8,6 milliards pour les infrastructures locales

    mercredi 15 juillet 2015

    Le troisième instrument financier, dit 3IF, est un dispositif qui permet chaque année à l’État de doter la Polynésie française d’un volume de crédits finançant 
    80 % de travaux d’infrastructures dans quatre domaines que sont la défense contre la montée des eaux et les secteurs maritime, aéroportuaire et routier. La réunion de lundi a permis de faire un point de situation sur le programme 2015 qui comprend un total de 390 projets. 
    “Nous sommes amenés à réviser cette programmation en fonction des travaux qui sont plus ou moins prêts et de ceux qui deviennent plus urgents pour des raisons de sécurité”, explique Lionel Beffre. Suite à cette réunion du Copil (comité de pilotage), une douzaine d’opérations pourraient être retirées de la liste, tandis que 24 autres devraient être ajoutées. 
    Pour le ministre de l’Équipement, la raison de cette modification s’explique par le fait que “beaucoup d’opérations avaient leurs problèmes propres”. Mais il n’en reste pas moins que “des sommes importantes sont redéployées”, a affirmé le ministre. 

    Pas d’aérodrome à Ua Pou

    Parmi les dossiers classés “retirés”, figure celui des travaux d’assainissement de la zone de Outumaoro, évalués à plus d’un milliard de francs. Hormis le coût de l’opération, la priorité pourrait se situer ailleurs, par exemple, dans l’avancement du projet Tahiti Mahana Beach. Une subvention de 186 millions de francs a été accordée à Tahiti Nui aménagement et développement (TNAD) suite au conseil des ministres du 1er juillet. Avec cette somme, l’établissement chargé des grands projets devrait pouvoir cadrer la construction du futur hôtel de luxe.
    Autre dossier qui ne verra pas le jour, celui de la construction d’un aérodrome à Ua Pou (Marquises), sur le Plateau des ânes. Les 50 millions de francs d’investissements nécessaires ont été une raison suffisante pour reporter le projet classé comme “économiquement irréalisable.” 

    Des nouveaux projets à Hao : 565 millions

    Parmi les nouveaux projets proposés, les travaux routiers bénéficient d’un investissement financier plus important que les autres secteurs. À Hao (Tuamotu) par exemple, deux projets importants sont prévus en relation avec le futur centre aquacole : le bétonnage de la route de contournement, évalué à 115 millions de francs, et la construction d’un mur de protection de cette même route, pour 450 millions. 
    Pour le haut-commissaire Lionel Beffre, le Copil du troisième instrument financier représente “un intérêt pour le développement du territoire et de l’économie”. En 2014, plus de neuf milliards de francs avaient été déboursés pour les investissements en infrastructures. Une année record. L’objectif est que ces crédits destinés à couvrir les besoins des infrastructures sur l’ensemble des archipels de la Polynésie française soient engagés avant la fin de l’été 2016. 

    Nadia Yonker 

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete