Albert Solia et ses collaborateurs sont sortis mardi soir de garde à vue

    jeudi 25 août 2016

    solia

    Le ministre de l’Équipement, Albert Solia, et ses collaborateurs Heifara Garbet et Renauld Kretly ont pu retrouver leur foyer. (Photo : archives LDT)


     

    Affaire des marchés du Mahana Beach : 300 millions en question

     

    Entendus lundi et mardi sous le régime de la garde à vue, le ministre de l’Équipement Albert Solia et ses collaborateurs Heifara Garbet et Renauld Kretly ont pu retrouver leur foyer.

    Rien n’a filtré hier des suites éventuelles de l’enquête préliminaire pour favoritisme et prise illégale d’intérêts entre 2013 et 2015, lancée fin novembre 2015 par le parquet, qui avait ensuite ordonné une perquisition chez Tahiti Nui aménagement et développement (TNAD) et au ministère de l’Équipement, fin janvier 2016, au cours de laquelle des documents avaient été saisis.

    Il s’agit de déterminer dans quelles conditions le groupement HoganLovells/Mourad Mikou avait été retenu en juillet 2015, parmi 15 candidatures de cabinet d’avocats spécialisés, pour une “mission de conseil juridique pour la rédaction du règlement de l’appel à manifestation d’intérêt et sur le cadre nécessaire au pilotage du projet” afin de trouver des investisseurs pour le Tahiti Mahana Beach, puis, dans un second temps, pour la rédaction du “memorandum of understanding” entre le Pays et l’investisseur choisi (le groupe Recas qui, depuis, a fait défaut), la rédaction du cahier des charges du projet d’aménagement, le montage de la structure juridique ou encore la rédaction du contrat d’assistance à la maîtrise d’ouvrage.

    Selon nos confrères de Radio1, ces marchés, retoqués en 2013 par la commission d’appel d’offres de l’Équipement, “avaient ensuite été passés sous la forme de ‘marchés à bons de commande’ avec les mêmes bénéficiaires”.

    Selon une source proche de l’enquête, la somme qui pose question avoisinerait les 300 millions de francs.

    Les enquêteurs s’interrogent sur les liens entre les avocats choisis et le cabinet des deux derniers ministres de l’Équipement.

    Il est également possible que les enquêteurs souhaitent entendre Gaston Flosse, sous le mandat duquel le projet du Tahiti Mahana Beach avait été initié ; Édouard Fritch a, quant à lui, été entendu mardi par la DSP et a déclaré s’attendre à être à nouveau convoqué.

    Tous sont évidemment présumés innocents jusqu’à la conclusion de la procédure, quelle qu’elle soit.

    Car ce sera au parquet, au vu des résultats de cette enquête préliminaire, de lancer éventuellement une information judiciaire, après laquelle le juge d’instruction qui en aura la charge devra décider s’il y a lieu ou non de prononcer des mises en examen.

     

    C.P.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete