30 000 élèves retrouvent le chemin de l’école

    mercredi 17 août 2016

    ecole

    Cette institutrice maîtrise également le langage des signes français. (Photo : Christophe Cozette)


    Après ceux du secondaire, la semaine dernière

     

    Bonjour madame, vous avez été chez le coiffeur ?” Les petits mots sympathiques ne manquaient pas, hier matin, aux alentours de 7 heures, à quelques minutes de la rentrée scolaire 2016-2017, à Val Fautaua, à Pirae.

    Dans les pas de quelques élus du conseil municipal, La Dépêche de Tahiti a couvert la rentrée scolaire de deux écoles de la commune (Val Fautaua  et Taaone), mais également d’autres communes et d’autres îles (lire dans notre édition du jour) et, de l’avis de nombreux interlocuteurs, ce fut une rentrée “très calme”.

    Les parents ont eu le droit à dix minutes au sein des classes pour permettre une rentrée – la première pour certains –, toute en douceur. Nombreux sont ceux à avoir accompagné leurs bambins et s’être assis près d’eux, avant de les confier à leur maîtresse respective.

    Quelques papas avaient même franchi la porte des classes alors que d’autres, tane comme vahine, scrutaient derrière les rideaux les premiers pas d’écolier de leur progéniture respective.

    L’une d’entre elle, 9 ans à peine, élève au Taaone, se déclarait fière et heureuse d’être à l’école, et n’a pas hésité, malgré son jeune âge, à déclarer vouloir partir faire ses études en métropole, plus tard bien sûr.

    Quatorze enseignants, deux stagiaires et trois maîtres spécialisés (sur la zone de Pirae) viennent distiller leur savoir à 283 élèves, à Val Faataua.
    À Taaone, 14 professeurs se partagent les 337 élèves et deux assurent la scolarité des “classes d’inclusion scolaire” (Clis).

    Val Faataua  et Pirae Taaone composent les différents blocs scolaires de la commune avec Tuterai Tane et Nahoata, auxquels s’ajoutent Saint-Michel 1 et 2, où d’ailleurs le président-maire de Pirae, Édouard Fritch, a déposé sa jeune fille pour sa rentrée, hier.

    Au total, ce sont 29 679 élèves qui se sont répartis dans 1 326 classes, comme le précisent les chiffres du ministère. “Je n’ai pas mis les jeux sur les tables, je permets aux parents de les choisir avec leurs enfants”, explique cette jeune maîtresse.

    C’est une première approche, cela va évoluer au fil du temps”, confie Virginie, jeune enseignante de Val Fautaua, face à ses 25 élèves. Souvent moins, rarement plus, le seul maître de  Val Fautaua  est ravi. 

    Il est entouré de 15 maîtresses. “Je suis gâté”, dit-il avant d’entamer sa rentrée, l’une des dernières de sa carrière.

     

    Une rentrée sur quatre jours

     

    La seule école pour malentendants, Taaone, a étalé sa rentrée sur quatre jours. Avec des effectifs de 25 par classe environ, les enfants – après en avoir informé les parents – font leur rentrée par cinq ou six jusqu’à vendredi.

    Est-ce leur première année ? Ont-ils déjà pleuré ? Tout autant de questions avant ce grand jour que pose Jean Hiro Pratx, directeur à Taaone et 41 ans de métier.

    Ils étaient sept, l’année dernière, onze cette année, à être malentendants et à partager un maximum de cours avec les autres enfants, en “inclusion scolaire” (Clis), selon le jargon de l’éducation.

    La prof, qui a passé sa formation en langue des signes en français (LSF), communique avec ses mains (et le son) une partie de son temps, intégrant de la manière la plus harmonieuse, ces jeunes dans leur environnement.

    De quoi donner envie à ces enfants en difficulté d’aimer l’école et à l’instar de la grande majorité des jeunes rencontrés hier, d’entamer cette année
    scolaire dans les meilleures dispositions.

     

    Christophe Cozette

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete