À Papara, Tamari’i ma’ohi veut dorloter le Petit-Mousse

    mardi 22 novembre 2016

    tamarii maohi

    David Tuhiri explique avoir déployé le drapeau de l’association Tamari’i ma’ohi no Papara et non celui du Tavini huiraatira. (© Charles Taataroa)

     

     

    L’association Tamari’i ma’ohi no Papara a décidé d’aller jusqu’au bout de son combat malgré les lenteurs administratives. Elle souhaiterait faire du Petit-Mousse, un site de détente et de baignade, et ne s’oppose pas à l’implantation d’une marina pour les pêcheurs. Elle dénonce aujourd’hui l’attitude du maire de Papara, qu’elle accuse d’usurpation de fonction dans ce dossier.

     

     

    L’association de protection de l’environnement Tamari’i ma’ohi no Papara vient de dresser un bilan de sa manifestation organisée le 8 novembre sur le site du Petit-Mousse, à Papara, au PK 32,5, côté mer (lire La Dépêche du 9 novembre).
    Un bilan positif, selon elle, mais elle estime avoir relevé plusieurs points négatifs. D’abord, elle dénonce l’attitude du maire Putai Taae dans ce dossier.

    “En tant que maire de Papara, il se doit de veiller à notre sécurité, explique David Tuhiri président de Tamari’i ma’ohi no Papara. Nous avions les autorisations du haut-commissariat. Donc, notre manifestation était légitime. Seulement, le maire a failli à sa responsabilité de premier magistrat de la commune.”

     

    Usurpation de fonction ?

     

    L’association regrette avoir reçu la visite de la police municipale pour retirer un soi-disant drapeau du Tavini huiraatira. “Il mélange les choses, reprend David Tuhiri. Il ne s’agissait pas d’un drapeau Tavini, mais celui de notre association. J’ai refusé de le faire pour cette raison bien précise. Le blanc signifie l’air pur, le bleu l’océan et la montagne qui se trouve au centre est notre emblème. Il s’agit du mou’a Tamaiti de Papara.”

    L’association Tamari’i ma’ohi no Papara regrette seulement ne pas avoir eu de contact avec le maire, le jour de sa manifestation, le 8 novembre.  “Ce jour-là, il est venu sur le site et n’a pas pris la peine de venir nous rencontrer, poursuit-il. Pour nous, il prend partie dans ce dossier. D’ailleurs, c’est lui qui a demandé aux pêcheurs de rester sur le site en attendant de trouver une solution.”

    L’association indique que “le maire de Papara n’avait pas le droit de prendre une telle décision puisque le site n’est plus de compétence communale, mais relève de la DRMM (direction des ressources marines et minières, NDLR)”. “Pour nous, c’est de l’usurpation de fonction, précise le président. Nous avons donc envoyé une lettre au haut-commissariat pour lui demander de rappeler au maire de Papara ses obligations. Aujourd’hui, il doit veiller à la sécurité du site et interdire la consommation d’alcool et de drogues.”

    Aujourd’hui, l’association environnementale souhaiterait, en accord avec le gestionnaire du site du Petit-Mousse, faire en sorte qu’il devienne une zone de détente et de baignade, et n’est pas opposée à l’implantation d’une marina pour les pêcheurs à proximité.
    Interrogé hier matin sur les propos du président de l’association Tamari’i ma’ohi no Papara, le maire Putai Taae indique avoir fait son travail et avoir déployé la police municipale sur le site pour veiller à la sécurité des personnes (lire ci-dessous).
    Aujourd’hui, une partie du  site du Petit-Mousse est occupée par les pêcheurs de poti marara et l’autre par des plaisanciers ou des baigneurs occasionnels.

     

    C.T.

     

    capture-decran-2016-11-22-a-08-17-59

     

    Putai Taae, maire de Papara : “J’estime avoir fait mon travail”

    putai taae

    (© Charles Taataroa)

    “Tout ce qui m’importe aujourd’hui, c’est l’avenir de ces pêcheurs de poti marara. C’est vrai que je leur ai dit de rester sur le site en attendant de trouver une solution. Mais je connais aussi les limites de mes compétences. Je ne veux surtout pas les abandonner. Pour l’instant, la solution est entre les mains du Pays. Ce qui manque aujourd’hui, c’est un site approprié. Il y a plusieurs pistes, mais on est dans l’attente comme les pêcheurs.

    Concernant les déclarations de M. Tuhuri, j’estime avoir fait mon travail. La police municipale est intervenue sur le site le 8 novembre pour veiller à la sécurité des personnes. C’était notre devoir. Sa mission n’était pas de demander à l’association de retirer un drapeau Tavini, comme le prétend M. Tuhiri. Tout ce que je souhaite aujourd’hui, c’est de résoudre le problème des pêcheurs. C’est ma priorité.”

    Propos recueillis par C.T.

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete