Un an ferme requis contre Émile Vernaudon et Edwin Teraiharoa

    mardi 11 octobre 2016

    émile vernaudon tribunal

    Un an de prison avec sursis et un million de francs d’amende ont donc été demandés par le procureur contre l’ancien maire de Mahina et Edwin Teraiharoa. Le délibéré sera rendu le 13 décembre. (© Jean-Baptiste Calvas)

     

    Émile Vernaudon était ce matin une nouvelle fois à la barre du tribunal correctionnel de Papeete. Arrivé très calme, il est ressorti ulcéré par les réquisitions du procureur de la République qui demandait une condamnation à un an de prison ferme et un million de francs d’amende. « Je suis aigri de ce qu’il se passe », a-t-il expliqué à la barre. « Quand on voit au niveau national. Ils sont condamnés, et ils sont toujours là. Ce n’est pas possible de me condamner comme ça. Je suis allé dans cette porcherie (Nuutania -Ndlr)… Je ne veux plus. »

     

    Appelé à la barre pour atteinte à l’égalité d’accès aux marchés publics, il est reproché à Émile Vernaudon d’avoir confié à Edwin Teraiharoa, le traitement des déchets verts de la commune de Mahina entre juin 2008 et mars 2009, sans qu’une passation de marché en bonne et due forme n’ai été mise en place. « L’appel d’offre aurait du être déclaré infructueux », a rappelé le président du tribunal correctionnel.

    En 2009, le haut-commissaire dénonçait le marché entre la mairie et la société Teraiharoa. En effet, l’ancien tavana de Mahina avait choisi de tronçonner le contrat en trois tranches (stockage, fermeture de la décharge, élimination des déchets), toutes inférieures à 5,2 millions de francs, pour passer sous la barre l’obligeant à lancer un appel d’offre groupé. Le tout, alors que planait au-dessus de sa tête une condamnation le rendant inéligible.

    Ce matin encore, Émile Vernaudon évoquait la situation d’urgence de la commune de Mahina pour justifier l’acte pris. « La commune n’avait plus de traitement des déchets verts, il fallait intervenir. » En effet, à l’époque, la société Technival qui effectuait ce travail avait dénoncé le contrat avec la mairie qui ne payait pas son prestataire de service.

    Hier, le président du tribunal ne cachait pas son sentiment : « Vous avez mis à profit un marché à un ami avant de devoir passer la main à cause de l’inéligibilité. » Émile Vernaudon lui a rétorqué que la situation d’urgence « avait eu l’accord total du conseil municipal, y compris de l’opposition », et de « la commission de l’aménagement de la ville. »

    « Le marché était de 15 millions de francs », a rappelé le procureur. « Vous avez pratiqué un saucissonnage pour vous placer juste en dessous du seuil des 5,4 millions et ne pas passer par un appel d’offre. Je suis obligé de requérir des peines sévères. »

    Un an de prison avec sursis et un million de francs d’amende ont donc été demandés par le procureur contre l’ancien maire de Mahina et Edwin Teraiharoa. Le délibéré sera rendu le 13 décembre.

     

    Bertrand Prévost

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete