Arrivée de Hokule’a : une répétition générale avant le grand jour

    lundi 10 avril 2017

    danseuse

    Feux, ’orero, danse, conférences et ateliers, le 14 avril, à la pointe Vénus. (© Marie Guitton)

    La pirogue hawaiienne Hokule’a arrivera vendredi matin dans la baie de Matavai, au large de la pointe Vénus, où sera organisée une grande fête populaire, que les organisateurs souhaitent mémorable. Une répétition générale de danse a eu lieu samedi dernier, à Mahina. Marguerite Lai est en passe de réussir son pari : regrouper trois groupes de danse marquisiens (Toa huhina, Te Kaipeka o te kai kai ana et Te Toa vii fenua), pour un spectacle unique de quinze minutes avec sa troupe O Tahiti e.

    Objectif : “Remercier nos frères du Pacifique qui ont fait le tour du monde depuis trois ans pour crier haut et fort un message de paix, de respect de la nature.”              

     

    Marie Guitton

     

    Le spectacle : “J’ai travaillé avec plusieurs groupes marquisiens et O Tahiti e”

    danseurs

    (© Marie Guitton)

    “Pour le spectacle de danse, de 15 minutes pile-poil, nous sommes quatre groupes, 200 artistes en tout, explique Marguerite Lai. J’ai travaillé avec plusieurs groupes marquisiens et O Tahiti e. Ça semble peut-être bizarre, mais c’est un choix de ma part, comme si je faisais la jointure entre les Marquisiens, qui les ont reçus juste avant, et les Tahitiens. Et puis après tout, nous sommes le même peuple, surtout dans ce genre d’événement : nous sommes les Polynésiens de la Polynésie française qui recevons nos frères.”

     

     

    À l’arrivée, “les gens en pareu vont agiter leurs feuillages et crier tero, tero !”

    orero

    (© Marie Guitton)

    “Lorsque Hokule’a, Hikianalia et Fa’afaite (deux autres pirogues de Hawaii et du fenua, NDLR) seront à hauteur du motu Martin, je serai là-haut, au sapin du Tahara’a, détaille Marguerite Lai. Je vais allumer un feu, visible dans toute la baie, ce qui fait que les propriétaires commenceront eux aussi à allumer leurs tas de feuillages. Je leur conseille de ne pas mettre du caca de chien dessus, mais plutôt des senteurs comme le miri, le mono’i, la citronnelle, le coco ! La baie va être un peu mystérieuse, avec les fumées et en même temps les senteurs.

    Ensuite, si le temps le permet, il y aura des gens placés sur le récif. Lorsque les pirogues entreront, les tambours vont commencer de là-bas, jusqu’à la pointe Vénus. Et les gens, qui seront revêtus de leurs pareu rouge, jaune ou blanc, vont agiter leurs feuillages et crier tero, tero (bateau en vue) !”

     

     

    L’attente : “Tout le monde s’active, on est à fond !”

    (© Marie Guitton)

    (© Marie Guitton)

    Milton, Orama, Tanou, Warren et Maeva ont assisté à la répétition générale. Tous parents de l’un des danseurs, trois d’entre eux sont aussi élus de Mahina :
    – “On vient voir si tout se passe bien… Et c’est top, c’est beau !
    – On met le paquet pour les accueillir, que ce soit un bel événement. Tout le monde s’active, à la commune aussi depuis trois semaines, on est à fond ! Vous vous rendez compte que ça ira du Tahara’a jusqu’ici, la pointe Vénus ?! Ça va être mieux qu’en 1976 !
    – Avec Facebook et tout ça, il y aura du monde. Tout ce qu’on peut faire pour préserver la nature, il faut le faire. C’est bien de voir que les jeunes reviennent un peu à la culture et à l’environnement.”

     

     

    “Crier haut et fort un message de paix, de respect de la nature”

    marguerite lai

    (© Marie Guitton)

    “Nos frères du Pacifique ont fait le tour du monde depuis trois ans, au péril de leur vie, à la navigation ancienne, pour crier haut et fort un message de paix et de respect de la nature, rapporte Marguerite Lai. Il faut réveiller les consciences ! Notre Terre est en train d’être dégueulassée par nous-mêmes. Il y a des continents de saletés, de plastique et autres, qui sont dus à tout le monde ! On ne peut pas dire que les grands continents sont seuls responsables ; nous sommes tous responsables. Nous ne respectons pas l’océan, nous ne respectons pas la Terre.

    Et ce qui est grave, c’est que notre Terre mère va, un jour, nous vomir dessus tout ce que nous lui avons jeté dans le ventre.

    Il y a aussi le message d’arrêter la surpêche. Si nous pêchons tout le poisson, nous allons manger quoi ? Ce message que nos frères polynésiens ont porté, l’être humain en devient sourd. Nous-mêmes Polynésiens. Donc lorsqu’ils vont revenir, notre façon à nous de participer, c’est de les remercier pour tout le travail qu’ils ont fait. Si après tout ça on n’a toujours pas compris, c’est qu’on est des NULS !!!”

     

     

    Tout le programme : “Plein de choses vont se passer dans le parc”

    danseur

    À la pointe Vénus de Mahina, danseurs, musiciens et spectateurs se préparent à accueillir la pirogue hawaiienne Hokule’a, vendredi vers 9 heures. (© Marie Guitton)

    “La partie danse, c’est vraiment une partie minime. Il va y avoir un programme toute la journée de vendredi, précise Marguerite Lai. Plein de choses vont se passer dans le parc. Plein d’associations de la protection de l’environnement seront là !”

    • 7 h 30 : accueil du public (ouverture à 9 heures du village des associations, de l’espace miniconférence et des ateliers pour enfants).

    • À partir de 9 heures : arrivée de la flotte dans la baie de Matavai, accueil traditionnel, ’orero, purification, spectacle de danse (un mélange de ’ori Tahiti et haka manu), pupu himene.

    • Vers 10 h 40 : accueil institutionnel et chants marquisiens.

    11 h 30 : arrivée de Vaiana (animation pour les petits).

    Après-midi : poursuite des ateliers et conférences ; possibilité de visiter les pirogues.

    16 h 30 : concert avec Vaiana Perez, Moya Lechat, Manaiva Sage.

    17 heures : fin des festivités.

     

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete