Assainissement : les règles et les tarifs pour les abonnés raccordables

    jeudi 1 septembre 2016

    station épuration

    En milieu urbanisé, la consommation d’eau moyenne des appartements serait inférieure à 25 m3 par trimestre. La facture
    de l’assainissement, en plus de la facture d’eau, s’élèvera dans ce cas à 7 020 F par trimestre, toutes charges comprises. (Photo : archives LDT)


    La station d’épuration sera inaugurée à Fare Ute, le 8 septembre

     

    La nouvelle station d’épuration de la Papeava, exploitée par la société d’économie mixte locale (SEML) Te Ora No Ananahi, à Fare Ute, sera officiellement inaugurée jeudi prochain, le 8 septembre.

    Alors que les eaux usées des habitants de la zone test, située autour du marché de Papeete, y sont déjà traitées depuis quelques mois, des dizaines de nouveaux abonnés devront s’y raccorder dans les semaines à venir. Règles, pénalités, tarifs… Voici les premières informations utiles.

     

    Raccordement obligatoire, aux frais des propriétaires

     

    Dès la mise en route officielle de la station, environ 300 abonnés raccordables, domiciliés entre la Papeava et le centre commercial Vaima, seront invités par courrier à faire les travaux nécessaires pour se relier au réseau collectif.

    Le délai maximum pour se conformer à cette obligation, prévue par une délibération de 1987 de l’assemblée de la Polynésie, est de deux ans.

    Des tabourets de branchement ont été installés par le concessionnaire tout au long de l’émissaire collectif. Les propriétaires d’habitations individuelles et les copropriétaires d’immeubles devront prendre à leur charge la partie privée du branchement.

    “Le tuyau d’évacuation des eaux usées de l’immeuble ou de la maison sera récupéré à l’entrée de la fosse sceptique. Le prix va donc dépendre du diamètre du tuyau de raccordement, mais surtout de la profondeur et de la longueur de la tranchée à creuser jusqu’à la fosse sceptique”, explique Jacques Bouchard, un plombier de Papeete.

    À titre d’exemple, un devis récemment réalisé pour un immeuble du centre-ville, avec une fosse sceptique “enfouie en profondeur”, affiche 1,2 million de francs. “Mais c’est très variable, c’est impossible de donner une estimation générale”, indique le professionnel.

    Par ailleurs, les propriétaires d’immeubles neufs (à construire), qui bénéficieront du service public de l’assainissement, devront s’acquitter d’une participation financière correspondant à l’économie du système d’épuration individuel.

    “Incitations” et pénalités de retard

     

    Dès l’instant où ils seront informés de leur statut d’usagers “raccordables” à la station collective, les abonnés non raccordés seront “incités” à s’y relier “au plus vite”.

    Tant qu’ils ne le feront pas, une redevance supplémentaire leur sera facturée en même temps que l’eau potable, de plus en plus chère au fil du temps : 5 % de ce qu’ils seraient censés payer pour l’assainissement s’ils étaient raccordés les six premiers mois, 25 % entre six et douze mois, 50 % entre douze et dix-huit mois, et 75 % entre dix-huit et vingt-quatre mois.

    Au-delà des deux ans, l’abonné en infraction sera redevable d’une pénalité trimestrielle égale à 150 % de cette facture théorique.

     

    Les tarifs de l’assainissement

     

    Les factures liées à l’assainissement seront adressées aux usagers par la Polynésienne des eaux (pour le compte de Te Ora No Ananahi), en même temps que chaque facture d’eau
    potable.

     

    La tarification du service public de l’assainissement est assise sur deux bases : une partie fixe, qui dépend du diamètre nominal du compteur d’alimentation en eau potable (de 17 742 F par an hors taxes pour un compteur de 15 mm à 11,5 millions pour un 200 mm). Et une partie variable, fonction de la consommation.

     

    Les élus de Papeete ont prévu quatre tranches de tarifs, allant de 90 à 400 F le mètre cube d’eau (voir le tableau ci-dessous). “À noter que la première tranche concerne la majorité des consommations”, selon le technicien Laurent Pasquelins. “En effet, la consommation moyenne des ménages à Papeete est inférieure à 360 m3 d’eau par an, soit moins de 30 m3 par mois.”

     

    En milieu urbanisé, la consommation moyenne des appartements serait même inférieure à 100 m3 d’eau par an, soit 25 m3 par trimestre, ce qui correspondrait à une facture toutes charges comprises de 7 020 F. K

    Marie Guitton

     

    Retrouvez l’intégralité de cet article dans votre journal d’aujourd’hui (Jeudi 1er Septembre 2016).

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete