Chaque archipel aura bientôt son propre permis de conduire

    lundi 14 novembre 2016

    gendarme

    Les quinze commandants de brigade de gendarmerie de la compagnie des archipels ont été formés, jeudi dernier, aux épreuves pratiques de la capacité de conduire. Ils se chargeront ensuite de former leurs sous-officiers. (© Vaiana Hargous)


     

     

    La direction des transports terrestres et son ministère afférent arrivent au terme de la mise en place de la “capacité de conduire”. Il s’agit d’un “permis des îles” qui permettra aux conducteurs de cyclomoteurs, de voitures et de poids lourds de circuler en toute légalité dans leur île ou dans leur archipel.  Les gendarmes, qui se chargeront de faire passer l’examen aux Marquises, aux Tuamotu, aux Gambier et aux Australes, ont été formés, jeudi dernier, aux épreuves pratiques.

     

     

    Le “permis des îles” est bientôt prêt. Les commandants des 15 brigades de gendarmerie de la compagnie des archipels étaient, jeudi dernier, au centre de contrôle technique de Pater, à Pirae, pour être formés aux épreuves pratiques de l’examen de la “capacité de conduire”, qu’ils se chargeront de faire passer aux Marquises, aux Tuamotu, aux Gambier et aux Australes – la direction des transports terrestres gardant à sa charge les îles Sous-le-Vent.

    Il s’agit de parcours réalisés à partir d’une corde tirée et de plots, donc facilement transportables dans les îles, et qui seront différents selon la catégorie choisie par le candidat : catégorie 1 pour les cyclomoteurs ; catégorie 2 pour les voitures particulières et quadricycles légers à moteur ; et catégorie 3 pour les poids lourds.

    “Cette rencontre avec la gendarmerie vient terminer toute une période assez longue de préparation pour la capacité à la conduite, indiquait, jeudi dernier, le ministre de l’Équipement, Albert Solia, présent à la session de formation. Là, on est dans la pratique. Il reste à passer la convention avec la gendarmerie, qui est prête et qui est en attente à l’assemblée. Je fais tout ce que je peux pour que ça passe le mois qui vient, avec la session actuelle, et dès que cette convention est signée, on peut lancer l’opération. Ça devrait être une histoire de semaines.”

     

    Uniquement valable dans l’archipel

     

    La capacité de conduire est un nouveau titre de conduite entré en vigueur en juillet 2016. Une solution simplifiée qui permet aux habitants des îles d’obtenir un titre de conduite et donc de s’assurer. Elle s’obtient après réussite à un examen comportant une épreuve théorique de 20 questions et une épreuve pratique. Cette capacité de conduire peut se passer dans les îles autres que Tahiti, Moorea, Raiatea et Taha’a, avec une formation qui peut se faire individuellement à partir de livrets édités par la direction des transports terrestres et disponibles dans les îles concernées.

    “On l’a volontairement appelé ‘capacité de conduire’ pour éviter de confondre le permis des îles et le permis normal, expliquait le ministre. C’est une autorisation à la conduite, avec un document qui va être exactement comme celui du permis classique en format carte de crédit, mais d’une couleur différente. Par contre, elle sera uniquement valable dans l’archipel où le candidat l’aura passée, car il y a une différence entre l’archipel des Tuamotu par exemple et celui des Marquises ou des Australes, qui ont des conditions de circulation différentes.”

    Cette capacité de conduire serait “partie d’un vœu de la population des îles, qui souhaitait pouvoir conduire en toute légalité”, explique, de son côté, Jean-Gabriel Rousseau, responsable de la section permis de conduire de la direction des transports terrestres. “Rien que pour Maupiti, on a estimé entre 80 et 100 inscrits. Donc il y a un réel besoin de se couvrir au niveau des assurances pour tous les conducteurs.”

    Les épreuves de l’examen coûteront 3 000 F aux candidats. Dans le cas d’un échec, celui-ci devra s’acquitter d’un timbre fiscal de 1 000 F à chaque fois qu’il repassera une épreuve.

     

    V.H.

     

     

    Jean-Gabriel Rousseau, responsable de la section permis de conduire de la direction des transports terrestres : “On risquait de perdre la reconnaissance de notre permis”

    vh-jean-gabriel-rousseau

    (© Vaiana Hargous)

    “Dans l’absolu, on avait un problème par rapport à l’international. Des gens pouvaient obtenir des permis de conduire avec des critères très simplifiés et forcément, on risquait de perdre la reconnaissance du permis de conduire polynésien. Il faut savoir que la Polynésie a un permis de conduire reconnu au niveau international, c’est pour ça que nous avons des critères très sélectifs au niveau du permis de conduire, avec un examen d’une demi-heure sur un réseau routier très varié, avec des critères très objectifs. Et donc, il fallait conserver ça. Malheureusement, on ne pouvait pas le faire dans les îles, puisque parfois, on a une route de ceinture qui peut être en soupe de corail, ou on n’a pas de feu, pas de giratoire, etc. Donc on risquait de perdre la reconnaissance de notre permis avec des conséquences catastrophiques pour tous les Polynésiens qui veulent voyager, d’où également la création de la capacité de conduire.”

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete