Du 50 au 125 cm3 : un budget et des règles de sécurité à respecter

    jeudi 11 août 2016

    deux-roues

    Quelques modèles de deux-roues sont exposés au centre Vaima jusqu’à samedi, à 12 h 30. Un achat convoité par les ados, mais qui inquiète souvent leurs parents. (Photo : Marie Guitton)

     

    Tout savoir avant d’acheter un deux-roues à son ado

     

    Avec la rentrée scolaire, le casse-tête des transports ressurgit. Premier choix : laisser son adolescent attendre au petit bonheur la chance à l’arrêt de bus.

    Deuxième possibilité, l’accompagner avec la voiture familiale, dans les embouteillages. Reste, sinon, à lui acheter un deux-roues, dès lors qu’il a 14 ans… En prenant toutes les précautions.

    À Papeete, l’association des commerçants de la Plazza haute du centre Vaima expose plusieurs modèles de 50 à 125 cm3 jusqu’à samedi. Mais avoir le bolide ne suffit pas : un minimum de formation est nécessaire, ainsi qu’une assurance et un bon équipement.

     

    Les prix

    Au centre Vaima, seuls deux stands exposaient des deux-roues hier midi. Chez Suzuki, en tarifs promotionnels de rentrée, comptez 199 000 F pour un 50 cm3 Address et au minimum 360 000 F pour un 125 cm3.

    Sur la Plazza haute, Motor Bike Center proposait aussi des 125 cm3 à partir de 440 000 F, casque ou première révision inclus. Les prix varient beaucoup, évidemment, en fonction des marques, de la robustesse, de la puissance des véhicules et de la garantie associée à l’achat.

    À la sortie de la ville, direction Pirae, le garage Bambou propose ainsi des scooters 50 cm3 à 264 000 F et des 125  cm3 à partir de 329 000 F, garantis deux ans.

    Sur le trottoir d’en face, l’établissement Georges vend des petites cylindrées dès 122 000 F et des 125 cm3 dès 205 000 F, mais garantis seulement six mois.

    Comptez, enfin, 202 000 F pour le Zip de Tracqui et fils, à Mamao, et au minimum 373 000 F pour un 125 cm3, garanti un an.

     

    Quel permis ?

    Il est possible de conduire un cyclomoteur (50 cm3) dès 14 ans. Les personnes nées après le 1er janvier 2000 doivent toutefois être titulaires des attestations scolaires de sécurité routière (ASSR) 1 et 2, passées en classes de 5e et 3e.

    À défaut, elles doivent passer leur attestation de sécurité routière (ASR) auprès de la direction des transports terrestres (examen théorique gratuit) et suivre une formation pratique de cinq heures minimum dans une auto-école (comptez 25 000 F environ).

    La conduite d’un 125 cm3 n’est quant à elle permise qu’à partir de 16 ans. Les personnes qui ne sont pas encore titulaires du permis voiture doivent passer leur permis moto dans une auto-école.

    Comptez environ 65 000 F pour la préparation du code général et une dizaine d’heures de conduite. Les majeurs déjà titulaires du permis voiture polynésien peuvent quant à eux demander une équivalence 125 cm3, deux ans après l’obtention du permis B, selon la direction des transports terrestres.

    Ceux qui disposent d’un permis voiture français doivent se renseigner pour savoir s’il intègre déjà cette équivalence. À défaut, ils doivent l’échanger contre un permis polynésien (7 500 F) et attendre deux ans… Ou passer leur permis moto.

     

    L’assurance

    L’assurance, et notamment la garantie responsabilité civile, est obligatoire ! Le défaut étant considéré comme un délit, le contrevenant s’expose à une amende de 180 000 F.

    Comptez entre 40 000 et 80 000 F par an chez les assureurs de la place. Le vol des cyclomoteurs n’est jamais couvert… Il est en revanche possible de souscrire cette garantie pour les 125 cm3, à certaines conditions.

     

    La sécurité

    Au fenua, deux accidents sur trois impliquent un deux-roues, selon la direction des transports terrestres.

    C’est le moyen de transport terrestre le plus dangereux du monde, on le sait.Ça ne veut pas dire qu’il ne faut absolument pas l’utiliser. Mais les parents qui l’acceptent doivent se couvrir de toutes les garanties”, précise Nino Bonis, le directeur de l’association Prévention routière, en rappelant “le b.a.-ba” des règles de sécurité : “Le casque doit être attaché et homologué. Ne jamais oublier les manches longues, le pantalon et les chaussures fermées. Et après, le respect scrupuleux du code de la route.

    Bien sûr, fumer du paka ou boire de l’alcool est à proscrire. Il est également interdit de rouler sur la RDO avec une cylindrée inférieure à 125 cm3.“En cas d’accident, on n’est pas couvert…”, rappellent les transports terrestres.

    Globalement, toutes catégories de véhicules confondues, les chiffres de la sécurité routière iraient dans le bon sens : “Je compte deux accidents de moins par mois aujourd’hui qu’il y a cinq ans, donc ça n’est pas si mal que ça”, observe Nino Bonis.

    Mais les séries noires ne sont jamais loin. Au premier semestre 2016, 15 personnes avaient déjà perdu la vie, contre 17 pour toute l’année 2015.

     

    Les contrôles

    Face à la recrudescence d’accidents mortels depuis son arrivée, le haut-commissaire René Bidal a annoncé la multiplication des contrôles routiers.

    La consommation de paka ou d’alcool est particulièrement dans le viseur des autorités. En fonction des personnes, la limite légale de 0,5 gramme d’alcool par litre de sang (0,25 mg/L d’air expiré) peut être dépassée dès le deuxième verre de vin, de bière ou shooter d’alcool fort.

    En cas de contrôle positif, le conducteur ivre encourt au minimum une amende de 16 100 F et au maximum deux ans de prison. Son permis voiture, s’il l’a, pourra également lui être retiré.

    Selon la direction des transports terrestres, comptent également parmi les infractions les plus constatées en deux-roues le défaut de casque ou de casque homologué (16 100 F d’amende) et le défaut d’assurance (un délit passible de 180 000 F d’amende).

    Il faut ses deux rétroviseurs et rouler en feu de croisement”, rappelle encore un responsable de la section des permis de conduire. “On n’a pas non plus le droit de modifier le diamètre des roues, la cylindrée du véhicule ni le pot d’échappement.

    Théoriquement, de nombreux autres cas de figure peuvent être sanctionnés : “Sur un deux-roues, tout passager (hors conducteur) de moins de 16 ans doit porter un casque, des chaussures, un pantalon et des manches longues”, assure la direction des transports.

    Et tout enfant de moins de cinq ans doit être installé sur un siège spécifique. Le mettre debout à l’avant, entre la bouteille de gaz et le guidon, c’est interdit…

     

    Marie Guitton

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete