Habillage fond de site

Un an de prison ferme et l’interdiction de retourner à Moorea pour celui qui avait menacé, dimanche, tout un quartier de Afareaitu

mercredi 6 mars 2019

FC 1 CI

Dès son arrivée, lundi matin, les cris et insultes en tahitien de L.P. ont résonné dans tout le tribunal de Papeete. (Photo: Florent Collet)

Dès son arrivée, lundi matin, ses cris et ses insultes en tahitien ont résonné dans tout le tribunal de Papeete. Toujours sous la colère des faits de la veille, L.P. a refusé d’avoir un avocat ou de rencontrer les personnes du service de probation et d’insertion. Si les noms d’oiseaux ont cessé lorsqu’il est arrivé devant le juge sous la haute vigilance de plusieurs gendarmes, l’homme n’a pas pu masquer sa nervosité, les poings perpétuellement serrés, balançant son corps comme un boxeur prêt au combat.
La veille, c’est à une guerre contre son voisinage qu’il s’était préparé. L’homme de 36 ans a déjà été condamné à neuf reprises, pour agression sexuelle mais essentiellement pour violences dont une fois contre un ambulancier. “Il m’avait provoqué”, rappelle le prévenu. Reste qu’après un séjour en détention, L.P. est revenu dans son quartier à Afareaitu, à Moorea. Un retour qui passe mal et qui finit par terroriser les personnes du quartier ou des touristes qu’il agresse pour obtenir de l’argent.

Dimanche dernier, au matin, alors que les provocations et tensions se sont multipliées depuis plusieurs jours, L.P. partage une pipette de paka avec un voisin, mais L.P. n’apprécie pas la façon qu’a ce dernier de lui parler et tout de suite, le ton monte et une bagarre éclate. Les riverains s’interposent et L.P. s’en va chez lui. Il revient avec un imposant couteau de cuisine. Sur le chemin, il fait part de ses intentions à un riverain : “Je vais tuer quelqu’un.” Mais arrivé sur les lieux de la bagarre, les personnes présentes s’arment de bâtons et font fuir L.P.. Cette fois, il s’arme de trois couteaux et d’une hachette qu’il attache autour de ses bras et jambes avec de la chambre à air.
“S’il y a dix personnes qui viennent sur moi, normal que je revienne avec un couteau, c’était pour leur faire peur”, explique-t-il. “Pourquoi être retourné vous battre après avoir pris la fuite ?”, s’interroge le juge. “Je ne vais pas rester caché seulement chez moi, j’ai l’habitude d’aller sur la route.”

Les gendarmes finissent par se rendre sur les lieux. L.P. a jeté ses armes et s’est incrusté pour boire une bière dans une maison où il n’est pas le bienvenu. À la vue des forces de l’ordre, L.P. se met en garde. Lorsque les gendarmes s’approchent, il tente de leur asséner des coups de pied. Il faudra que les militaires maintiennent L.P. au sol pendant près de huit minutes pour que ce dernier finisse par se calmer. Les insultes pleuvent. Pour L.P., les habitants du quartier sont jaloux et mentent à son encontre. “Ils ne veulent pas que je retourne là-bas, c’est pour ça.” Il reste tête baissée quand on lit le témoignage d’une mamie qui l’a pris sous son aile : “Je lui prépare son ma’a, mais même moi, il me terrorise”.

Son avocate, qu’il a fini par accepter, contraint et forcé, souligne le sentiment de persécution évident dont souffre L.P. malgré l’absence d’expertise psychiatrique au dossier. Elle tente de s’opposer à l’interdiction de retourner à Moorea requise par le procureur. “Il finira SDF autour de la cathédrale, cela déplacera simplement le problème, ce sera contre productif”, dit-elle. Elle demande qu’avant tout, son client soit forcé aux soins. Il le sera mais dans le cadre d’un sursis avec mise à l’épreuve de deux ans, période durant laquelle il ne pourra se rendre à Moorea ni entrer en contact avec les victimes. Mais avant cela, les juges ont décerné un mandat de dépôt pour qu’il accomplisse une peine d’un an de prison ferme.

Compte rendu d’audience F.C.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete