Après la farine de ’uru, la farine de banane !

    jeudi 7 janvier 2016

    Tahiti Uru Factory, à l’origine de la farine de ‘uru, a lancé le mois dernier une farine de banane sans gluten.  Le couple à la tête de l’entreprise procède aussi à des essais afin de pouvoir fournir aux chocolatiers des fèves de cacao locales.
    Enfin, il sera fin février à Paris pour présenter sa farine de ‘uru au Salon international de l’agriculture.

    Un tout nouveau produit 100 % local vient de faire son apparition. Tahiti Uru Factory, l’entreprise à l’origine de la farine de ’uru, a profité du dernier marché des produits du terroir, le 19 décembre, pour présenter sa farine de banane.
    “Une farine sans gluten et bonne pour la santé, puisqu’elle facilite la digestion”, explique Benjamin Huber, à la tête de Tahiti Uru Factory avec son épouse Thérèse. “Et comme pour la farine de ’uru, on peut en faire des pains, des gâteaux, des cookies, etc., poursuit cette dernière. On ne sent pas le goût de la banane parce qu’elle est cueillie verte. Le sucre n’a pas le temps de se former et ça reste un produit neutre.”
    Cette innovation, les consommateurs la doivent à une pénurie de ’uru, intervenue peu après l’annonce de la saison cyclonique. “L’année dernière, on a traité environ cinq tonnes de ’uru, reprend Benjamin. On a gardé une partie que l’on a vendue sur les foires sous forme de chips et frites et une autre qui nous a donné à peu près 1,5 tonne de farine. On traitait à peu près 300 kilos de ’uru par mois, jusqu’au mois de septembre où on a commencé à avoir des problèmes d’approvisionnement. En prévision de la saison cyclonique, les gens ont coupé leurs arbres. Nous avons appelé tous nos fournisseurs et ils nous ont tous dit qu’ils n’avaient plus de ’uru pour cette raison. Donc d’un côté, on n’avait plus de ’uru et de l’autre côté, un atelier dans lequel on a beaucoup investi et une salariée. Soit on se séparait de notre employée, soit c’était à nous, en tant qu’entrepreneur, à trouver une solution, quelque chose d’innovant.”
    Et c’est ainsi qu’est née la farine de banane, fabriquée sur le même principe que celle à base de ’uru.
    Benjamin et Thérèse travaillent avec des agriculteurs et des particuliers pour s’approvisionner en ’uru et en bananes.
    S’il arrivait que vous en ayez trop dans votre jardin, sachez que vous pouvez les vendre à Tahiti Uru Factory au prix de 50 F le kilo pour des ’uru arrivés à maturité et 70 F le kilo pour des bananes vertes.
    Enfin, pour ceux qui voudraient essayer cette nouvelle farine de banane, Benjamin et Thérèse tiennent un stand chaque dernier samedi du mois au marché des produits du terroir, sur le parking de l’ancien hôpital de Mama’o, où ils proposent aussi toutes sortes de produits à base de cette farine.
    Vous pouvez également les contacter via leur page Facebook Tahiti Uru Factory ou au 87.76.81.21.
    V.H.

    La farine de ‘uru au Salon de l’agriculture de Paris
    Le mois de février s’annonce très prometteur pour Tahiti Uru Factory. La farine de ‘uru sera présentée du 12 au 15 février à Paris, au 2e salon de la gastronomie des outre-mer. Un événement organisé par Babette de Rozières, la cuisinière de l’émission C à vous, sur France 5. “Nous ne pourrons pas être sur place, donc c’est la délégation de la Polynésie française qui nous représentera, explique Thérèse Huber. Aussi, nous sommes en pourparlers avec Babette pour savoir si elle pourrait faire une recette et la présenter au salon ou dans le cadre de son émission de télé.”
    Plus tard dans le mois, le couple Huber sera à Paris pour présenter en personne sa fameuse farine, du 27 février au 6 mars au Salon international de l’agriculture. “C’est la première fois que la farine de fruit de l’arbre à pain sera présentée à Paris, précise Benjamin. C’est pour cela qu’on n’arrête pas de faire des annonces sur Facebook afin que les gens nous déposent leur ‘uru. Pour ce salon, on a besoin de 200 kilos de farine. Et c’est sans compter les clients sur liste d’attente, pour lesquels on a déjà 100 kg farine de ‘uru de prévus.”

    Vers du chocolat 100% made in fenua
    En marge de s’être lancés dans la production de farine de banane, Benjamin et Thérèse Huber ont une vision : “Développer, d’ici la fin de l’année, du chocolat 100% made in fenua”, explique Benjamin. “Ça implique d’avoir du cacao, de la poudre de lait et du sucre faits localement. Donc je suis à la recherche de quelqu’un qui fait du sucre made in fenua, pour monter une coopérative avec ces autres personnes afin que l’on construise ensemble ces produits. On a déjà contacté des chocolatiers pour bénéficier de leur aide et surtout de leurs conseils.”
    Pour faire du cacao, il faut des cabosses, le fruit du cacaoyer. Une matière première qu’ils ont trouvée auprès de Karl Réguron, “qui a des plans dans son fa’a’apu”, explique Thérèse. “Il nous a apporté des cabosses lundi. C’est à partir de ces fruits qu’on récupérera les fèves de cacao, que les chocolatiers utilisent pour fabriquer le chocolat.”
    “On fait des essais cette semaine pour récupérer les fèves, poursuit Benjamin, et la semaine prochaine, on verra si le cacao est de bonne qualité.”

     

    SIRE 2016-01-07 14:36:00
    Et après la farine de coca
    ladyblue 2016-01-07 13:15:00
    Bravo Tahiti uru Factory! le fenua a du talent!
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete