Habillage fond de site

Agression au couteau à Paris : Un Tahitien, blessé, a tenté d’arrêter l’agresseur

mardi 11 septembre 2018

L’agression a été commise à Paris en fin de soirée dans le quartier du canal de l’Ourcq. (© Reuters)

L’agression a été commise à Paris en fin de soirée dans le quartier du canal de l’Ourcq. (© Reuters)

Il est décrit comme “Un homme qui a cru sa dernière heure arrivée” par la radio RTL. Tuhiti, un jeune Tahitien vivant actuellement à Paris, a été témoin, dimanche soir, de la furie d’un homme qui a attaqué les passants au hasard avec une barre de fer et un couteau. Avant d’être maîtrisé, l’homme avait eu le temps de blesser sept personnes, dont Tuhiti, qui avait lui-même tenté de le désarmer.

Sur la radio française, il racontait hier son aventure. “J’étais allé au cinéma avec ma copine. À la sortie du cinéma, on s’était mis au bord du canal. Sur notre droite, il y avait une dame. Je tourne la tête et je vois un gars, une barre de fer à la main. Il s’est approché et a donné un coup à la dame.” Tuhiti a alors tenté d’intervenir pour le désarmer mais l’agresseur est parvenu à le blesser avant de poursuivre sa course violente.

“Du coup, je l’ai suivi pour voir si je ne pouvais pas prendre la barre de fer. Ça a dû l’énerver, il a jeté sa barre de fer et c’est à ce moment-là que j’ai été blessé et il a sorti un couteau. Il a vu un monsieur dans la rue, il lui a donné un coup de couteau dans le dos, en fourbe. L’agresseur avait l’air en transe et essayait de faire un maximum de dégâts. Avec sa barre de fer, dès qu’il voyait quelqu’un qui ne faisait pas attention, bam, il le tapait sur la tête. Pareil avec son couteau. Il essayait de blesser les gens un max”, expliquait-il sur les ondes de nos confrères de RTL. L’homme “a priori de nationalité afghane” a blessé dimanche soir à l’arme blanche sept personnes, dont quatre grièvement, dans le XIXe arrondissement de Paris, mais la piste terroriste n’est pas retenue à ce stade, dit-on de source judiciaire. L’enquête confiée au deuxième district de la police judiciaire a été ouverte pour tentatives d’homicides volontaires, précise-t-on de même source.

“La qualification terroriste n’est pas retenue à ce stade mais la section antiterroriste du parquet de Paris suit de très près l’évolution de l’enquête”, ajoute-t-on.

Outre les sept blessés, parmi lesquels deux touristes anglais, un témoin est en état de choc, dit-on de source proche de l’enquête. L’agression a été commise en fin de soirée dans le quartier du canal de l’Ourcq, dont les berges sont très fréquentées, notamment en raison de la présence de deux cinémas dans le voisinage. L’homme “a attaqué des personnes qui lui étaient inconnues, dans la rue”, précise-t-on de même source.

L’identité de l’agresseur n’est pas confirmée à ce stade, a-t-on indiqué de source proche de l’enquête. Une pièce d’identité afghane datant de quelques années, alors qu’il était mineur, a été retrouvé à ses côtés.

Avant les faits, il avait été vu titubant et hagard, déambulant dans le quartier, a-t-on dit de même source. L’homme était toujours hospitalisé lundi, inconscient. Une analyse toxicologique était en cours.

Un témoin a raconté à RTL qu’il avait participé à la neutralisation de l’agresseur. “J’ai foncé derrière lui (…) J’ai trouvé une barre de bois. On a coincé le mec, on était cinq ou six. Quand il a perdu l’équilibre, moi j’ai visé direct la main qui tenait le couteau avec la barre de bois”, a-t-il dit.

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a salué lundi dans un communiqué “la grande réactivité et le courage” des personnes qui sont intervenues.

 

Bertrand Prévost (avec Reuters et RTL)

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete