Habillage fond de site

Accusé dans l’affaire Papy Fat, il cambriole le patron de la gendarmerie

mardi 2 octobre 2018

Le prévenu comparaîtra finalement au mois de janvier dans l’affaire Papy Fat. (© Florent Collet)

Le prévenu comparaîtra finalement au mois de janvier dans l’affaire Papy Fat. (© Florent Collet)

Il n’était pas devant la cour d’assises en juin, où ses camarades d’un quartier de Titioro avaient écopé de peines allant de 15 à 20 ans de réclusion criminelle pour leurs implications dans la mort de Papy Fat.

Âgé d’à peine 13 ans au moment des faits, H.R. aurait dû comparaître hier matin devant le tribunal pour enfant. Il ne s’y est pas rendu, et pour cause, il devait être jugé en comparution immédiate hier après-midi après avoir participé au cambriolage du patron de la gendarmerie en Polynésie en compagnie de deux autres mineurs. De quoi lui faire perdre les pinceaux.

Lors de ce type d’audience, le juge demande toujours au prévenu s’il souhaite être jugé aujourd’hui ou avoir un délai, H.R. se gratte la tête et demande “sur cette affaire ?”. Il s’agit bien des faits du 25 septembre. De nombreux objets sont volés chez le colonel de la gendarmerie à Vetea, à Pirae. Un relevé d’empreintes permet d’identifier un jeune mineur très connu des forces de police. Une guitare hawaiienne et une partie du butin sont retrouvées chez lui. Il reconnaît le vol, mais il désigne H.R. comme l’instigateur de l’opération.

 

“Extrêmement traumatisée”

 

Ce dernier l’aurait simplement invité à aller ramasser des cocos dans la forêt pour au final le conduire dans une maison qu’il savait inoccupée. Il faudra plusieurs jours pour mettre la main sur H.R.. Si des objets du larcin sont retrouvés dans sa famille, c’est caché sous le plancher d’une cabane qu’il sera finalement intercepté.

H.R. affirme lui que c’est un des mineurs qui lui aurait proposé “de partir en chasse”, mais qu’il avait bien pris son sac à dos pour ramasser des cocos.

Pour le président de l’audience, le juge d’instruction chargé d’enquêter sur Papy Fat s’irrite : “Avec l’affaire Papy Fat qui devait être jugé aujourd’hui, vous vous n’êtes pas dit qu’il faudrait rester un peu tranquille ?”

“Si”, répond H.R. tête baissée. Désormais âgé de 24 ans H.R. compte neuf mentions à son casier judiciaire, père d’un enfant de 4 ans.

“C’est l’âge de ma fille” explique la femme du colonel. “Elle est extrêmement traumatisée, elle ne dort plus.”

Le procureur évoque “l’insouciance, l’immaturité du prévenu, qui n’a pas idée des conséquences que cela entraîne chez la victime. Mais il est conscient de la gravité de ses actes puisqu’il va sa cacher dans une cabane”. Il a requis 18 mois de prison dont six avec sursis.

L’avocate évoque l’affaire Papy Fat survenue quand il avait 13 ans, “un événement qui l’a traumatisé”. “Ce dossier en est une réminiscence. Il est dans l’attente depuis des années. Il va partir en prison et quand il sortira, son fils aura l’âge que mon prévenu a aujourd’hui”, ajoute-t-elle.

Au final, les juges l’ont condamné à un an de prison assorti d’un mandat de dépôt.

 

Compte rendu d’audience F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete