Habillage fond de site

Âgé de 19 ans, il a déjà été condamné neuf fois

mardi 7 février 2017

justice

(© DR)

“Je ne suis pas fou, je n’ai pas besoin d’être soigné.” L’audience n’a pas commencé et E.M., regard noir, bras croisé et cheveux teint, montre déjà sa colère à son avocate.
Il est jugé en comparution immédiate pour le vol de deux scooters. Le premier a eu lieu en novembre 2016, moins d’un mois après être sorti de prison.

À 19 ans, E.M. a déjà été condamné neuf fois par le tribunal pour enfant et a purgé deux ans de prison. La victime du premier vol connaissant l’auteur, il a pris contact avec la famille qui a reconnu le vol du scooter avant de le lui restituer en bien mauvais état. La tante propose de rembourser les dégâts mois après mois, mais après un premier versement, la victime n’a plus de nouvelle et porte plainte.
“Je lui ai dit qu’il aille se faire f…, que je n’allais pas payer”, explique durement le jeune homme pas impressionné par les questions du juge. “Je n’ai pas de travail. Je suis obligé de voler.”

Durant l’enquête, le jeune homme aurait expliqué avoir pris ce scooter pour celui d’un fournisseur d’ice avec qui il aurait fait une mauvaise affaire. Le deuxième vol ne repose que sur des témoignages, et le procureur décidera d’ailleurs de ne pas retenir cette affaire dans ses réquisitions. Le jeune homme lui-même s’en défend.
“Ils pensent que je suis le seul voleur de Tahiti, mais ils ne savent pas qu’ici à Tahiti, il y en a plein.”

Le jeune homme s’apprête à être papa, son amie de 15 ans devrait accoucher d’ici quelques semaines, il l’assure à la barre. “Je veux changer et chercher du travail.” Une réponse qui a du mal à convaincre le procureur qui souligne l’hostilité affichée par E.M. lors de sa garde à vue, et avec qui la justice n’arrive pas à mettre en place les mesures de sursis avec mise à l’épreuve, celui-ci prenant systématiquement la fuite à la vue des gendarmes.
“Au vu de ses antécédents, il faut lui montrer que force doit rester à la loi” et de requérir 6 mois de prison avec mandat de dépôt “pour permettre peut-être, ou pas, de suivre un enseignement. Sinon, il est voué à commettre d’autres infractions”.

C’est le tour de l’avocate de E.M. de prendre la parole pour raconter son parcours cauchemardesque depuis la mort de son père à l’âge de 12 ans, les carences éducatives de la mère, le placement chez la grand-mère et la mauvaise influence des frères et amis du quartier d’Oremu.

Appelé à s’exprimer, E.M. ne manque pas d’étonner son avocate. “Je veux aller à Nuutania maintenant”, dit-il sèchement, avant de faire mouliner ses bras comme un sportif s’échauffant avant une épreuve. Il obtiendra satisfaction. Il a été condamné à 6 mois de prison ferme et est conduit à Nuutania.

 

F.C.

329
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete