Assemblée de la Polynésie française – Le collectif budgétaire adopté

    mercredi 15 juin 2016

    Marcel Tuihani (en photo) et Lana Tetuanui se sont relayés au perchoir, hier, lors d’une longue journée de travail sur les comptes du Pays. (Crédit Carole Perdrix)

    Marcel Tuihani (en photo) et Lana Tetuanui se sont relayés au perchoir, hier, lors d’une longue journée de travail sur les comptes du Pays. (Crédit Carole Perdrix)

    Six comptes spéciaux sont excédentaires et certains d’entre eux verront leur fonctionnement être modifié. Le collectif budgétaire “pragmatique”, selon le président du Pays, a fait réagir l’opposition. Il a été adopté par 32 voix “pour”.

     

     

    Début de séance poussif, mardi,  à Tarahoi, où il a d’abord fallu modifier l’ordre du jour pour accommoder l’agenda du président du Pays et de ses ministres, qui sont en conseil ce mercredi et partent jeudi en tournée aux Marquises.

     
    L’occasion des premières piques sur les talents d’organisateurs des uns et des autres, mais d’un intérêt fort limité pour la population.
    L’examen des comptes de l’assemblée elle-même suivra, soit au terme d’une longue journée qui n’est pas terminée à l’heure où nous écrivons, soit ce mercredi matin.
    La matinée de mardi a d’abord été consacrée aux huit comptes spéciaux : six d’entre eux sont excédentaires en fonctionnement, y compris celui du CAVC (compte d’aide aux victimes de calamités) qui a reçu une dotation exceptionnelle du Pays pour aider les sinistrés de décembre 2015.

     
    Il est question de supprimer ce mécanisme et de le remplacer par d’autres, notamment à destination des communes via le FIP (fonds intercommunal de péréquation).
    Il en va de même pour le FRPH (fonds de régulation des prix des hydrocarbures), dont la réforme est entamée depuis le début de l’année puisque le fioul à destination des centrales thermiques, qui représentait plus de 70 % de l’activité de soutien du FRPH, n’en bénéficie plus.

     
    À EDT maintenant d’élaborer un dispositif d’achats à terme pour se prémunir contre les variations des cours du pétrole, et aux ministères d’élaborer des dispositifs de substitution, par exemple pour le fret à destination des îles ou pour le secteur de la pêche.

     
    Le faible taux de réalisation du Fonds pour le développement du tourisme de croisière a été pointé du doigt – il dispose donc en 2016 de plus de 217 millions de crédits de paiements mais le plus gros projet, l’aménagement de facilités de débarquement pour les paquebots à Fakarava, attendrait encore le lancement de l’étude correspondante.
    Enfin, le résultat du Fades (fonds d’amortissement de la dette sociale) est nul et celui du Felp (fonds pour l’emploi et la lutte contre la pauvreté) est déficitaire de plus d’un milliard de francs.

     

     

    “Un collectif pragmatique”, selon Édouard Fritch »

     
    À la reprise en début d’après-midi, l’assemblée s’est attaquée au budget général du Pays. Les comptes 2015 font apparaître 20 % de progrès dans la réalisation des programmes, et permettent quand même d’inscrire six milliards de dépenses d’investissement nouvelles au budget 2016, ainsi qu’un reliquat de 1,78 milliard en fonctionnement.
    L’UPLD a critiqué “une approche analytique décousue”, accusant les rapporteurs de “faire compliqué quand on peut faire simple”.
    Le Tahoeraa huiraatira “ne retrouve pas dans le collectif toutes les annonces d’avril, et seulement très peu des suggestions faites par les chefs d’entreprise lors de la conférence économique”.

     
    Surtout, le parti orange estime que le collectif “ne traduit aucune préoccupation sur le RST, seul amortisseur social”, et que les nouveaux dispositifs pour l’emploi Act et Act-Pro sont moins efficaces que les contrats d’aide à l’emploi (CAE).
    En guise de réponse aux critiques qui tentaient de refaire le match, Édouard Fritch a répondu : “Ce n’est pas un collectif d’affichage politique, c’est un collectif pragmatique”.
    Il a été adopté par 32 voix “pour” et 25 abstentions.

     

    C.P.

    Des Chiffres à retenir

    • 8,37 milliards d’ajustement positif, dont 5,83 milliards pour 74 opérations nouvelles.
    • 1,6 milliard prélevé sur le résultat du fonds de régulation des prix des hydrocarbures (FRPH)
    et 1,25 milliard sur le fonds de garantie de
    la dette (Fades) – ces montants sont reversés au budget général.
    • 2,41 milliards de francs : le montant alloué au plan exceptionnel d’investissement :  centre culturel, complexe multisports, construction des collèges et lycées, zone biomarine de Faratea, opération véhicule propre, revitalisation des commerces de proximité…
    • 1,13 milliard de subvention à l’Office polynésien de l’habitat.
    • 230 millions pour les premières mesures du “plan d’actions économiques 2016”.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete