Habillage fond de site

“Aidant feti’i” – Seul le nom du dispositif change, l’indemnité existe déjà

lundi 8 avril 2019

L’indemnisation de 50 000 F, accordée jusqu’alors à “l’aidant familial”, sera toujours accordée mais à “l’aidant feti’i”. (Photo : DR)

L’indemnisation de 50 000 F, accordée jusqu’alors à “l’aidant familial”, sera toujours accordée mais à “l’aidant feti’i”. (Photo : DR)

Le ministère de la Famille et des Solidarités a annoncé en conseil des ministres le 2 avril, par le biais de sa ministre, Isabelle Sachet, la mise en place d’un tout nouveau dispositif appelé “aidant feti’i”. Cette mesure, présentée comme étant nouvelle, offre une indemnisation de 50 000 F par mois à la personne qui prend en charge son matahiapo, âgé, grabataire ou handicapé et qui nécessite une assistance ou surveillance régulière.

Il s’agit pour l’aidant feti’i, qui assure les tâches quotidiennes, d’être à la fois reconnu et indemnisé pour l’assistance qu’il porte à son proche.

Voici donc une initiative qui a du sens de la part du ministère de la Famille et de sa ministre. Sauf qu’il n’est pas nouveau et que la ministre actuelle n’y est pour rien.

Cette aide de 50 000 F visant à soutenir l’aidant familial existe depuis 2013. À la nuance près qu’à l’époque, seuls les aidants du régime des salariés de la Caisse e prévoyance sociale (CPS) en bénéficiaient. Les autres régimes ne disposaient pas de ce fonds d’action sanitaire (FAS) pour indemniser leurs ressortissants.

Quand Jacques Raynal est entré au gouvernement en janvier 2017, il a hérité de deux portefeuilles, celui de la Santé et celui des Solidarités et de la Famille. Et c’est dans le cadre du comité de pilotage (Copil) famille, qui avait pour but de dresser un plan d’orientation stratégique pour la mise en œuvre d’une politique publique de la famille en Polynésie, que cette distinction d’indemnisation de l’aidant familial en fonction du régime d’appartenance à la CPS a été modifiée. En effet, de mai 2017 à mai 2018, le ministre en charge de la famille, Jacques Raynal, par souci d’équité et d’harmonisation des aides sociales, est allé à la rencontre des conseils d’administration des deux autres régimes de la CPS, le régime des non salariés (RNS) et le régime de solidarité (RSPF), pour porter et défendre ce dossier.

Ainsi, après plusieurs mois d’information et de réunions, le ministre de l’époque a obtenu l’adoption de cette aide sociale par les deux autres régimes et son application au 1er janvier 2019. Ce dispositif existe donc depuis trois mois grâce au précédent ministre. Hormis donc le fait qu’Isabelle Sachet, en devenant ministre de la Famille en juin 2018, a hérité de ce dossier, elle n’a eu ni à le défendre ni à travailler dessus. Celle-ci a uniquement présenté le travail de son prédécesseur au moment de l’adoption du budget de la CPS en novembre 2018 par le conseil des ministres.

La seule innovation que l’on peut reconnaître à la ministre actuelle de la Famille est le nom de cette aide, transformé “d’aidant familial” à “aidant feti’i”.

 

Jen.R.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pour cette rentrée scolaire, vous avez fait le plein de cartable :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete