À la découverte de l’apiculture

    samedi 27 septembre 2014

    Cette semaine, douze adultes suivaient un stage de niveau 1 en apiculture, financé par le Centre de formation et de promotion agricole de Opunohu. Un stage conduit par Benjamin Declume.  Une première formation, organisée en juin, avait regroupé une douzaine de stagiaires, deux autres sessions sont programmées pour le dernier trimestre.  L’objectif est de renforcer la filière des apiculteurs afin d’arriver, à terme, à répondre à la demande sans passer par la filière de l’importation.

    Le stage d’initiation à l’apiculture  qui s’est déroulé  cette semaine s’est terminé  jeudi par la remise d’attestations  d’apiculteur de niveau 1. Douze  personnes était inscrites, issues  de différents milieux : des apiculteurs  en activité à la recherche  d’une connaissance des fondamentaux,  ainsi que des débutants  qui cherchent de le lancer dans  la filière en tant que professionnels,  ou pour le plaisir d’avoir  leur propre ruche “à la maison”.  La formation proposait deux  volets : la théorie, avec la connaissance  des abeilles et de leurs  comportements, leurs organisations  dans la colonie, les grands  principes de la ruche, mais aussi  la commercialisation et la réglementation,  la sauvegarde sanitaire  de l’abeille. Côté pratique,  les stagiaires ont pu disposer  de ruches appartenant à Benjamin  Declume le formateur. Ce  qui leur a permis de travailler  directement sur une colonie  d’abeilles et son environnement.  Ils ont appris à maîtriser la technique  de l’enfumage, pour permettre  l’ouverture de la ruche  et le travail sur les cadres en  toute sécurité.  Encore des places  pour novembre  Le stage a été organisé et financé  par le Centre de formation professionnelle  et de promotion  agricole (CFPPA), dirigé par  Bruno Rozier. Le responsable  de projet était Larry Deane, formateur  au CFPPA. Quatre sessions  ont été prévues cette année,  la précédente a eu lieu en juin,  les prochaînes se dérouleront  du 20 au 23 octobre et du 17 au  20 novembre, à raison de quatre  jours par semaine et de sept  heures par jour. La prochaîne  session affiche déjà complet,  mais il reste des places pour la  dernière.

    De notre correspondant  Jeannot Rey 

    Benjamin Declume apiculteur, formateur

    “On reparle de réimporter du miel en Polynésie. Il faut reconnaître qu’avec la problématique de la météo, les apiculteurs n’ont pas réussi à produire suffisamment de miel pour alimenter le marché local. On comprend donc la frustration de la clientèle. Maintenant c’est comme tout : il faut attendre que la filière se mette en route. Nous n’avons pas beaucoup d’aides du gouvernement pour stimuler et professionnaliser la filière agricole. On est un peu inquiets concernant ce retour vers l’importation du miel : non pas sur un plan économique, mais sur l’aspect pathologique. La loque américaine est une maladie présente, il suffit de jeter un pot de miel d’importation au dépotoir pour que des abeilles entrent en contact avec ce miel contaminé et provoquent dans certains cas des infestations de loque américaine ou d’autres maladies.”

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete