Habillage fond de site

21 jeunes Polynésiens formés pour devenir les codeurs de demain

jeudi 26 avril 2018

  • 1

 

Ils sont 21 jeunes à avoir repris le chemin de l’école, hier, pour débuter une formation gratuite et intensive au lycée hôtelier de Punaauia qui, au terme de huit semaines et demie de cours, devrait les faire devenir des as du codage. Cette formation intitulée “Tahiti Code Camp” est mise en place par le Centre national des arts et métiers (Cnam) mais a bénéficié d’un soutien très important du ministère de l’Économie numérique qui en a financé les trois quarts, soit 5 millions francs sur les 7 millions que coûte la formation.

À l’origine de ce projet, un constat : le pays est en pleine transition numérique. Les entreprises polynésiennes ont de plus en plus besoin de développer des applications mobiles et des sites web. Pour cela, elles ont besoin de codeurs. Or, ceux-ci sont aujourd’hui trop peu nombreux sur le territoire pour répondre aux besoins locaux. Les délais d’attente étant très importants, les entreprises se retrouvent alors souvent contraintes de reporter leur “transition numérique” à plus tard ou de faire appel à des prestataires étrangers ou métropolitains.

La direction générale de l’économie numérique a évalué un besoin de 65 codeurs sur l’ensemble du territoire. Une évaluation basée sur des besoins clairement exprimés par les professionnels, mais dont le chiffre pourrait être en réalité plus important. Il était donc devenu urgent de former des forgeurs numériques.

La spécificité de cette formation, c’est qu’elle s’adresse à des jeunes éloignés du monde du travail, ayant pour beaucoup décroché du système scolaire ou universitaire.

L’idée était de faire d’une pierre deux coups avec cette formation : d’un côté de permettre le développement du numérique en Polynésie française grâce à la formation de codeurs opérationnels et d’un autre côté de permettre l’insertion professionnelle de jeunes ayant décroché du système scolaire ou universitaire, ou tout simplement sans emploi depuis longtemps”, explique Vincent Fabre, du club Face, qui a largement contribué au recrutement des candidats à la formation. L’organisme a ainsi fait appel à son réseau : les associations qui œuvrent dans les quartiers, afin d’identifier les jeunes qui pourraient être intéressés par cette formation.

 

Un “Hackathon” proposé par des recruteurs potentiels

 

À la grande surprise des initiateurs de la formation, le nombre de candidats qui ont postulé a été très important : ils étaient plus de 340. Des épreuves de sélection ont donc dû être mises en place pour n’en retenir que 21 : “Les plus opérationnels, les plus performants (à court terme) dans le codage et surtout les plus motivés”, explique le directeur du Cnam en Polynésie française, Christophe Gomez.

La formation dispensée par le Cnam se base sur une pédagogie de l’action, “très éloignée de celle qui est employée dans l’éducation classique”, explique Christophe Gomez, pour permettre à ce public en transition difficile de renouer avec l’apprentissage. À l’issue des 330 heures de cours qui leur seront dispensées, les jeunes participeront durant trois jours à un “Hackathon”, dont l’objectif sera de résoudre des problématiques professionnelles proposées par des mentors et recruteurs potentiels identifiés et mobilisés pour l’occasion par l’organisation des professionnels du numérique (Open).

En fonction des résultats obtenus, leur parcours de formation pourra être crédité en unités d’enseignement (UE) délivrées par le Cnam labellisé “Grande école du numérique” et permettre à ceux qui le souhaitent de poursuivre leurs études. Pour les autres, ils seront aidés dans leur insertion professionnelle.

Si cette première formation est une réussite, d’autres devraient suivre les années suivantes, à raison d’une à deux fois par an.

Élénore Pelletier

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete