A Paris les élus d’Outre-mer parlent logement, délinquance et dotations de l’Etat

    lundi 30 mai 2016

    Plus de 200 élus représentant 71 villes ultramarines se sont réunis lundi à Paris pour évoquer, avec la ministre des Outre-mer, les différentes problématiques de leurs communes (délinquance, logement, eau, égalité réelle), et réclamer également l’arrêt de la baisse des dotations de l’Etat.

    En marge du Congrès des maires de France, qui débute mardi, les élus, dont une cinquantaine de maires, ont participé aux « Ateliers Outre-mer », à l’hôtel de Ville de Paris. Dans la matinée, réunis au siège de l’Association des maires de France, ils se sont élevés contre la « baisse insoutenable des dotations de l’État aux collectivités territoriales », selon un communiqué de l’AMF.

    En clôture de cette journée, la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin a assuré qu’elle allait à nouveau se mobiliser « pour que dans le Projet de loi de Finances 2017 les communes des Outre-mer aient une dotation suffisante, pour qu’elles continuent à être exonérées de la contribution au redressement des finances publiques », mais a-t-elle insisté, les Outre-mer « ont aussi une contribution à donner pour participer à l’effort national ».

    En présence également de la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité réelle Ericka Bareigts et de la maire de Paris Anne Hidalgo, le président de l’Association des Maires de France François Baroin a souligné que la baisse de 30% des dotations de l’Etat, « nous pouvons difficilement l’assumer », et qu’elle constituait « une double peine » pour les communes d’Outre-mer.

    Ces dernières sont notamment marquées par « un niveau d’équipement déjà inférieur à la moyenne nationale », « de forts enjeux locaux » comme le vieillissement de la population ou au contraire une forte natalité dans d’autres, sans oublier « les pressions migratoires subies sans comparaison avec la métropole », avait précisé dans la matinée l’AMF.

    Parmi les sujets évoqués lors des ateliers, la sécurité est « une préoccupation des maires », a dit Mme Pau-Langevin, qui a rappelé la nécessité de « mobiliser le fonds de prévention de la délinquance ». « Il y a des moyens, il faut qu’on les utilise ». Elle a notamment évoqué la Guadeloupe et Saint-Martin, la Guyane et Mayotte, « les plus marqués par la délinquance ».

    En matière d’aménagement du territoire, les élus ont fait part de difficultés dans la construction de logements sociaux, notamment sur la complexité des mesures d’agréments. La ministre a annoncé avoir proposé « au Premier ministre des mesures radicales de simplification de la procédure d’agrément », espérant des annonces prochaines dans ce sens.

    Face au problème de l’eau dans les Outre-mer (réseau souvent vieillissant et défectueux, assainissement défaillant), un « plan eau » a été annoncé, visant à mettre en place des contractualisations avec les communes, qui en contrepartie d’une facilité de financement (via de grands bailleurs comme l’Agence française de développement, la caisse des dépôts, les ministères des Outre-mer et de l’Environnement), devront s’engager à une « bonne gestion », en matière par exemple de tarification, de recouvrement, de recherche de fuites, etc…

    Enfin, les présidents des associations de maires de chaque territoire ont insisté à tour de rôle sur la nécessaire « égalité réelle » avec l’Hexagone, par exemple concernant l’éducation à Mayotte, la Santé ou l’accès à l’électricité en Guyane, ou le traitement des employés communaux à la Réunion.

    Un projet de loi sur l’égalité réelle est en cours de préparation par le gouvernement, à la suite d’un rapport sur le même thème présenté en mars par l’ancien ministre Victorin Lurel.

    Agence France-Presse

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete