Assemblée – Édouard Fritch : « Nous ne sommes plus dans la gestion de la communication mais dans la gestion du concret »

    jeudi 9 avril 2015

    Édouard Fritch, président de la Polynésie française, a suivi Marcel Tuihani au micro pour un long discours. Il a d’abord attaqué violemment le président de l’assemblée, s’étonnant que celui-ci soit allé à la rencontre des grévistes de la CPS, les invitant à l’assemblée : « C’est une première qui ne me semble pas conforme aux bon fonctionnement de notre institution. » Selon Édouard Fritch, Marcel Tuihani a ensuite « annoncé comme si c’était une victoire : le démarrage d’une nouvelle grève à l’huilerie… » « C’est à se demander si la place Tarahoi n’est pas devenu le centre de commande des conflits sociaux. » Il s’en est ensuite pris aux rumeurs ou aux fausses informations : « Je n’ai jamais pensé supprimer les CAE. Je connais la détresse de nos familles. Comment pourrai-je augmenter les crédits et en même temps vouloir les supprimer ? »
    Poursuivant : « je n’ose pas imaginer ni croire que l’on peut cheminer politiquement avec succès durant ces trois prochaines années, en me mettant sur le dos des inepties et en faisant de moi le bouc-émissaire de tous les soucis internes du Tahoeraa ».
    « Nos querelles politiciennes fatiguent la population. Quelle perte d’énergie et de temps. (…) Mais l’opinion n’est pas dupe. Ils voient bien que l’instabilité que certains veulent instaurer n’est qu’un énième remake de ceux qui ne sont pas résolus à perdre le pouvoir. »
    Le président a défendu sa gestion du pays, expliquant qu’il n’était que dans la poursuite de celui entamé depuis mai 2013. « C’est ce programme que le gouvernement ne cesse de mettre en œuvre, depuis septembre dernier. »
    « Vous savez que je ne suis pas un homme de querelle. Je suis un homme de travail à la recherche du consensus le plus large et de projets qui servent l’intérêt le plus large. »
    Concernant les chiffres de l’économie, ils sont ici perçus comme un « frémissement » de la reprise. Et non pas comme pour Marcel Tuihani, la preuve de la léthargie du gouvernement.
    Sur les communes, après avoir fait l’état de la situation, Édouard Fritch a pris les devants : « Qu’on ne vienne pas me dire que ces opérations à destination des communes s’inscrivent dans une opération électorale car ces opérations ont été lancées bien avant que nous n’apprenions l’annulation des élections sénatoriales. » Et il s’en est pris à la politique menée par Gaston Flosse, son prédecesseur : « De mai 2013 à septembre 2014 : les communes ont été ignorées. (…) Notre gouvernement n’est pas dans l’incantation, les effets d’annonce ou l’excès de communication. Ce qui nous intéresse c’est le concret, le palpable. »
    Il a même dénoncé de fausses annonces : « Mahana Beach égale bonheur. Au-delà des beaux plans et des perspectives affriolantes, il n’y avait aucun investisseurs alors qu’on annonçait les dates de départ du chantier. (…) Il fallait faire rêver. L’ancien président (Gaston Flosse, NDLR) a souhaité que son nom ne soit plus associé à ce projet. On se demande bien pourquoi », a –t-il dit, montrant du doigt le groupe UPLD qui a déposé une plainte sur ce dossier. Sur la ferme aquacole de Hao : « Nous avons trouvé un dossier en l’état de projet alors même que des conventions avaient été signées. » Édouard Fritch dénonce ce changement du lieu du projet qui est passé d’une commune à l’autre « en raison d’opportunités qui n’étaient pas liées à des choix économiques ».
    « Nous ne sommes plus dans la gestion de la communication mais dans la gestion du concret », a-t-il insisté, avant de défendre les futurs objectifs qu’il souhaite atteindre : actions, méthodes et calendrier.
    « Vous avez peut-être trouvé mon discours un peu long mais il n’est pas exhaustif des actions du gouvernement, a-t-il terminé. On nous reproche de nous écarter du programme orange… Je suis serein car je suis fidèle à notre programme, je suis fidèle à la ligne de conduite du Tahoeraa Huiraatira. Notre gestion des projets sont basés sur la base du réalisme, de la transparence et de l’équité. Ayons toujours ensemble la foi en notre capacité de reconstruire notre pays. »

    Son discours en intégralité :
     
     
     
     

    Hei 2015-04-10 07:37:00
    Depuis 2004 il n''y a qu''un seul responsable de l''instabilité politique GF. C''est lui qui doit dégager. "Ah povoir quand tu me tiens..."
    lina 2015-04-09 18:09:00
    Mais qu'est-ce que tu fais encore dans le parti de Mr Flosse??? dégage, vu que tes amis ont été exclus...
    JMO 2015-04-09 14:56:00
    très bon discourt
    TAM 2015-04-09 14:49:00
    Fa'aitoito Peretiteni E.Fritch
    Erick monod 2015-04-09 14:13:00
    Fais gaffe a ton orthographe , Président , tu seras plus crédible !!!
    Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER 2015-04-09 13:00:00
    Je ne sais pas si tout ça est suicidaire pour l'un(e) ou l'autre mais le couronnes sur les costumes de pingoins sont mortifères hohohoho rollstahiti@gmail.com
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete