À Papara, les manifestants mettent la pression

    mercredi 27 janvier 2016

    Parents et enseignants ont fait grève hier matin pour manifester leur indignationet leur ras-le-bol face au retard pris dans la reconstruction de l’école Apatea. Leur manifestation s’est déroulée dans une ambiance pacifique, sans entrave à la circulation. Pour comprendre réellement les motivations de chacun, nous avons donné la parole à tous les protagonistes : élèves, parents et syndicat.
    La nouvelle équipe municipale, de son côté, attend des informations de l’entreprise chargée du désamiantage du site de l’école Apatea à la suite desquelles elle fixera un calendrier des travaux. Elle maintient également que la commune ne perdra pas les financements du projet. Réactions…

     

    Alain Drouet, président de l’Association des parents d’élève (APE) “Pour nous, l’urgence est ici”

    “Différentes associations de parents d’élèves des autres écoles de Papara sont venues soutenir notre combat. En fait, c’est un combat de l’ensemble des écoles de Papara. Si, aujourd’hui, Apatea est dans cette situation, demain, ce sera peut-être une autre école ? Donc tout le monde se regroupe pour que l’on garde cette école. C’est la base de la civilisation. J’ai un doute sur ce que dit la nouvelle équipe municipale à propos du financement de la reconstruction de cette école. Ça me paraît bizarre. Aujourd’hui, je souhaiterais avoir des certitudes. Une certitude qui proviendrait du président du Pays. D’autre part, je trouve aberrant que la seule entreprise qui travaille sur les opérations de désamiantage soit également sur l’ancien site de l’hôpital de Mamao, alors qu’il n’y a aucun projet derrière. Pour nous, l’urgence est ici à Papara. Pourquoi ne pas démarrer par Papara ?”

    Tahia Teriinoho, présidente de l’APE de Tiama’o : “Il y a huit mois, nous avions manifesté pour le maintien de notre école”

    “Je suis venue pour soutenir l’action de l’APE (association des parents d’élèves, NDLR) de l’école Apatea. Il y a huit mois, nous avions manifesté pour le maintien de notre école. Nous comprenons leur désarroi. C’est inadmissible un tel retard. Actuellement, les enfants et les enseignants travaillent dans des conditions difficiles. Il faut arrêter tout ça et donner les moyens à tous de réussir. Dans notre école à Tiama’o, on attend toujours que le Pays achète le foncier pour régler le problème définitivement. Pour l’instant, rien n’est encore fait. On attend, mais on ne perd pas espoir.”

    Yolande, secrétaire territoriale du Syndicat national unitaire des instituteurs et professeurs des écoles de Polynésie française (Sniupp) : “Les enseignants ont en ras-le-bol”

    “Les enseignants travaillent dans des conditions déplorables. Ça va faire trois ans qu’ils sont dans les locaux de l’église Saint-Michel. Sur les quatre façades des salles de classes, une seule bénéficie d’une aération, les autres pas du tout. Au niveau du sol, les enseignants ont dû faire des pieds et des mains pour que le sol soit abaissé, parce que toute la poussière remonte. Certains ont failli se faire électrocuter. Enfin, on voit que tout est catastrophique. Au niveau du réfectoire, le service d’hygiène est venu faire ses contrôles, mais a bien vu que les locaux ne sont pas aptes à recevoir des enfants. Toutes ces conditions font que les enseignants en ont ras le bol. En fin de semaine, ils sont obligés de déménager parce que les salles servent les week-ends pour la catéchèse. Et les lundis, il faut tout remettre en place.”

    Sapidus 2016-01-27 17:22:00
    Je ne suis pas de Papara, mais c'est pas grave.

    C'est une HONTE !!! de voir encore dans ce pays des problèmes de mises aux normes d'écoles, de constructions ou re constructions d'écoles.
    Une honte de voir encore des responsables de commune et/ou des responsables politiques locaux, pas foutus de privilégier l'éducation des jeunes en Polynésie au lieu de privilégier leur politique interne et leur porte monnaie.
    Et le comble de tout, des jeunes obligés de descendre dans la rue pour sauver leur école.

    Quant est-ce qu'en Polynésie on va arrêter de faire un pas en avant pour aller dans le future, et deux pas en arrière pour retourner dans le passé ... ?
    siki 2016-01-27 13:50:00
    Il faudrait mettre les parents à la place une école en plein air
    Charles Villierme 2016-01-27 13:15:00
    comme c bizare que ce monsieur Drouet qui était dans l'équipe de Bruno et Christelle ne sont jamais descendu dans la rue avec les enfants BIRAE très BIZAROIDE
    Charles Villierme 2016-01-27 13:13:00
    dommage que nos commentaires ne paraissent pas car ici ça a aucune portée.
    Souhait à Mr Marquisini
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete