. C’est un concours de beauté et elle a un très beau profil. C’est une très grande beauté physique”, confirme, de son côté, Sylvie Tellier.
    Le sacre de Vaimiti Teiefitu a semblé être une évidence pour beaucoup, mais celle, dont les deux parents sont d’origine marquisienne, n’est pas née reine de beauté. “Selon ma maman, je n’étais pas un beau bébé”, nous confiera la nouvelle miss au lendemain du sacre. “Elle avait un angiome, une tache sur le front. Mais en grandissant, elle a bien changé, elle est devenue magnifique”, explique sa maman. “Quand j’ai chaud, que je stresse ou que je pleure, cela ressort. Lors de l’élection,
    cela ne s’est pas vu, il y avait le maquillage”, ajoute, amusée, notre ambassadrice de charme.
    La soirée du 19 juin dernier reste également gravée dans la mémoire de Hinarere Taputu. Quelques instants avant de laisser son trône à Vaimiti Teiefitu, Sylvie Tellier lui apprend une grande nouvelle, c’est elle qui représentera la France lors de Miss Monde en décembre à Sanya en Chine. “Je ne m’y attendais pas du tout. Je m’étais dit que si cela n’arrivait pas, c’est que quelque chose d’autre m’attendait ailleurs.”
    Fin novembre, la Polynésie vit au cœur de l’élection de Miss France. Invitées par le GIE Tahiti Tourisme, les 31 candidates à la couronne nationale débarquent à Tahiti, accompagnées du staff de l’élection, Sylvie Tellier en tête, d’une équipe de tournage et de journalistes métropolitains. Les belles sont venues tourner à Tahiti et Moorea des vidéos destinées à être diffusées devant des millions de téléspectateurs “et pour percer le secret des Polynésiennes qui sont parmi les plus belles femmes du monde”, répète inlassablement Sylvie Tellier. Pour des questions de droit d’image, il est parfois difficile d’approcher les miss, un défilé à la présidence ouvert à tous permet tout de même une rencontre entre les candidates régionales et la population.
    Quelques jours plus tard, tout ce joli petit monde se retrouve sous des latitudes bien moins réjouissantes, dans le froid du Nord, à Lille, pour l’élection de Miss France. Après les deuxièmes places de Hinarani de Longeaux, Mehiata Riaria et Hinarere Taputu, le papa de notre représentante croit, comme tout un pays, en les chances de Vaimiti Teiefitu. “Il y a un dicton qui dit jamais deux sans trois. Mais jamais trois sans quatre n’existe pas.” La prévision est juste, hélas, pas dans le sens espéré. Vaimiti n’a pourtant pas à rougir de sa place de deuxième dauphine. À 19 ans, elle permet à Tahiti de finir pour la cinquième fois consécutive sur le podium. C’est son amie Miss Martinique qui remporte l’écharpe jusque-là attribuée aux Tahitiennes, et pour la deuxième année d’affilée, le Nord-Pas de Calais l’emporte avec Iris Mittenaere.
    Un peu plus tôt, de l’autre côté du globe, alors qu’il fait encore nuit à Tahiti, Hinarere Taputu ne démérite pas non plus. Avec l’écharpe tricolore et le charme polynésien, elle parvient à se hisser parmi les dix finalistes à Miss Monde, sans réussir à monter sur les cinq dernières marches. L’explication de vote du jury permettra de savoir un peu plus tard que la jeune femme est devenue, ce soir-là, la
    sixième plus belle femme du monde. 

     

    Kev Adams à la Punaruu

    Chouchou des 7-14 ans, selon le Journal de Mickey, mais aussi dans le top 20 des personnalités les plus détestées des Français, Kev Adams a fait l’unanimité à Tahiti, où il s’est produit le 17 juin dernier au stade de la Punaruu dans le cadre de sa tournée pour son dernier spectacle Voilà voilà. Révélé par la série Soda, Kev Adams a ainsi réussi l’exploit de réunir plus de 4 000 personnes un mercredi.

     

    Maître Gims et Black M : superstars à histoires

    Ils caracolent en tête des classements de vente de singles et d’écoute sur Internet et leurs titres tournent en boucle sur les radios. Et pourtant, si Tahiti est un public souvent loué par les stars pour sa chaleur, il ne se contente pas des seuls succès commerciaux pour apprécier un artiste. Rarement souriant, toujours caché derrière ses lunettes de soleil, Maître Gims a réjoui ses fans, mais n’a pas laissé un souvenir impérissable. Quant à Black M., son concert n’a pas eu lieu et le producteur est parti avec la caisse.

     

    UB 40 : toujours rugissants

    Ils ont quelques cheveux blancs en plus, mais leur talent, lui, n’a pas pris une ride. Déjà venus en concert en 2006, les Anglais, auteurs de tubes particulièrement populaires à Tahiti tels que Red Red Wine ont rempli une nouvelle fois To’ata. “Tahiti, pour nous, c’est comme aller au paradis avant l’heure. Venir à l’autre bout du monde et entendre des milliers de gens qui reprennent nos chansons, c’est une chose inoubliable”, nous a confié James Brown, le batteur du groupe. Rendez-vous en 2024 ?

     

    Garou, la voix rock

    “De -30 à +30 °C, c’est tout de même un choc thermique impressionnant, mais il y a une autre chaleur, l’étincelle dans les yeux des gens ici, toujours fun, festifs, accueillants. C’est doublement chaleureux.” Il n’a pas fallu beaucoup de temps au chanteur canadien pour cerner le public tahitien. Malgré une grosse averse en début de concert, l’interprète de Sous le vent a fait le plein à To’ata. Le chanteur avait également eu l’honneur de partager un verre de l’amitié avec le gouvernement. Un séjour qui lui a laissé de bons souvenirs, l’artiste a promis de revenir.

     

    To’ata se marre avec Bigard

    Les zygomatiques des 3 000 spectateurs venus à To’ata, le 10 avril dernier, ont été mis à rude épreuve après près de deux heures de show de Jean-Marie Bigard. Classé comme “l’humoriste le plus grossier de France”, ce dernier répond : “Certains disent vulgaire, qui vient de vulgus, vulgariser, donner au peuple. Donc je ne suis pas choqué. Comme je m’intéresse à la nature humaine, c’est bien quand nous sommes tous nus sous la douche, une fois qu’on a retiré les uniformes, les grades, les titres, cela me va bien. Les petits travers de la vie, nos défauts sont souvent plus drôles dans le slip que sur le coude. Je veux bien faire un spectacle sur le coude, mais on va se faire chier. Le rire peut nous sauver de tout, même si on a tout perdu.”

     

    Rangiroa, star du clip de Beyoncé

    La grande majorité des internautes qui ont visionné plus de 100 millions de fois le clip de Beyoncé l’ignorent sûrement. Mais Runnin’, l’un des derniers tubes de la chanteuse R’n’B américaine, a été tourné dans le lagon de Rangiroa. À l’image, la sculpturale reine du show-business n’apparaît pas, c’est le quadruple champion du monde d’apnée Guillaume Néry et la vice-championne du monde Alice Modolo qui se poursuivent dans les courants, comme en apesanteur.

     

    Un mois de juin à la faveur de Tété

    La beauté de sa voix n’avait d’égale que celles des candidates à Miss Tahiti pour lesquelles il a chanté le soir de l’élection. Tété, le chanteur d’origine sénégalaise, ne s’est pas cantonné à une simple représentation place To’ata. L’interprète d’À la faveur de l’automne est aussi allé pousser la chansonnette à Mahina et Moorea. Avant de quitter le fenua, le chanteur est reparti avec un souvenir immortel de son voyage, un tatouage de Mano des Tikahiri.

     

    Jenifer Aniston : lune de miel cauchemardesque

    Le décor de Bora Bora, son nouveau mari et ses proches amis, tout semblait fait pour que Jenifer Aniston passe une lune de miel de rêve. Tout finira pourtant de manière cauchemardesque pour la comédienne américaine révélée par la série Friends. Au petit matin, le corps sans vie de Carmel Musgrove, assistante de production et amie du couple, était retrouvé près de son bungalow. Selon la justice américaine, des traces de drogue auraient été retrouvées dans celui-ci. Quelques mois plus tard, Justin Theroux, le mari de Jenifer Aniston, expliquera à la télévision américaine avoir cru mourir lui aussi lors d’une plongée bouteille sur la perle du Pacifique.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete