Habillage fond de site

400 personnes déjà testées pour la tuberculose

mercredi 20 septembre 2017

piqure vaccin tuberculose

Toutes les personnes dépistées ont été testées par intradermo-réaction. (© Jennifer Rofès)


Une opération de dépistage de la tuberculose s’est déroulée hier, dans un quartier cible de Mahina. Les familles interrogées sur place étaient très satisfaites de l’opération. L’opération de dépistage reprendra vendredi, avec la lecture par les professionnels de santé, des intradermo-réactions réalisées hier.

L’opération de dépistage de la tuberculose pulmonaire dans un quartier cible de Mahina s’est très bien déroulée. La direction de la santé s’était fortement investie en mobilisant ses médecins et infirmiers pour l’événement. Certains venaient de Taravao. Une infirmière des Marquises était également présente pour soutenir les équipes déjà en place.

De son côté, la mairie de Mahina avait déployé les grands moyens et mis à disposition de la direction de la santé, la salle omnisports et une trentaine d’agents. Grâce à ces effectifs, 200 administrés ont été dépistés en peine deux heures à peine.

À 15h30, plus de 400 personnes avaient été testées. Les familles de tous les quartiers du bas du Taharaa ont joué le jeu, même si certains appréhendaient la piqûre, ils n’ont pas hésité à tendre le bras à l’infirmier.

Sur place, les familles interrogées se disaient très satisfaites de cette opération.

 

“Peut-être qu’on est malade sans le savoir”

 

“Nous connaissons quelqu’un qui tousse tout le temps près de chez nous. C’est un voisin avec qui on discute souvent. Peut-être qu’on est malade sans le savoir, et si c’est le cas,  il faut qu’on le sache pour se soigner”, expliquait Turia.

Des habitants d’autres quartiers voulaient aussi se faire dépister et regrettaient que seuls les administrés du bas du Tahara puissent en bénéficier.

Les professionnels de santé ont donc dû expliquer que le quartier choisi était depuis plusieurs années un foyer à tuberculose car systématiquement des cas y étaient déclarés.

Un médecin confiait que l’objectif de ce dépistage était de trouver les contaminateurs pour enrayer le phénomène.

Le dépistage se déroulant en trois temps. La mairie de Mahina avait mis à disposition, dès hier midi, un minibus de 18 places pour conduire les familles à l’hôpital de Taaone ou à la clinique Cardella, afin qu’elles puissent faire leur radio du thorax.

Mais selon Damas Teuira, la plupart des radiographies se feront aujourd’hui. La mairie a en effet prévu un truck de 33 places, un bus de 40 places et un minibus de 18 places pour transporter la population  vers le  centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF) et la clinique.

Au total, ce sont près de 350 radiographies, qui doivent être réalisées dans chaque établissement. Les navettes doivent opérer des allers-retours tout au long de la journée, tandis que des infirmiers feront du porte-à-porte pour se rendre chez les personnes n’ayant pas pu se déplacer la veille.

L’opération de dépistage reprendra vendredi, avec cette fois, la lecture par les professionnels de santé des intradermo-réactions (IDR) réalisées hier.

Si au point d’injection, les personnes constatent un net gonflement, c’est qu’elles sont peut-être infectées. Elles seront alors prises en charge par les équipes de la direction de la santé, qui leur proposeront le traitement et le suivi adaptés pour guérir. 

Jen.R.

 

damas teuira

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete