Ariiera Teriitua, le roi du ha’ape’e

    lundi 4 mai 2015

    Ariiera Teriitua est né à Rimatara dans l’archipel des Australes. Parmi ses ancêtres : les familles Lenoir et Hatitio. Pour autant, c’est à Paea, qu’il a passé la majeure partie de sa vie.
    Il s’est formé sur le tas et s’est naturellement tourné vers l’agriculture et la pêche lagonaire. Il a appris à fabriquer une nasse à poisson dans des circonstances particulières, comme il le raconte. Une de ses nièces s’était mise en ménage avec un homme originaire de Raiatea. C’est  lui qui suscitera l’intérêt d’Ariiera pour le ha’ape’e.
    “Lorsque j’allais à la pêche, je prenais souvent le ha’ape’e du petit copain de ma nièce. Un jour, je suis revenu bredouille de la pêche. Lui était à la plage et fabriquait ses fameux ha’ape’e. Je m’ennuyais et c’est là que j’ai commencé à faire mon premier ha’ape’e. Tout seul et sans son aide, juste en observant.”

    De l’or dans les doigts

    C’est comme ça que tout a commencé pour Ariiera Teriitua et c’est ainsi qu’il est devenu un spécialiste de la fabrication de cet objet.
    “Avec le temps, et parce que je ne faisais plus que ça, quasiment, j’ai maîtrisé toutes les techniques de fabrication. C’est effectivement en forgeant qu’on devient forgeron”.
    Les années passant, il partagera son savoir-faire en formant d’autres personnes de son entourage. Certaines d’entre elles vivent aujourd’hui de cette activité et il est très fier d’eux.
    Une fierté qui atteint son paroxysme quand il dit que son propre fils connaît aussi les secrets de fabrication du ha’ape’e.
    “C’est ma fierté aujourd’hui. Au moins, je sais que la relève est déjà assurée lorsque je ne serais plus de ce monde.”
    Mais, pour l’instant, à 72 ans aujourd’hui, Ariiera Teriitua continue encore à fabriquer des ha’ape’e. En production journalière, il peut faire jusqu’à quatre pièces par jour. Auparavant, ce nombre montait jusqu’à six. Il vend ses nasses sur le bord de la route, peu avant les grottes de Mara’a, à Paea.
    Des revendeurs travaillent également pour lui. En tant qu’artisan, il a plusieurs fois participé à des concours de fabrication de ha’ape’e dans le cadre de la foire agricole et à chaque fois, il a remporté le premier prix.
    Sauf que devant son talent, les concours, finalement, lui ont été interdits parce que personne ne pouvait rivaliser avec lui.
    Et le temps et les années n’ont rien changé à l’affaire, Ariiera Teriitua reste toujours le roi du ha’ape’e.

    C.T.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete