Habillage fond de site

ADT en forme… mais à l’avenir incertain

mercredi 12 juillet 2017

Lead crédit

La société Aéroport de Tahiti se porte plutôt bien, mais ce projet de rénovation du hall public
de l’aéroport de Tahiti-Faa’a, qui devait débuter cette année, est reporté jusqu’à la réattribution
de la concession. L’annulation de la concession par la cour d’appel de Paris, en réduisant la visibilité du concessionnaire, l’empêche de s’engager financièrement pour l’instant. (© Illustration : Aéroport de Tahiti)


 

Aéroport de Tahiti présente un bon bilan pour l’année 2016, avec notamment une hausse de 4 % du trafic passagers. En revanche, l’annulation de la concession d’ADT par la cour administrative d’appel de Paris fait peser plusieurs incertitudes sur les années à venir. Ce contrat doit être résilié au plus tard le 30 mars 2018, et remis en jeu. ADT a donc dû réviser son plan d’investissement 2017 à la baisse : -35,4 %.

La société Aéroport de Tahiti, concessionnaire des plateformes aéroportuaires de Tahiti-Faa’a, Bora Bora, Raiatea et Rangiroa depuis 2010, a rendu public son rapport d’activités 2016, qui a été présenté hier, par Éric Dumas, le directeur général. Ce dernier a également donné la tendance du premier semestre 2017.

Les produits d’exploitation d’ADT en 2016 s’établissent à 4,06 milliards de francs (+8 %). Les charges sont de 3,75 milliards (+7 %). L’excédent d’exploitation est de 857 millions de francs (+8 %). Quant à la capacité d’autofinancement, elle est de 698 millions (+9 %), et le résultat net est de 127 millions de francs : “Je rappelle que depuis sept ans, ADT a investi tous ses résultats dans l’entreprise, dit Éric Dumas. Aucun franc investi par ADT ne vient de l’extérieur, ni de l’État, ni du Pays, tout est en autofinancement. ADT fonctionne sur ses fonds propres et ne coûte rien au contribuable français ou au contribuable polynésien.  Autrement dit, nous avons investi cinq milliards de francs à nos risques et périls.”

 

Passagers en hausse, fret en baisse

 

En 2016, le nombre global de passagers utilisateurs des quatre aéroports a augmenté de 4 % par rapport à 2015 : + 4,5 % pour le trafic international, et 3,7 % pour le trafic domestique, pénalisé par le mouvement de grève de mai 2016 alors que les premiers mois de l’année montraient une croissance record de 9,3 %. En revanche, le tonnage global de fret a baissé de 10,2 %, en partie à cause de la réduction de l’activité croisière.

Les activités extra-aéronautiques sont également en progression en 2016 : +4 % pour les parkings, +15 % pour les salons d’accueil, et presque +10 % pour les commerces et services.
“L’exploitant des boutiques duty-free est très dynamique. La boutique éphémère qui donne leur chance à des porteurs de projets locaux, est également un succès”, indique Éric Dumas.
Côté charges, on note en 2016 une augmentation de 14 % des frais de personnel, due au plan de départs volontaires qui a touché 20 personnes. En revanche, pas de baisse de la masse salariale, les départs étant compensés par “la mutation vers de nouvelles compétences. Il y aura encore des recrutements en 2017, niveau bac +4 ou bac +5.” L’entreprise compte aujourd’hui
200 salariés, dont une trentaine dans les îles.

 

Un bon début d’année 2017

 

À fin juin, le trafic international accusait une légère baisse de 0,6 % par rapport au premier semestre 2016. En cause, les grèves, les annulations de vols ATN pour aléas techniques, et la baisse de l’activité croisière provoquée par le carénage du Paul-Gauguin durant trois mois. Mais le trafic domestique progresse de 6 %, en dépit des mouvements de grève : “C’est bien la population locale qui porte la croissance”, dit Éric Dumas. “Ce qui peut faire penser que la crise se dissipe.” Bora Bora est l’aéroport le plus dynamique, avec 15,3 % de hausse des mouvements aériens au premier semestre 2017.

Mais Aéroport de Tahiti vit désormais dans l’incertitude, suite au jugement de la cour administrative d’appel de Paris qui a ordonné la remise en concurrence de la concession, laquelle devait durer jusqu’en 2040 (lire ci-dessous).
D’autres opérateurs pourraient se porter candidats.
En attendant que cette procédure soit menée à son terme, le conseil d’administration, qui regroupe le Pays (49 %), la caisse des dépôts et consignations (30 %), Egis (19 %) et l’Agence française de développement (2 %), a donc décidé d’une révision du budget d’investissement 2017, qui passe de 1,1 milliard de francs à 710 millions : les opérations qui devaient être financées par l’emprunt (hall public, parcs et accès) sont différées.

Si Éric Dumas se refuse à spéculer, ces travaux pourraient aisément accuser deux ans de retard, vu la longueur des procédures d’attribution de concession. Le conseil d’administration a néanmoins validé la poursuite des études, afin de ne pas perdre de temps “si ADT était retenu.”

Malgré tout, les travaux de réaménagement de l’aérogare de fret commenceront en août, et les travaux d’extension et de réaménagement de l’arrivée internationale et de la salle de livraison des bagages se termineront en septembre, assure le directeur général. En octobre ou novembre, les travaux du salon VIP, des sanitaires et de la zone enfants seront finis.
Enfin, pour éviter l’inondation de la piste durant les épisodes de fortes pluies, ADT investira 75 millions de francs dans des travaux sur les canaux d’évacuation des eaux vers le lagon, et 100 millions de francs dans l’acquisition d’engins.

 

C.P.

Orianne Obrize
1
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete