Aidan et Kris, deux virtuoses du ukulele

    mardi 7 avril 2015

     Venus de Hawaii, Aidan James et Kris Fuchigami sont arrivés samedi dernier à Tahiti. Ils donneront un concert vendredi soir et
    participeront au record du monde de joueurs de ukulele le lendemain. Demain, le public et les élèves du conservatoire pourront assister à des démonstrations et profiter des conseils de ces deux jeunes virtuoses.

    Du haut de ses 13 ans, et derrière ses lunettes de vue, il totalise à lui seul plus de vues sur YouTube, le site de partage de vidéos en ligne, que l’ensemble des artistes polynésiens réunis. Aidan James est arrivé samedi dernier, dans la soirée, afin de participer au premier Festival international du ukulele à Tahiti.
    Il y a cinq ans, alors âgé d’à peine 8 ans, il monte sur la scène du Ukulele Festival dans sa ville natale de Honolulu. “J’ai commencé la musique à 4 ans et je m’y suis vraiment mis à l’âge de 8 ans, au moment où la chanson Hey, Soul Sister (interprétée par le groupe Train, NDLR) est sortie. J’ai entendu à la radio que du ukulele y était joué, donc cela m’a vraiment intéressé de voir que cet instrument pouvait marcher avec une chanson moderne et être diffusé sur les ondes. Je l’ai apprise et j’ai commencé à la jouer. Quelqu’un l’a mise sur YouTube, et à partir de ce moment-là, sa diffusion est devenue virale”, explique-t-il très simplement.
    “Je ne m’attendais pas du tout à ce que cela prenne cette ampleur. Cela a changé ma vie, j’ai donné des cours dans des lieux prestigieux, j’ai fait beaucoup plus de concerts, cela a facilité ma carrière.”
    Aujourd’hui, la vidéo a été vue plus de 19 millions de fois. Pour autant, elle ne lui rapporte pas un seul dollar. “Je ne connais même pas la personne qui l’a mise”, dit-il, presque amusé. Cela lui permet tout de même de parcourir le monde.
    “Nous sommes allés un peu partout aux États-Unis, au Japon, je vais aller en Australie”, explique le jeune prodige qui poursuit sa scolarité par Internet. “C’est un peu difficile, mais pour réussir, il faut se donner les moyens.”

    Tous styles de musique

    Arrivé par le même vol samedi dernier, Kris Fuchigami est aussi décrit comme un virtuose du ukulélé. “Selon moi, un virtuose, c’est quelqu’un qui ne reste pas coincé dans un seul style de musique mais qui peut en jouer plusieurs, qui est capable de s’adapter, peu importe ce que joue la personne avec qui il est en scène. Si elle joue du reggae, tu joues du reggae, si elle fait du rock, tu fais du rock.”
    Et à en juger par sa reprise de Europa de Santana, hier, lors de la répétition dans les locaux de Magic City, Kris Fuchigami n’usurpe pas son étiquette de prodige du ukulele. Ceux qui sont habitués à la sonorité de l’instrument à corde lors des bringues locales risquent d’être très surpris. Branchée en mode électrique, la sonorité du ukulélé a pour l’oreille toutes les caractéristiques d’une guitare classique.
    Pour celui qui a déjà sorti trois albums, venir dans l’autre pays du ukulele est évidemment une découverte riche d’enseignement. “Je suis déjà allé en Asie, mais ici, dès la sortie de l’avion, on peut sentir le aloha spirit qu’il y a Hawaii. Cela signifie l’amour, c’est la même chose ici. Faire partie du Ukulélé Festival dans un pays où tellement de gens aiment cet instrument est une grande expérience”, confie celui qui a déjà écouté quelques artistes locaux à la radio. “Il y a de très bons joueurs ici, il y a des virtuoses aussi.”

    Dialogue des cultures

    Aidan James, de son côté, a pu s’essayer au dialogue des cultures entre cousins du Pacifique avec un artiste local. “C’est génial et je suis honoré d’être invité et d’être ici. Tahiti fait partie des endroits où je voulais aller, et j’y suis ! Jusqu’ici, c’est super-cool. J’ai déjà répété avec Maruarii Ateni et je sens que nous allons passer un bon moment sur scène ensemble. C’est un mec sympa et plein de talents.”
    Le plus jeune des deux hommes partage par ailleurs la même définition du mot virtuose que son compatriote, ainsi que sa philosophie. “C’est un instrument assez unique et ce que je joue est relativement différent de ce que la plupart des joueurs de ukulélé ont l’habitude de faire. Je joue de la pop, de la folk et du rock. Je veux montrer au monde ce qu’un ukulélé peut faire, la plupart des gens pensent que cela ne sert qu’à jouer de la musique typiquement hawaiienne, mais cela peut s’adapter à n’importe quel style, comme c’est le cas pour la guitare.” S’ils participeront tous les deux au record du monde, les Polynésiens qui auront la chance de les écouter ou de partager avec eux l’une de leurs master classes découvriront à cette occasion que le ukulele peut produire des sons bien différents que le Bora Bora e appelé à battre des records.

    F.C.

     

    Le record est en route

    Le nombre d’inscrits a dépassé la barre du record. Mis en place par la Maison de la culture et TNTV, la page Facebook de l’événement annonçait vendredi dernier que la barre des 3 000 inscrits allait bientôt être franchie, alors que 2 720 participants étaient recensés jeudi dernier. Pour rappel, le record détenu par des Anglais est actuellement de 2 370 joueurs. Sur la page Facebook, certains internautes s’inquiétaient cependant que des personnes se soient inscrites uniquement pour gagner les lots mis en jeu par la chaîne locale, mais ne seront pas présents samedi à To’ata, au moment de jouer par groupe de 50 sous le contrôle d’huissiers.

    Demandez le programme !

    – Aujourd’hui : des master classes gratuites d’ukulele données par Kris Fuchigami et Aidan James, au conservatoire artistique de la Polynésie française. Ces master classes sont destinées aux joueurs déjà confirmés, qui pourront assister à des démonstrations de la part des artistes et jouer avec eux pour en obtenir quelques conseils. Sur inscription au secrétariat du conservatoire artistique de la Polynésie française. Renseignements au 40.50.14.14.
    De 14 à 16 heures : master classes destinées aux élèves du conservatoire.
    De 17 à 19 heures : master classes ouvertes au public.

    – Demain : démonstrations gratuites dans la ville de Papeete afin de faire découvrir au public toutes les possibilités de cet instrument. Renseignements au 40.54.45.44.
    De 11 h 30 à 12 h 30 : marché de Papeete.
    De 14 à 15 heures : rue piétonne du centre Vaima.
    De 18 h 30 à 19 h 30 : kiosque de la place Vaiete.

    – Vendredi : à 19 h 30, au grand théâtre de la Maison de la culture, un concert réunira les virtuoses de Tahiti et de Hawaii, agrémenté de prestations de chants, de danses ou encore de jeunes élèves passionnés de ukulele. Tarif unique : 1 500 F. Vente des billets à Te Fare Tauhiti Nui – Maison de la culture. Renseignements au 40.54.45.44 ou sur Facebook : Festival de ukulele – Tahiti
    Durant le concert et ce dès 18 heures, le hall du grand théâtre accueillera une expovente autour du ukulele, mise en place par le GIE Tahiti Tourisme et le service de l’artisanat.

    – Samedi : de 15 à 18 heures, à To’ata, le festival s’achèvera avec la tentative de record du monde. Cet événement ambitionne d’atteindre 2 500 participants, qui devront jouer 5 minutes la musique Bora Bora e. L’accès est gratuit, à condition d’avoir un ukulele.

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete