Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Attentat en Espagne : Younès Abouyaaqoub abattu par la police catalane

mardi 22 août 2017

Juan Ignacio Zoido, ministre espagnol de l’Intérieur, montre une image  de Younes Abouyaaqoub. (© DR)

Juan Ignacio Zoido, ministre espagnol de l’Intérieur, montre une image de Younes Abouyaaqoub. (© DR)

“Nous confirmons que la personne abattue lors de l’incident de Subirats est Younes Abouyaaqoub, auteur de l’attentat terroriste à Barcelone”, accusé d’avoir tué 14 des 15 victimes des attentas en Catalogne, ont tweeté les Mossos d’Esquadra.

La police avait barré l’accès à la route qui serpente entre les vignes près de laquelle l’homme semble avoir été abattu, tandis qu’un hélicoptère survolait la zone bouclée par la police, a constaté un journaliste de l’AFP sur place.

“Ici, il y a pas mal de maisons de travailleurs saisonniers abandonnées, c’est facile de se cacher”, a confié à l’AFP Arnau Gomez, 24 ans, qui habite à un kilomètre de là où l’homme a été abattu.

Soudain, “on a entendu passer beaucoup de voitures de police, 20 ou 25, toutes sirènes hurlantes”, a expliqué Roser Ventura, employée dans une cave à vin à environ 500 mètres de l’endroit où Abouyaaqoub avait été repéré.

L’homme recherché par toutes les polices d’Europe pour avoir semé la terreur sur l’avenue des Ramblas à Barcelone, tuant 13 passants, avant de poignarder un automobiliste à qui il a dérobé une voiture dans sa cavale, portait ce qui “semble être une ceinture d’explosifs”, avait expliqué la police catalane sur son compte Twitter. La ceinture a été retirée par les démineurs qui n’ont pas, à ce stade, confirmé si elle était factice.

Younès Abouyaaqoub “est dangereux et pourrait être armé”, avait prévenu plus tôt la police catalane, qui a diffusé sur les réseaux sociaux quatre photos du Marocain de 22 ans d’environ 1,80 m et qui pourrait porter “une barbe de trois ou quatre jours”. L’avis de recherche a été diffusé à l’étranger, a indiqué le responsable des affaires intérieures catalan, Joaquim Forn.

Le bilan des attentats à la voiture-bélier commis jeudi dernier à Barcelone, puis, dans la nuit à Cambrils, a été revu à la hausse hier pour y inclure l’ingénieur qui aurait été tué d’un coup de couteau par Younès Abouyaaqoub. L’homme avait été retrouvé mort sur le siège arrière de son véhicule, que l’assaillant avait au préalable dérobé.

Après avoir abandonné la camionnette sur la Rambla, il s’enfuit à pied. Après un parcours de quelque six kilomètres, il arrive à un parking où il aborde un conducteur. “Il le poignarde, le place sur le siège arrière et tente de sortir de Barcelone”, a raconté le chef de la police catalane, le major Josep Lluis Trapero.

La ville est bouclée, Abouyaaqoub tombe sur un contrôle de police et accélère, renversant un agent. Les policiers tirent sur la voiture, qu’ils retrouveront plus tard abandonnée. Dans un premier temps, ils ont cru que le cadavre était celui du conducteur, touché par une balle, a expliqué le major Trapero.

 

AFP

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Les extractions doivent-elles se poursuivre dans la vallée de la Papeno'o ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete