Habillage fond de site

Un an à 7 ans de prison ferme dans l’affaire de la plus grosse saisie d’ice

mercredi 1 mars 2017

tribunal justice

Saisie record et instruction monstre avec notamment de nombreuses écoutes téléphoniques avant d’aboutir au procès des huit prévenus. (© Florent Collet)

C’est une affaire record, la plus importante saisie d’ice réalisée en Polynésie française. Le 10 juillet 2015, en zone sous douane, à l’intérieur d’un container, dissimulée dans des déshumidificateurs destinés à une entreprise de fournitures de jardinage, c’est 1,4 kg de drogue qui est mise à jour par les services des douanes.

R.C., l’importateur, est le premier à tomber. Les déshumidificateurs étaient destinés à son magasin de jardinage, l’ice et sa revente à combler les déficits de son entreprise. Pressé par les huissiers, il est, selon la justice, l’un des principaux instigateurs du trafic où chacun minimise la part revendue et tente de faire passer cela pour de la consommation personnelle.

Mais avant les 1,4 kg, R.C. reconnaît avoir fait venir 78 et 166 grammes d’ice. Il blanchissait ensuite l’argent grâce à des fausses factures pour renflouer ses caisses. Pas de quoi financer l’achat d’ice.

C’est donc B.T., déjà condamné pour trafic de cannabis, qui apparaît comme l’autre personnage clef dans cette affaire. C’est lui qui a financé l’achat d’ice pour R.C., puis pour S.P. Ce dernier aura fait un voyage avec 68 grammes dissimulés dans son corps, après l’incarcération de R.C.

Autre personnage central dans cette affaire où comparaissent huit prévenus, M.E.M. Cette jeune Tahitienne expatriée aux États-Unis où elle travaille en tant que juriste est une amie de B.T., R.C. et de la compagne de S.P. Ils ont tous fréquenté le milieu de la nuit de Papeete et consommé de l’ice ensemble.

Dans ce que le procureur identifie comme de la “criminalité organisée ou de la grande délinquance”, M.E.M. est l’intermédiaire avec les fournisseurs de drogue américains et les acheteurs locaux. Les Polynésiens lui fournissent l’argent, elle leur remet la drogue et empoche au passage une commission en argent liquide et en cristaux de méthamphétamine pour sa propre consommation.

À cela s’ajoutent quatre autres prévenus, l’une est la compagne de R.C. Elle est accusée d’avoir suivi les instructions données depuis la prison par son conjoint pour détruire toutes les preuves du trafic et de la comptabilité falsifiée.

Les trois autres sont mêlés dans une affaire satellite où R.B. a largement financé l’achat d’ice grâce à la vente de sa culture de cannabis. Étant en prison, il a demandé à L.T. d’emmener les 8 kilos de la récolte de Raiatea à Tahiti où “il y a un marché”. Pour cela, L.T. a embarqué sur une goélette desservant les îles Sous-le-Vent et le capitaine apparaît lui aussi dans les prévenus pour avoir fermé les yeux sur cette cargaison dont il avait humé le contenu et qu’il avait finalement dissimulé dans l’une des pièces les plus inaccessibles du navire.

Pour ce qui représente donc au total plus de 1,7 kg d’ice importés en Polynésie française, la douane a demandé le paiement d’une amende douanière s’élevant au total à 193 millions.

“Je n’ai pas l’habitude d’être bienveillant dans les affaires d’ice concernant la Polynésie, je vais être sévère”, a prévenu le procureur de la République avant de faire ses réquisitions.

De 8 à 9 ans de prison pour B.T. et R.C, de 6 à 7 ans pour R.B., de 5 à 6 ans pour M.E.M. et 4 ans pour S.P. en demandant le maintien en détention ou le mandat de dépôt pour ces cinq prévenus. Quatre ans ont été requis pour L.T., 3 ans dont un avec sursis et 5 ans d’interdiction d’exercer le métier de capitaine pour le pilote complice de la goélette et enfin 18 mois de prison avec sursis pour la compagne de R.C.

Compte-rendu d’audience F.C.

 

Les peines

R.C. : 6 ans (maintien en détention)

B.T. : 7 ans (maintien en détention)

M.E.M. : 5 ans (mandat de dépôt)

S.P. : 3 ans

R.B. : 6 ans (maintien en détention)

L.T. : 2 ans

Capitaine du bateau : 18 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer le métier de capitaine

Compagne de R.C. : 12 mois avec sursis

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete