emergency
top
overheader
dimanche
31 août 2014

Le Tuhaa Pae IV en construction

2 contributions

Publié le jeudi 27 août 2009 à 10H55

TRANSPORT MARITIME - Un cargo mixte de 100 passagers pour les Australes

bato150.jpgAprès une longue gestation, la Société de navigation des Australes (SNA), présidée par Ernest Teinauri, p-dg, et dirigée par Georges Di Mercurio, directeur d’exploitation, annonce que le Tuhaa Pae IV, prévu pour remplacer le Tuhaa Pae II, datant de 29 ans, est en cours de construction dans un chantier australien, implanté à Cébu, aux Philippines. Il est attendu pour le premier semestre 2011. Il sera mixte, avec 100 passagers (50 en cabines, de différentes classes, et 50 en sièges pullman).

bato590.jpg

Avec un confort de navigation accru, leTuhaa Pae IV s’ouvrira au tourisme de croisière, d’autant que les prestations hôtelières compteront un restaurant passagers. Il sera ainsi le troisième caboteur neuf, et le second cargomixte de Tahiti, dans une flotte vieillissante, de 20 ans d’âge en moyenne. À l’origine, en 1980, le Tuhaa Pae II, avait été certifié pour 140 passagers, capacité réduite au fil des ans à 125, puis 24, et en 2005, il devenait simple caboteur, avec 12 passagers.

LeTuhaa Pae IV est plus gros que leTuhaa Pae II : 76mde long contre 60m, et 13 m de large contre 12 m, avec un tirant d’eau limité à 3,80mà pleine charge, soit 2 180 tonnes. Le navire est aux limites des conditions d’accueil des îles Australes. Propulsé par deux hélices, il bénéficie d’une plus forte puissance, 1 300 ch par moteur, le double du Tuhaa Pae II, et plus de 12 noeuds en service, contre 10. Des gains substantiels de temps sont donc attendus.

Il est dessiné “tout conteneur” avec deux cales principales, pouvant aussi accepter du conventionnel, et une petite cale à l’avant, le tout manutentionné par deux grues. Il n’y a plus de rampe de chargement, mais une barge apparaît, pour Rimatara, et les baleinières disparaissent. La capacité annoncée porte sur 46 EVP (20 pieds), mais la SNA Tuhaa Pae prévoit plutôt d’utiliser des 10 pieds (60 dont 10 réfrigérés). Le Tuhaa Pae IV est prévu pour 890 tonnes de fret.

Parmi les particularités du navire, on notera une cabine pour personne à mobilité réduite et un ascenseur, en conformité avec la réglementation du pavillon. Pour armer ce navire, un équipage de 20 marins, dont des dockers itinérants, est nécessaire.

Louis Laplane

Images de synthèse (Mer & Design) : SNA Tuhaa Pae IV

En bref

Six ans d’études, et un milliard

Les premières études avaient débuté en 2003, avec un navire neuf capable de proposer des croisières dans les îles Australes, à l’instar de l’Aranui III. Après l’abandon de ce projet ambitieux, la SNA a cherché un caboteur d’occasion, sans succès. En 2006, un projet de navire neuf avec un chantier américain de Louisiane, a échoué. Changeant de silhouette, le château quittant l’avant pour l’arrière, le projet a continué à mûrir avec un chantier chinois, mais les institutions bancaires n’ont pas suivi. Finalement, avec ce projet, mais corrigé par le cabinet français “Mer & Design” — pour éviter les écueils de la réglementation française —, le contrat a été signé. L’investissement, sous défiscalisation, avoisine le milliard Fcfp, en fonction du choix des équipements, lequel n’est pas définitivement arrêté.

Les cabines

Le Tuhaa Pae IV proposera, au pont A, 9 cabines de deux fois 2 couchettes, avec toilettes (dont des douches) communes, deux cabines à un lit double, avec toilettes privatives, et deux cabines à deux lits, toilettes privatives, dont une pour personnel à mobilité réduite. Au pont B, sous celui de la passerelle, 4 cabines doubles, “confort”.

Un fret mieux conditionné

La SNA Tuhaa Pae a opté pour le tout conteneur (sauf pour Rimatara, où il n’y a pas de quai). Ainsi, la conteneurisation doit apporter la sécurité, mais aussi, pour les “boîtes” réfrigérées, une meilleure adéquation des températures aux produits que les anciennes chambres froides. La manutention se fera par grue, et sur le quai, avec de petites remorques, dites Mafi. La récupération du fret par la clientèle en sera plus aussi aisée.

Desserte des îles : Cook et Rapa

La vitesse du navire va permettre, peut-être, de desservir aussi les îles Cook. La SNA Tuhaa Pae en étudiera le marché. “Ce sont les croisiéristes qui seraient les plus intéressés.” La SNA Tuhaa Pae examine aussi sérieusement le voeu des Rapa : une desserte mensuelle.

Une navette inter-îles abandonnée

Le syndicat des communes des Australes avait étudié un projet de navette passagers intra-insulaire Australes. Mais, après expertise, l’exploitation en aurait été déficitaire. Après avoir eu l’assurance que le Tuhaa Pae IV aurait au moins 90 passagers, le projet de navette a été abandonné.

Un ou deux navires sur la ligne ?

Les îliens souhaitent un second navire sur la ligne (concurrence et plus de capacité de transport) au prétexte que cette capacité ferait défaut pour le développement de l’archipel. Les statistiques de la Direction polynésienne des affaires maritimes montrent, sur 10 ans, une stagnation du fret à 20 000 tonnes par an, aller et retour. Le retour ne compte que pour 1 300 tonnes, dont 900 de production agricole et poissons. Les chiffres parlent d’eux mêmes : cette production ne remplit pas le Tuhaa Pae, et, à l’aller, le taux d’occupation du navire est de 80 %. Il n’est pas plein. Réservant l’avenir, le Tuhaa Pae IV offrira davantage de volume. Les voeux des îliens seront comblés. Pendant deux ans, le Vaeanu II s’est mis sur la ligne, prenant environ 30 % des parts, sans pour autant que le trafic augmente. Donc, pour un chiffre d’affaires constant, les charges d’exploitation ont doublé, et l’équilibre financier les deux compagnies était en péril.

Le Tuhaa Pae III a existé

Le Vaeanu, aujourd’hui désarmé, a déjà porté, sur une très courte période, le nom de Tuhaa Pae III.

Louis Laplane
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg

Les dernières contributions


28/08/2009 à 11h06

Oui je rigole drôlement en lisant souvent des reportages assez délirant. Je lis par exemple que SNA TUHAA PAE a mis 6 ans pour arriver à construire un navire donc le navire ne sera pas là avant 2011.
J'ai entendu un reportage qui parlait de Tuvalu, J'ai l'impression qu'on veut se gonfler à côté de ce que j'ai entendu à Tuvalu, ils ont fait une expérience sur une ile ils ont planté 2 hectares de cocotiers pour faire de l'huile pour un moteur qui produira de l'éléctricité à bas prix ces 2 ha peut faire marcher ce moteur durant 3 mois. Maintenant ils sont partis pour produire des cocos qui fera marcher leur moteur à vie. Voyez ils sont en avance sur nous pourquoi ne pas étudier aussi des moteurs pour le Tuamotu et fabriquer un moteur pour le Tuhaa Pae IV. Arrêtons de se grâter le PITO et soyons plus modestes et de Bon Sens.

Commentaires anonymes

27/08/2009 à 17h27

des australes comment allez vous y faire quand les autresn'y arrivent même pas?
A moins que vous pourriez reprendre cette ligne en ajoutant huahine , raiatea,tahaa bora bora, sur votre trajet même si c'est à l'oppose pourquoi pas. vous pourriez vendre vos pommes de terres et litchis et eux pourraient vous vendre leur pastèques et melons..
Vive le délire Local

Droits de reproduction et de diffusion réservés © www.ladepeche.pf