4 ans de prison ferme pour avoir agressé sexuellement une handicapée mentale

mercredi 19 août 2015

Arthur, un homme de 48 ans, a été condamné hier par le tribunal correctionnel de Papeete pour agression sexuelle sur personne vulnérable et agression sexuelle sur mineur de 15 ans. Il a écopé d’une peine de quatre ans de prison ferme et est condamné à payer un million de francs pour dommages et intérêts. Son maintien en détention a été prononcé.
Le quarantenaire condamné à de multiples reprises pour des faits de violences volontaires notamment sur d’anciennes concubines, a été condamné hier pour avoir “caressé” les parties intimes d’une jeune fille de 13 ans. Une jeune fille en déficience mentale. “Vous saviez qu’elle avait un handicap mental. Elle n’avait que 13 ans, mais c’est une belle jeune fille, qui fait déjà femme avec son mètre soixante-dix et ses 60 kg. Pour autant, c’est une fillette dans sa tête”, a lancé la présidente du tribunal, Denise Roguet Lacroix, à l’encontre du prévenu.

Tout commence à Moorea
Tout a commencé l’an dernier, du 15 juin au 31 juillet, du côté de Moorea. La famille très démunie de la jeune fille s’installe non loin de chez Arthur. Elle vit sans eau et sans électricité et a très peu de revenu financier.
Petit à petit, la famille de la victime et Arthur deviennent amis. La petite commence alors à se rendre chez son voisin pour regarder la télévision, recharger les téléphones portables et sa tablette. Arthur lui prépare même quelques repas, et celle-ci dort quelquefois chez lui. “Sauf qu’une fois, elle n’est pas rentrée pendant trois semaines et ses parents se sont inquiétés. Ils sont venus la récupérer et ont aussitôt déménagé”, tance la présidente du tribunal.
Dans le box des accusés, le quarantenaire, nie les faits. Et le tribunal de renchérir : “Vous vous êtes approprié la jeune fille et vous l’avez pris pour femme”. Là encore, le prévenu minimise les faits. Selon lui, il ne voulait qu’aider la jeune fille et l’avait pris en sympathie. La justice ne le voit pas du même œil : “Elle est extrêmement vulnérable, elle est handicapée mentale et vous, vous avez exploité la misère de ses parents”. Arthur dément avoir violé la jeune fille mais avoue l’avoir caressée.
“Je l’ai caressée, mais j’ai vite arrêté”, souffle Arthur. Face au tribunal correctionnel, l’homme complètement détaché, dit avoir reçu des confidences de la fillette.
“Quand je l’ai touchée, elle m’a dit qu’elle avait été violée par son père et que tout le monde le savait, et sa mère et ses frères et sœurs. Alors j’ai arrêté de la caresser et plus tard j’ai été porté plainte à la gendarmerie pour dénoncer les faits de viols commis sur la jeune fille par le père”, bafouille le prévenu. L’arroseur arrosé.
Après une enquête des gendarmes, il s’est avéré que la famille avait déménagé car la fillette avait trop peur d’Arthur.
Aucun des faits de viols dénoncés par Arthur n’a été mis au jour. En revanche, la jeune fille a bel et bien dénoncé les agissements de son manipulateur de voisin. “Quand la famille a déménagé, vous n’aviez plus du tout de nouvelle de la petite et vous avez tout tenté pour la récupérer et c’est pour cela que vous avez porté plainte. Au final, l’enquête engagée s’est orientée vers vous uniquement”, rappelle la justice.
Du côté de la partie civile, Me Bambridge-Babin souligne le traumatisme de la jeune fille. “Elle a l’âge mental d’une enfant en maternelle, mais elle est tout de même ancrée dans la réalité. Et il y a une peur persistante d’Arthur. La petite a dit qu’elle voulait le voir en prison.” Aussi, le ministère public a requis 5 ans de prison ferme à l’égard d’Arthur. Me Boumba, le conseil du prévenu a tenté de défendre au mieux son client : “Le rapport gynécologique dit qu’elle n’était pas déflorée”. Sauf que le même rapport dit aussi que son hymen n’était pas incompatible avec un coït complet.
La jeune fille soutient avoir eu des rapports sexuels imposés avec son voisin. Au final, la justice a condamné Arthur à quatre ans de prison ferme et l’homme a regagné sa cellule à Nuutania.
Compte-rendu d’audience par Jenny Hunter

 

Tooro bubule 2015-08-19 10:38:00
Apparemment , il est plus grave de fumer du ICE que de violer une handicapée mineurs.
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete