Alexandre Taliercio, de la suite dans la télé

    lundi 22 août 2016

    Taliercio

    Alexandre Taliercio : “Moi, l’odeur du tiare, j’y suis piqué. Le goût du lait de coco et du pua’a rôti, d’aussi loin que je me rappelle,
    je le connais.” (Photo : Marie Guitton)


    L’animateur et producteur autodidacte mêle les genres et les médias

     

    Tous les lundis, nous vous proposons de découvrir un homme ou une femme qui, à sa manière, illustre l’actualité. Alexandre Taliercio, lui, la commente tous les jours, sur Radio 1 et Polynésie 1ère.

    Animateur, chroniqueur, intervieweur, DJ à ses heures ou inventeur de Tahiti Quest et de l’élection des Mister… Dur, dur de croquer le portrait de ce trentenaire, qui refuse les étiquettes.

     

    Test-test-test. Oui, là, ça marche bien…” Quand un gratte-papier lui tend maladroitement son smartphone pour l’enregistrer, Alexandre Taliercio ne peut chasser le naturel : la télé et la radio, il les a dans la peau.

    Né à Bordeaux en 1978, l’enfant du petit écran (sa première bougie a la forme d’un “Tiffin”, un personnage du logo de TF1 qui le subjugue totalement !) arrive au fenua en 1985.

    J’avais six ans et demi. Les premières images, les premières odeurs, je les ai en tête comme si c’était hier, assure-t-il. C’est l’explosion de couleurs dans la tête d’un enfant. C’est comme quand tu sens une compatibilité d’âme avec quelqu’un.  Là, c’était avec le pays.

    Parmi les écoliers de Paofai, Alexandre Taliercio devient un gosse de Polynésie. Il joue au DJ avec son magnéto, fait vriller les génériques des dessins animés.

    Face à la lentille attendrie d’une caméra familiale, lui et ses copains imitent les présentateurs télé… À peine a-t-il quitté le collège de Tipaerui, que le lycéen de Paul-Gauguin anime sur une antenne locale sa première émission pro, 100 % Live, l’hebdo radio des ados.

    Marchant dans les pas de son père magistrat, le jeune homme embrasse l’idée d’être avocat, mais ne se résout pas à mettre sa verve “au service d’une pourriture”.

    Alors, en parallèle des cours de droit, l’autodidacte présente Studio 5 sur RFO. On le retrouvera bientôt sur Api midi, ou à l’info sur NRJ Tahiti…

    Les choses s’enchaînent, on me donne très vite des responsabilités, ça me plaît, se souvient-il aujourd’hui. Mais c’est vrai que j’ai rencontré les bonnes personnes aux bons moments, il y a un facteur chance important.

     

    “Je ne suis pas que cet Alexandre-là”

     

    Alexandre Taliercio s’amuse, varie les plaisirs. Sa société Megasmedia lance la première élection de Mister Tahiti. Dix ans plus tard, elle coproduit quatre saisons de L’Île des Vérités, dont il chapeaute les candidats.

    Une dégustation de fafaru tourne en séquence culte et comptabilise aujourd’hui plus de 90 000 vues sur Facebook. Il saute des jeux télévisés à la présentation du festival international du film documentaire océanien (Fifo) et revient aux émissions d’actualité.

    Je ne suis pas que cet Alexandre-là. Je suis contre les étiquettes”, répètera-t-il à chaque fois. En mars dernier, le critique de Radio 1 a encore surpris son public par sa plus amicale répartie dans Fenua Tonight, un talk-show sur Polynésie 1ère.

    Aux États-Unis, ils bouleversent les frontières entre le journalisme et l’entertainment. Moi, je n’ai aucun mal à le faire ici, et ça me plaît d’être tout ça.

    À 23 ans, le Tahitien avait bien essayé de conquérir la métropole. “Mais tu sais quoi ? On est quand même bien ici ! , observe-t-il quinze ans plus tard. Je préfère être la star de mon village que l’inconnu d’une grande ville… Et encore, je ne fais même pas ça pour être une star, je le fais juste parce que je suis à l’aise là-dedans depuis que je suis gamin.

     

    “Je n’ai pas d’autre chez moi”

     

    L’aisance” de Dechavanne, “l’univers bien à lui” de Delarue, “la déconnade” de Cauet, “le venin et l’impertinence” de Fogiel… Tous l’ont “façonné”.

    Mais Alexandre Taliercio le jure : “Je ne m’invente pas un personnage, je suis dans Fenua Tonight tel que je suis pour de vrai !

    Mais qui est-il, pour de vrai ? Peu prompt à ouvrir son jardin secret, le fond des yeux protégé par des lunettes rectangulaires, le célibataire (“SOS !”, lâche-t-il en riant) préfère découvrir “la vie des autres” que de s’étaler sur la sienne.

    L’un de ses confrères de Polynésie 1ère suggère : “Alexandre se révèle dans ses éditos de Radio 1. Son portrait, je le commencerais par là.

    Même dans ses coups de gueule, Alexandre Taliercio garde une pleine conscience du poids des mots. Dans l’une de ses chroniques, il remplace l’écrivain “nègre” par le terme “souffleur”.

    Il faut penser à tout son public”, explique-t-il, en se refusant à “exacerber les antagonismes”. “Je suis blanc et polynésien, tant pis si ça dérange…”, enregistre-t-il d’ailleurs le 8 octobre 2015. On est là, enfin, à fleur de peau.

    Le chroniqueur y évoque ses parents pieds-noirs, chassés d’Algérie à l’indépendance. “Le parfum des oliviers et du jasmin est longtemps resté dans leur mémoire de rapatriés, raconte-t-il. Moi, l’odeur du tiare, j’y suis piqué. Le goût du lait de coco et du pua’a rôti, d’aussi loin que je me rappelle, je le connais.

    Dénonçant la “xénophobie anti-blanc” de certains politiques, le résident de Punaauia assène : “Il se trouve qu’à part la Polynésie, je n’ai pas d’autre chez moi.

    Et qui contesterait sa place au fenua, lui qui s’invite tous les jours chez des milliers de foyers polynésiens ? La fameuse “ménagère” de moins de 50 ans, les 15-35 ans…

    Et même un “fanclub de dames retraitées”. “Elles me suivent partout, prennent des photos de moi !”, rigole Alexandre Taliercio.

    Mais ce qu’il aime avant tout, c’est le regard éberlué des enfants qui “s’arrêtent net” en reconnaissant dans la rue ou au magasin “le type qu’ils voient à la télé”.

    Sa grande fierté, il l’a conçue pour eux : Tahiti Quest, un genre de Koh-Lanta familial. Après avoir conquis Polynésie 1ère et Gulli, il espère vendre le concept à l’étranger. De la suite dans la télé.

     

    Marie Guitton

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete