Habillage fond de site

Arrêtée avec 175 g d’ice dans le corps

mardi 14 août 2018

La jeune femme de 27 ans a été arrêtée avec 175 grammes d’ice. (© Florent Collet)

La jeune femme de 27 ans a été arrêtée avec 175 grammes d’ice. (© Florent Collet)

M. P., la jeune femme de 27 ans, T. T., son frère de 24 ans, et A. T., un mécanicien au noir de 36 ans, devaient être jugés, hier après-midi, en comparution immédiate pour avoir été arrêtés mercredi, à leur retour de Los Angeles, en possession d’ice.

Il avait fallu une intervention médicale pour que la femme expulse un boudin de 175 grammes de méthamphétamine qu’elle transportait “in corpore”.

Les trois prévenus ont demandé, comme la loi le leur permet, d’être jugés plus tard pour préparer leurs défenses. Ils comparaîtront à nouveau le 13 septembre. D’ici là, les juges ont décidé de les placer en détention provisoire. L’affaire a tout de même été abordée durant l’audience d’hier et ne semble souffrir d’aucune contestation, tous ayant reconnus les faits. Selon le président du tribunal et le procureur, un seul point reste à éclaircir, celui de l’organisateur de cette importation.

Le frère qui connaissait Ramon, un Mexicain de Los Angeles, avec qui il avait déjà consommé de l’ice par le passé, et qui l’avait conduit jusqu’à la chambre de leur hôtel ?

Ou s’agit-il de A. T. qui a profité de son activité consistant à réparer des véhicules d’occasion pour les revendre pour financer l’achat d’ice ?

Pour effectuer le transport de l’ice, la jeune mère de famille s’était vu promettre 2 millions de francs et son frère 4 millions. Avec un gramme d’ice actuellement vendu 160 000 F, la saisie des douanes avait donc une valeur marchande de 28 millions.

Elle aurait pu être encore plus importante. Deux autres boudins ont en effet finalement été abandonnés, par peur, avant de partir de Los Angeles.

Parmi les prévenus tous originaires de la Presqu’île, la jeune femme est la seule à disposer d’un emploi. Ouvrière agricole, la jeune femme parcourt 17 kilomètres à pied tous les jours pour se rendre à son travail, et rêve de disposer de sa propre terre pour cultiver. Son parcours sans accroc a connu un virage au lycée lorsqu’elle a fuit les règles de l’internat pour une vie d’errance, qui prendra fin à la naissance de sa fille de 7 ans, présente hier dans la salle d’audience et émue de voir sa mère à la barre.

 

“J’étais tenté par la tentation”

 

Aux enquêteurs, son frère a expliqué qu’il “ne savait pas exactement ce qu’il faisait dans la vie”. Après avoir consommé de l’ice pour la première fois il y a deux ans “pour le fun”, il a assuré maîtriser sa consommation. Interrogé sur ce qui l’avait poussé à vouloir financer l’achat d’ice, A. T. a expliqué : “J’étais tenté par la tentation”.

“Ils savent très bien ce qu’ils encourent”, a estimé le procureur. “Chaque semaine, chaque jour des personnes sont condamnés pour l’ice.” Et de rappeler qu’ils encouraient 10 ans de prison et 20 ans pour A. T., en récidive légale pour une précédente affaire de pakalolo. “On ne sait pas qui est le boss dans cette organisation”, a rappelé l’avocat de la jeune femme, qui l’a décrite comme “une prévenue, mais aussi un peu victime”.

“Elle est passée du champs d’ananas à l’avion pour les États-Unis, où elle n’était jamais allée. Elle a été manipulée et se retrouve dans une situation inconfortable. Elle est un peu prévenue, un peu manipulée et un peu victime.”

Sa demande de ne pas placer sa cliente en détention provisoire n’a pas été entendue pour autant. Les juges ont renvoyé tout le monde en détention, notamment pour éviter toute concertation et pression.

F. C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete