Habillage fond de site

Après des coups de poing et des coups de pied, il lui marche dessus

mardi 28 février 2017

justice tribunal

Le conjoint violent a interdiction d’approcher sa victime pendant trois ans. (© Florent Collet)

La photo du visage déformé par les coups est effroyable. Pourtant, comme le remarque le procureur dans ses réquisitions, le prévenu ne cille pas. “Il n’est pas ému de ce qu’il a fait, ni touché par les photos extrêmement impressionnantes de la victime.”

L’homme avoue en effet être violent avec sa concubine depuis 14 ans, soit un an après leur rencontre, depuis la naissance de leur enfant qui assiste à toutes les disputes et implore son père de cesser de frapper sa mère.

En comparution immédiate, hier, il s’agit de son cinquième procès pour violences sur sa concubine, bien décidée, cette fois, à mettre fin à cette relation dangereuse.

“Je lui dis de rentrer chez lui, il ne veut pas”, explique la victime derrière de grosses lunettes qui peinent à cacher les séquelles du week-end dernier.

Vendredi dernier au soir, il arrose son anniversaire avec un ami alors que sa moitié, femme au foyer, prépare le repas. Lorsque cette dernière se met aussi à boire, le ton commence à monter sans qu’aucun des deux ne puisse l’expliquer.

La femme l’insulte, l’homme tente de la calmer, les noms d’oiseaux se multiplient et le prévenu cède à la violence physique.

Un premier coup à la tête la fait tomber. Au sol, elle reçoit des coups de pied avant de se faire marcher dessus, ce qui lui vaut 10 jours d’ITT.

“C’est pitoyable”, résume le procureur. “Ces faits durent depuis plus de 10 ans sous les yeux de vos enfants. J’ai peur que survienne un jour un drame et que la femme perde la vie comme cette affaire qui devait être jugée aujourd’hui aux assises” et de requérir quatre ans de prison, dont deux ans avec sursis.

L’avocate du prévenu évoque ce couple d’une grande précarité qui reproduit souvent le même schéma, une grande consommation d’alcool, madame qui insulte et monsieur qui cogne.

Elle souligne tout de même les effets bénéfiques du suivi psychiatrique sur le prévenu lors de son premier passage en détention.

Au final, il écope de 18 mois de prison, dont 9 avec sursis, et l’interdiction d’approcher son ex-concubine durant trois ans. Il est parti hier soir à Nuutania.

 

F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete