Habillage fond de site

Analyse – Macron passé en tête au second tour, l’effet Tapura

lundi 8 mai 2017

élection

(© Florent Collet)

Emmanuel Macron, 39 ans, est le nouveau président de la République que les Français ont choisi. De manière nette. Élu avec 65,82 % des voix à l’échelle nationale, indiquant qu’un front républicain s’est mobilisé pour lui, le nouveau président a également obtenu une majorité franche en Polynésie française, avec 58,39 % des suffrages exprimés (52 378 voix) contre 41,61 % pour Marine Le Pen (37 319 voix).

Au fenua, le bond en faveur du candidat Macron aura été très important par rapport aux résultats du premier tour de la présidentielle, il y a quinze jours. Il n’avait alors rassemblé que 14,70 % des suffrages exprimés, soit 11 119 voix, loin derrière la candidate Marine Le Pen soutenue par le Tahoera’a (elle avait obtenu 32,54 % malgré la multitude de candidatures).

Cet écart entre le premier et le second tour n’est pas étonnant. Au premier tour, au fenua, le candidat Macron courait sans le Tapura, qui soutenait alors le candidat François Fillon ; lequel avait obtenu 26 679 voix.

La consigne de report des voix du Tapura (qui a décidé de soutenir Macron au second tour et de dire non à Le Pen) a donc fonctionné à plein régime samedi dernier puisque, cette fois, il est arrivé loin devant la candidate soutenue par le Tahoeraa.

Ce qui révèle d’un côté le poids de la parole du parti porté par Édouard Fritch, président du Pays, et traduit de l’autre  une contre-performance du camp orange. Malgré la mobilisation de Gaston Flosse, président du Tahoeraa, en faveur de Le Pen, cette dernière aura amélioré son score de moins de 10 points par rapport au premier tour.

Un résultat très mitigé qui a poussé le Vieux Lion à déclarer hier : “Ils se sont tous ligués contre le Tahoeraa, mais je pense que le peuple est avec nous”.

Même son de cloche, du côté du représentant local du Front national, Éric Minardi, selon qui le Tavini aurait poussé ses partisans à voter Macron pour étouffer l’élan frontiste. Ce que dément avec énergie le parti indépendantiste d’Oscar Temaru qui avait appelé à s’abstenir de voter, comme au premier tour.

 

Une abstention en baisse

 

Du coup, pendant que les deux partis locaux, Tapura et Tahoeraa, analysent, à travers le résultat de ce second tour, la force qu’ils représentent sur l’échiquier politique dans la perspective des prochaines échéances électorales (législatives puis territoriales), le Tavini indique avec le sourire être le champion d’une partie à laquelle il ne voulait pas participer, revendiquant le fort taux d’abstention qui s’est élevé samedi dernier à 53,11 % en Polynésie (contre 61,06 % au premier tour).

Le résultat de Macron est également le fruit d’un vote hors consignes des partis, de électeurs qui ont choisi un programme et une perspective au détriment d’un autre, qui auront considéré que les propositions de Marine Le Pen étaient trop imprécises, notamment sur l’Europe ou la monnaie, et que sa prestation télévisuelle lors du débat de l’entre-deux tours n’a pas été convaincante.

Et maintenant ? Exit, pour Gaston Flosse, l’idée de Pays associé qu’il avait “vendue” à ses militants et partisans pour justifier son association avec Marine Le Pen. Exit aussi la perspective, très personnelle celle-là, d’une grâce présidentielle qu’il espérait obtenir de la candidate si elle l’emportait. Le Tahoeraa reprend désormais sa liberté.

Quant au Tapura d’Édouard Fritch, idem vis-à-vis du candidat Macron. Chaque camp politique va désormais se concentrer sur les législatives. Une élection cette fois purement locale, avec des candidats locaux. Mais aussi avec beaucoup d’incertitudes au plan national : le nouveau président de la République parviendra t-il à obtenir une majorité absolue à l’Assemblée nationale, quitte à ce qu’elle soit parcourue de courants divers ? Ou devra t-il composer avec une majorité relative ?

Au plan local, les grands partis, structurés, que sont le Tapura et Tahoeraa et le Tavini, vont courir sous leurs propres couleurs, sans forcément chercher à formaliser des alliances avant les scrutins des 3 et 17 juin, avec des partis de l’Hexagone.

Y.R.

 

 

1
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete