ATN – Michel Monvoisin : l’actionnaire “en a marre d’être pris en otage”

    mercredi 23 décembre 2015

    La direction générale d’Air Tahiti Nui (ATN), “forte du soutien du conseil d’administration”, est entrée en négociations, hier matin, avec les syndicats de pilotes. “Avec de nouvelles propositions et un esprit d’ouverture”, indiquait-elle hier par communiqué. La question préalable aux négociations, précise la direction, était de savoir si la consigne syndicale était levée. “Malgré la bonne volonté des autres syndicats”, elle affirmait hier que le syndicat du personnel naviguant technique (SPNT) avait répondu par la négative. La réunion a donc tourné court. La direction d’Air Tahiti Nui estimant que “maintenir la pression sur la compagnie et continuer à prendre en otage les passagers est inacceptable”. Entretien avec le patron de ATN, Michel Monvoisin.

    Dans un premier temps, vous aviez participé, samedi dernier, à une réunion avec les administrateurs de la compagnie. Qu’en est-il ressorti ?
    Ils souhaitaient avoir un point de situation. Nous avons publié un communiqué clair. On appelle à la discussion, à l’ouverture, mais également à la fermeté. C’est-à-dire de lever une consigne syndicale (le non-dépannage des vols, NDLR) qui est complètement inique et qui prend les passagers en otage. On peut discuter des heures de nuit qui sont le point d’achoppement, mais à la condition de lever la consigne syndicale. Les administrateurs ont aussi demandé que l’on se dote des effectifs suffisants. 
    Qu’on reconsidère le recrutement des pilotes, surtout que beaucoup de pilotes polynésiens attendent à l’extérieur. 
    Il a aussi été question du renouvellement du pôle instructeur. Cela fait trop longtemps que ce sont les mêmes qui en font partie. 

    Certains, à ATN, estiment que ce conflit est justement dû au fait que la direction veut renouveler le personnel instructeur…
    C’est une situation qui perdure depuis longtemps. Et effectivement, de nombreuses personnes s’en sont ouvertes auprès de moi. 
    Il y a la direction et l’actionnaire. Cette fois-ci, ce dernier a pris des décisions. Il en a marre d’être pris en otage, et que ce soit toujours les mêmes agitateurs qui pénalisent le Pays au moment où il faut redresser le tourisme. 
    Et la compagnie se redresse aussi puisque, pour 2015, nous aurons les meilleurs résultats de l’entreprise. (…) 
    Ce sont toujours les mêmes empêcheurs de tourner en rond qui essaient de diriger la compagnie à la place de la direction désignée par l’actionnaire. 

    Pour quelle raison la consigne de non-dépannage des vols vous pose-t-elle problème ? 
    Nous sommes en haute saison et avons un effectif tendu de pilotes. Historiquement, le recrutement a toujours été un sujet délicat. Dès que je suis arrivé, j’ai parlé de recrutement, et  le syndicat, toujours le même (le SPNT, NDLR), m’a dit : “Mais non, le programme passe, avec le nombre de pilotes. Il n’y a pas besoin de recruter et les pilotes sont de bonne volonté.” 
    Mais l’on voit aujourd’hui où cette bonne volonté s’arrête. Une grève, c’est plus franc. Quand, à trois heures d’un vol, il n’y a pas de pilote, cela devient très compliqué. 
    La semaine dernière, un pilote s’est mis en arrêt de travail à 4 heures du matin alors que son vol était à 8 heures. 

    Hier matin, au cours d’une nouvelle réunion de négociations, vous avez quitté la table des discussions devant le refus de lever cette consigne syndicale…
    J’ai une feuille de route du conseil d’administration et je m’y tiens. Je suis venu dans un esprit d’ouverture avec des propositions. 
    La première chose que j’ai dite, c’est : “Est-ce que la consigne syndicale est levée ?” Deux syndicats l’ont fait depuis un moment mais pas le SPNT. 
    Il n’y avait donc plus de discussion possible et j’ai mis fin à la réunion. (…) 
    Si ces pilotes veulent diriger la compagnie à ma place, qu’ils présentent des candidats au conseil d’administration. On ne peut pas diriger dans l’ombre. 

    Pour vous, ce mouvement ne serait en réalité pas lié aux heures de nuit ?
    Je me pose des questions. Dès qu’on se met autour de la table pour avancer, il y a la menace d’une consigne syndicale. 
    Ils ont encore planté un vol lundi soir. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. En période de fêtes, prendre des passagers en otage n’est pas acceptable. 
    (…) J’ai fait des propositions. Et le vendredi soir, on vient faire un coup de force pour me demander les clés du planning, c’est-à-dire la direction de la société. Ce n’est pas acceptable. 
    Je me demande quelles sont les vraies revendications. C’est de régler le problème des heures de nuit ou prendre le pouvoir à l’exploitation aérienne ?  

    Faites-vous allusion aux pilotes instructeurs ?
    Quand vous tenez les pilotes instructeurs, vous tenez les pilotes. Le planning, c’est le salaire. Quand vous tenez ça, vous régnez en maître. C’est beaucoup de pouvoir. 
    Mais la grande nouveauté, et il va falloir qu’ils le comprennent, c’est que j’ai un conseil d’administration qui est décidé à mettre fin à toutes ces dérives. J’ai une feuille de route claire et nette, et je la mets en œuvre ! 

    Propos recueillis par F.C.

    mike 2015-12-24 06:46:00
    vous faite pitier a dire que c est les pilotes popaa....TOUS les ATNs se la petent...TOUS ....la connerie n as pas de couleur ni de culture, et elle est TRES presente chez tous ces gens...AIR TAHITI, la meilleur compagnie...HAHAHA..LOL...
    BILL 2015-12-23 21:27:00
    C'est tout simple:
    IL FAUT LIQUIDER CETTE COMPAGNIE et la vendre au privé!!! comme cela le pays pourra mettre de l'argent dans la caisse de retraite ou habitations sociales pas pour ces nantis (pas la CPS non plus eux ils n'ont qu'a faire de économies)
    et de plus il faut supprimer les GP pour ceux qui peuvent payer notamment les pilotes.
    Maxi un vol gratuit par an aux femmes et enfants du personnel naviguant. (pas au sol car dérive...)
    C'est nous les voyageurs qui payons pour eux et n'oublions pas que c'est une société qui reste en vie grâce à nos impôts direct ou indirect via le pays qui est actionnaire une GRAVE ERREUR !!!!!
    Maeva 2015-12-23 20:35:00
    Tenez bon M Monvoisin
    les syndicat c est pour les fainéants et les voyous
    Si seulement il avaient un cerveau et un cœur au lieu de ne penser qu à eux
    Essayez de les foutre dehors (légalement )et prenez les locaux
    Maeva 2015-12-23 20:31:00
    Ils (les pilotes)touchent deja entre 1 500 000 et 2 000 000 par mois alors que les PNC(hôtesses et stewards) ont leur salaires gelés depuis plusieurs années pour aider la compagnie ils ont entre 200 et 300 000 Une honte de la part de ses pilotes
    Maeva 2015-12-23 20:26:00
    C''est ignoble cette manière de faire Attendre que le PDG aille se marier pour non pas se mettre en grève parce qu ils ne seraient pas payés mais se faire porter malade (j ai entendu dire 16 certificats médicaux) y ont des copains toubibs !!
    Totatoumanureva 2015-12-23 19:43:00
    Pour Johny tutua, mais oui bien sûr "détourné" un équipage ! Big lol à un moment donné il faut arrêter de dire n''importe quoi et s''informer au lieu de débiter des âneries pareilles ! Vous faites de la désinformation mais totalement loooool
    tikitau 2015-12-23 19:40:00
    la formation de pilote revient extrêmement chère !!! normal qu'il y ait un retour sur investissement.....maintenant le débat est au sein de la compagnie ....!!!!la solution :LA CHEMISE !!!!
    Johny tutua 2015-12-23 17:45:00
    De quel monvoisin parles t on ?
    De celluo qui a " detourne " un equipage de pilote de sa destination initiale pour aller se marier avec 200 copains a nier en nouvelles zelandes.....
    Si c'est de ce monvoisin la que parle votre article alors il est bien mall place pour donner des lecon de morale aux pilotes ....
    moana 2015-12-23 14:31:00
    d"accord avec Pito....nul n'est indispensable, beaucoup de polynésiens à l'extérieur attendent....Par contre à quand une véritable baisse substantielle des prix des billets . Le pétrole aujourd'hui est à 36$ le baril et on continue à nous vendre des billets au prix d'il y a un an lorsque le pétrole était à 115$ le baril. Pas étonnant qu'avec ce monopole la compagnie soit bénéficiaire...m^me un âne peut faire aussi mieux.
    rori puri 2015-12-23 13:47:00
    On est dans un système Francais, on prends les passagers en otage et rien a foutre des pertes colossale.
    Pito 2015-12-23 10:10:00
    Le courage, c'est de licencier les pilotes pour faute grave. Après cela embaucher de nouveaux pilotes avec un contrat de travail clair et net. Aux USA cela serait réglé très rapidement, pourquoi pas chez nous. Il faut arrêter de traiter avec les fossoyeurs de notre tourisme.
    Gérard D. 2015-12-23 09:39:00
    Oui ce n'ai pas acceptable ce qu'ils font là.
    Je dois me rendre à Tahiti le 28/12/2015 et rentrer sur Paris le 5/01/2016, je crois que je vais avoir des problèmes avec les vols, c pas normal des prendre les passagers en otage.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete