8 mois pour un voleur récidiviste

    mercredi 3 mai 2017

    tribunal

    “Je m’ennuyais dehors… je voulais retourner en prison”, s’est défendu le jeune homme de 18 ans. (© Claire Allavena)

    Avec  un “CV ” d’infractions déjà bien rempli, T.T., tout juste âgé de 18 ans, a été jugé hier en comparution immédiate suite à quatre vols perpétrés entre les 12 et 29 avril.

    Des vols sans grande valeur pécuniaire, comme l’a relaté le juge Tissot : “un adaptateur USB, une machette, des écouteurs, une tablette, quelques boîtes de conserve, un peu d’argent liquide…”, autant d’objets restitués à la police après l’interpellation. Les traits tirés, le jeune prévenu, vêtu simplement d’un tee-shirt, d’un short et d’une paire de savates, n’a pas lâché plus de 10 mots pendant la description des faits.

    Majeur depuis le 22 mars et originaire de Tubuai, le petit dernier d’une fratrie de sept enfants est familier des tribunaux où il a accumulé 27 mois de prison ferme au cours des dernières années, le plus souvent suite à des vols.

    Ainsi, il purgeait déjà une peine aménagée chez ses parents dans son île natale. Mais au bout de quelque temps, il quitte le domicile familial et retombe dans ses travers. “Il s’est enfui car ça se passait très mal chez lui”, souligne son avocat. “Depuis, il squatte des maisons abandonnées, mais il volait pour manger, pas pour faire des bénéfices.”

    Le visage anxieux,  il s’est défendu, un peu perdu : “Je m’ennuyais dehors… je voulais retourner en prison.”

    Pourtant, les faits qui lui sont reprochés sont “affligeants”, selon le procureur. “Il est désespérant… Commettre quatre vols en deux semaines et avoir à son actif huit condamnations depuis 2012… C’est un tableau assez noir”, a-t-il relaté  d’un ton excédé avant de demander 18 mois d’emprisonnement avec maintien en détention.

    L’avocat de la défense a tempéré le tableau : “Il ne boit pas, il ne fume pas, il a suivi une formation de menuisier jusqu’à 15 ans et il n’est pas réfractaire à l’idée de travailler. Il veut juste fuir son île et manger à sa faim.”

    Le prévenu a été condamné à huit mois de prison ferme avec maintien en détention.

     

    C.A.

     

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete