Arue : panne d’eau sur Erima, un millier d’administrés sans eau

    mardi 19 mai 2015

    Dès samedi dernier, dans la nuit, jusqu’à hier après-midi, où la situation est revenue à la normale, les habitants du lotissement Erima ont eu chaud à cause d’une importante coupure d’eau.
    Face à cette crise, dès dimanche dernier, dans la matinée, la ville de Arue a multiplié sur son compte Facebook des communiqués afin d’informer la population de l’avancée des travaux pour rétablir la distribution d’eau dans ce lotissement privé :
    “Grosse coupure d’eau ce week-end dans tout Erima. Une pompe du bas qui sert à alimenter les bassins en hauteur du lotissement est tombée en panne samedi soir. La Société polynésienne des eaux et de l’assainissement (anciennement SPEA aujourd’hui appelée Polynésienne des eaux, NDLR) est intervenue pour remettre les choses en ordre : en l’occurrence démarrer la seconde pompe de secours… qui est tombée en panne deux heures plus tard !”

    La panne est donc survenue samedi soir. Par secteurs successifs, de nombreux foyers ont été privés d’eau, affectant, au pic de l’incident, pas moins de 1 000 personnes, selon la mairie, soit un tiers de la population de ce quartier situé en hauteur, et un dixième de la population totale de la commune.
    Alertée, la mairie n’avait pas d’autres choix que d’intervenir même si le lotissement est privé, la responsabilité revenant à l’Association syndicale des propriétaires du lotissement Erima.
    “Ce week-end, une pompe est tombée en panne, appartenant à l’Association des propriétaires de Erima sur un réservoir lui appartenant, explique Thierry Demary, directeur de cabinet du maire de Arue. Malheureusement, à partir de là, il y a toute une partie de Erima qui n‘a plus été alimentée en eau, il a fallu essayer de trouver un moyen de réparer. La SPEA (Polynésienne des eaux, qui n’est que prestataire sur Arue) est intervenue. Elle a essayé de réparer, mais, malheureusement, après plusieurs heures de travaux quand ils ont remis en eau, la pompe a lâché. Cela a vidé les autres réservoirs du lotissement de Erima et, du coup, cela a entraîné une pénurie d’eau successive par lot d’habitation. On a essayé de trouver une solution rapidement car on ne pouvait pas laisser la population de Erima sans eau.”

    À qui la faute ?

    Dimanche dernier, le maire de la commune s’est déplacé sur les lieux où il a été informé par les techniciens “de la gravité du problème”.
    Mais surtout, Philip Schyle a dû prendre une décision après que la pompe de remplacement soit à son tour tombée en panne, “à cause d’un problème électrique” : “J’ai donné l’information à ce qu’une canalisation temporaire soit installée entre un réservoir communal, juste en face du CJA, pour alimenter le réservoir privé du lotissement de Erima, qui se trouve à peine à quelques mètres.”
    Malgré tout, cette solution, n’était pas parfaite.
    Selon un communiqué de la mairie, “le très faible dénivelé de la pente entre les deux bassins n’assurait pas une pression puissante pour remplir rapidement le bassin de Erima”.
    C’est pour cette raison qu’il était obligatoire de changer la pompe, ce qui a été fait hier en fin de matinée, et qu’une partie des habitants de Erima était encore privée d’eau jusqu’à hier après-midi.
    Une panne importante, des conséquences sur des milliers de gens… Alors, à qui la faute ?
    Dans son communiqué de dimanche dernier, la mairie déplorait “le manque de prévision dans la gestion de ces problèmes éventuels par les responsables du lotissement qui, rappelons-le encore une fois, est entièrement privé…”
    Mais selon une source proche de l’Association syndicale des propriétaires de Erima,

    “il s’agit d’un problème tout banal d’une pompe qui est tombée en panne. Cette pompe est contrôlée mensuellement par la Polynésienne des eaux, car il y a un contrat d’entretien sur les pompes. C’est une panne imprévisible. Difficile de prévoir et d’anticiper des pannes de ce genre. Ce qui est important, c’est l’intervention, la réaction que l’on doit voir quand la panne signalée.”

    Le tavana Philip Schyle ne l’entend pas tout à fait de cette oreille, estimant qu’à l’avenir ce genre de problème pourrait être évité.

    Karim Mahdjouba

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete