À Pirae, un conseil municipal au goût de crue

    jeudi 26 janvier 2017

    e,

    conseil municipal pirae

    Pirae a vécu “un mauvais cauchemar“ avec les inondations, selon le maire Édouard Fritch. (© Christophe Cozette)

     

    Conseil au goût amer. Le conseil municipal de Pirae mardi soir, prévu de longue date mais quelque peu bouleversé par les terribles pluies qu’a connues la commune deux jours auparavant, a tout de même été tenu, bon gré mal gré, par des élus encore abasourdis par l’ampleur du phénomène météo.

    Sept points étaient à l’ordre du jour, tous votés, et, en urgence, une convention de partenariat de raccordement a été signée avec la commune de Arue pour l’eau, au même prix qu’à Papeete, soit 40 F le m3. Eau qui a dévasté la commune mais qui, propre, alimente les citoyens. Malheureusement, la première, en colère, a détruit la seconde, pacifique.

    Prière et quorum en poche, le maire de la commune de Tahiti la plus touchée – mais aussi au plus fort taux de concentration de logements sociaux, a rappelé Édouard Fritch – a donné en primeur aux élus de son conseil les chiffres des dégâts, qui ont alimenté, logiquement, une bonne partie des débats.

    Pour l’élu, la commune de son cœur a perdu totalement sept maisons et, partiellement, 23 autres fare. “Des voitures de l’équipement ont fait des centaines de mètres” sur la route de l’hippodrome, a commenté Édouard Fritch, sur le terrain dès 3 heures dimanche dernier, encore éprouvé par  ses sensations, mais qui n’a pas manqué de rendre hommage à la mobilisation de toutes les forces vives de Pirae, confessions religieuses en tête.

     

    « La nature a repris ses droits »

     

    Hormis la rencontre prévue demain, le conseil municipal se rendra dans les zones sinistrées la semaine prochaine.

    Le maire a pu faire deux constats lors de ce conseil. Primo, “partout où nous avons changé le cours d’une rivière, la nature a repris ses droits”, ce qui a fait débat, amenant l’ancienne maire, Béatrice Vernaudon, à demander en fin de conseil un vrai débat de fond, notamment pour le relogement des jeunes foyers.

    Et, secundo, les conséquences “ont toujours les mêmes raisons, les incivilités”, a reconnu Édouard Fritch, qui a parlé de “mauvais cauchemar”. Un cauchemar qu’ont également vécu, en direct, quelques élus de la commune, qui ont témoigné de ce qu’ils avaient vu ou vécu cette nuit-là.

    Néanmoins, le maire, qui n’oublie jamais son costume de président, a répété à qui mieux mieux : “Pas de reconstruction en zone rouge” et “le pont du collège de Taaone va être cassé (et reconstruit)”.

    Côté rénovation, le conseil a voté, plus tard, diverses résolutions pour la réfection des rues Afarerii, Gadiot, Tematahi Temarii et Tihoni Tefaatau, pour un total de 52 millions de francs, dont 20 % sur fonds communaux.

    Outre cette actualité météo dévastatrice, le conseil municipal a principalement adopté diverses mesures en faveur de la sécurité pour l’ensemble de la commune. Ainsi a-t-il été décidé l’acquisition de deux véhicules de patrouille pour la police municipale et pour les pompiers, d’un véhicule de secours et d’assistance aux victimes, d’un moyen d’intervention nautique et de six appareils respiratoires isolants, les anciens étant parfois vieux de plus de dix ans, pour un total cumulé d’une petite vingtaine de millions de francs, plus ou moins financés par les fonds de la commune. Prochain conseil municipal d’ici deux mois.

     

     

    Christophe Cozette

     

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete