Article publié dans L’Hebdo – “Atelier voyage à travers les sens”, ce mercredi 5 octobre à Arue

    lundi 3 octobre 2016

    alzheimer

    Maire (en rose) est auxiliaire de vie. Elle travaille à Arue chez Claude, 30 ans, qui est accueillante familiale pour personnes âgées. Les deux femmes participent ensemble à l’atelier “Voyage à travers les sens”. Pour les deux femmes c’est une première. Elles ont beaucoup apprécié l’expérience. “On se sent fatiguée après, quand la pression retombe, on a besoin de se reposer”, confie Maire. Claude est enthousiaste. Elle est membre de l’association Polynésie Alzheimer et s’investit pleinement dans son rôle d’accueillante familiale. Trois matahiapo vivent chez elle depuis septembre 2015 : “Ils sont toute ma vie, confie la jeune femme. Je suis membre de l’association Polynésie Alzheimer car l’un de mes pensionnaires est un malade et c’est important pour moi de m’investir dans la prise en charge de sa maladie”.

     

    Asseyez-vous, fermez les yeux, posez bien vos pieds à plat sur le sol et… Écoutez, ressentez”, Avec douceur, Sabine Quiatol, psycho-praticienne pose sa voix. Dix-sept personnes se laissent guider à ce “Voyage à travers les sens”.  Ici, ni 3D, ni 3G, juste une connection avec soi, une invitation à la pleine conscience.

     

    Yolande, Josette, Odyle, Joseph… ont entre 30 et 73 ans. Ils ne se connaissent pas vraiment, mais partagent leur vie avec un malade atteint d’un Alzheimer. Ils sont femme, mari ou accueillants familiaux, ils vivent, travaillent, dorment avec Alzheimer. Leurs gestes, leurs pensées, leurs projets sont rythmés par la maladie, les soins. Leur quotidien est suspendu à l’état de santé du malade. Ils vivent pour l’autre et en oublient leur propres besoins. En fait, ils s’interdisent de vivre.

    La culpabilité veille au moindre faux pas ! Alors, ils puisent dans leurs forces… coûte que coûte, il faut tenir, porter, relever. L’association Polynésie Alzheimer a souhaité mettre en place des ateliers pour eux. Pour qu’ils fassent une pause. Oh, pas une escapade de huit jours, non, 1h30 par mois pour renouer avec ce corps, se réconcillier avec lui. 

    Yeux bandés, laissez-vous guider par l’autre. Marchez et touchez avec vos pieds les objets posés sur le sol. Ressentez les textures”. L’atelier commence, les visages sont sereins, on joue le jeu. On tatonne, on touche du bout du pied, ça gratte, c’est doux… Le cerveau ? Est en veille écran. On ne cherche pas à “voir” et encore moins à comprendre. Non pas de mots, juste de la perception sensorielle.

    Du ressenti. Peu à peu, le corps se détend, on se sent las, il reprend le dessus. La fatigue accumulée -parfois depuis de nombreux mois- se fait sentir. Chacun évoque son ressenti avec le groupe : “Relaxé”, “Fatigué”, “Apaisé”… L’objectif est atteint. Les participants ont tous réussi à lâcher prise un moment. L’atelier consiste à focaliser son attention sur l’instant présent sur ce que l’on ressent, pour mieux relâcher les tensions et évacuer le stress.

    L’esprit ne peut pas se concentrer sur deux choses en même temps, confie Sabine, donc le relâchement est profond. Il ne faut pas attendre que le corps se manifeste pour l’écouter, insiste la psycho-praticienne bienveillante. “Vivez l’instant, ressentez l’instant présent. Il y a des choses qui nous font du bien, d’autres non. L’essentiel est de savoir ce qui nous fait du bien et d’aller vers cela, tout simplement”.

     

    Cl. Chunlaud

     

    Pratique

    Prochain atelier “Voyage à travers les sens” : le mercredi  5 octobre à 9h, salle Paroissiale du Sacré-Cœur à Arue.

    Inscription :  87.35.50.19. ou polynesie.alzheimer2@gmail.com

     

    Interview complète de Sabine Quiatol, Psycho-praticienne formée en thérapie systémique  

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete