Accident de plongée – La responsabilité du moniteur en question

    samedi 26 mars 2016

    La cour d’appel de Papeete a eu à examiner, jeudi, une affaire de blessure involontaire avec ITT n’excédant pas trois mois par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence et
    non assistance à personne en danger.
    Il s’agit, en fait, d’un accident de plongée survenu en mai 2011 à Tahiti. Dans le cadre du club sportif et artistique de la base aérienne 190, ouvert aux militaires et personnels civils de la Défense, une sortie plongée est organisée.
    Une jeune femme, fusilier commando dans l’armée de l’air, fait partie de la palanquée. Détentrice du niveau 2 de plongée, pour la préparer à passer le niveau 3, le moniteur, un ancien de l’armée, avec 40 ans de plongée derrière lui, lui fait faire l’exercice du yoyo, qui consiste à descendre à une certaine profondeur, remonter, puis redescendre encore avant de remonter.

    Mauvais jugement
    La jeune femme se prête à l’exercice et, au moment de remonter à bord du bateau, présente des problèmes d’équilibre et de surdité à l’oreille gauche. Elle en fait part au moniteur, qui lui conseille l’utilisation de gouttes pour faire passer ça. Quatre heures plus tard, la jeune femme se retrouve aux urgences, placées dans un caisson hyperbare. Elle venait d’être victime d’un accident de décompression et les gouttes n’ont fait qu’aggraver la situation.
    Elle est hospitalisée 11 jours, écope d’une ITT de 45 jours et de séquelles à vie qui ne lui permettront plus jamais de faire partie des fusiliers commando de l’armée de l’air. Elle a dû, bien malgré elle, changer de voie professionnelle pour devenir infirmière, laissant ses rêves de grande carrière dans une unité d’élite derrière elle.
    Le moniteur avait obtenu quatre mois de prison avec sursis en première instance, en mai 2015, et avait choisi de faire appel. Jeudi, son avocat, Me Quinquis, a demandé sa relaxe, confiant qu’il s’agissait uniquement d’une erreur d’appréciation de la part de son client et qu’il n’a jamais eu l’intention de nuire.
    Mais l’avocate de la partie civile, Me Oputu ainsi que l’avocat général ont eu une toute autre interprétation des faits, soulignant chacun les nombreux manquements aux règles de sécurité par ce moniteur pourtant expérimenté.
    Ils ont tous les deux demandé une confirmation de la peine. Décision le 7 avril.
    V.H.

    banana prawn 2016-04-02 16:52:00
    Bravo la Dépêche ! Encore un article objectif avec une belle vérification des sources et des termes techniques utilisés a bon escient...
    Sérieusement, on se croirait sur radio bistrot, c'est lamentable !
    Batman forever 2016-03-29 20:00:00
    Je constate une fois de plus que les docteurs du dimanche font des diagnostiques à la tout va sur des propos douteux d'une presse à scandale! Pour info, la demoiselle en question était une simple surveillante de clôture sous contrat et non pas un commando ! Je tiens à vous signaler qu'il y avait également 3 autres moniteurs sur le bateau et qu'il n'a jamais été question de goutes dans les oreilles mais plutôt d'aller consulter un ORL ( spécialiste dans ce domaine!). Et pour finir, seul un spécialiste ORL peut distinguer la différence entre un accident de décompression de l'oreille interne, un vertigne alterno-barique ou un simple barotraumatisme de l'oreille interne dont les symptômes sont concomitant ... spécialiste qui n'a jamais été consulté avec seulement 12 heures d'hospitalisation sous surveillance aux urgences! D'autre part, nous n'avons pas à ce jour sur le territoire la technologie pour détecter à 100% un diagnostique de ce type là. Pour les féru de physiologie et d'anatomie, consultez le BROUSSOLLE aux éditions Ellipses , 2ème édition, qui est la référence en la matière et non pas Wikipédia! Bonnes bulles aux amateurs!
    jamaa mawloud 2016-03-29 14:16:00
    ce type d'incident est fréquent surtout dans les 10 derniers metres ( pression qui passe du simple au double), ils est conseillé de faire cet 'exercices dans la zone plus profonde ( au de la de 10 metres).
    avec mes respects à tous les moniteurs
    Fiuroa 2016-03-27 22:40:00
    En fait ce genre de symptôme est caractéristique d'un accident de type 2 impliquant le système nerveux central. On reconnait 2 types d'accident de decompression, type 1 qui concerne les bends, les puces fourmillements qui sont dus aux passage de bulles (azote pour les plongées a l'air) accident peu sérieux mais spectaculaire par les douleurs que le passage des bulle peut engendre. Par contre les types 2 sont tous très sérieux et peuvent entrainer la mort si pas traites a temps et correctement.
    Le moniteur a peut être 40 ans de plongée mais si il n'a pas suivi les règles c'est 40 ans de connerie.
    hiro 2016-03-27 00:09:00
    elle fais une sceance de yoyo, elle a mal a l oreille et il lui dit juste des gouttes???Je pense que les bon brevets d etats du territoire voient qu il y a bien qu un idiot qui peut minimiser des symptomes apres un exercice connu pour endommager les tympans...tu merite pas ta licence...encore un qui dit.."bhhoaaa, c est bon t es a tahiti ici...deux goutte et c est fini...alleeee..."
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete