Attentats de Paris : Moati dans le secret du centre de commandement de la place Beauvau

samedi 13 juin 2015

Au moment des attentats de janvier, Serge Moati est au ministère de l’Intérieur : le réalisateur se poste alors dans le centre de commandement d’où sont coordonnées les opérations anti-terroristes et filme pour la première fois au cœur de ce « bunker ultra-sécurisé ».
Le documentaire singulier qu’il en a tiré, « L’Intérieur au cœur de la crise », sera diffusé lundi à 22H25 sur France 3.
Moati, qui tournait depuis l’automne un sujet sur la place Beauvau, venait d’achever le montage de plus de 250 heures d’images quand le 7 janvier, un premier attentat décime la rédaction de Charlie Hebdo
Les frères Kouachi viennent d’assassiner douze personnes dont les dessinateurs Charb, Cabu, Honoré, Tignous, Wolinski et l’économiste Bernard Marris.
« Je n’étais pas loin des locaux de Charlie Hebdo quand j’ai été prévenu, j’ai foncé comme une bête, on m’a apporté une très petite caméra et on a commencé à tourner tout de suite » au milieu des ambulances, raconte à l’AFP le réalisateur. « Ce qui venait de se passer changeait la nature de mon film. »
Il décide alors de rejoindre immédiatement le ministère de l’Intérieur pour tourner à nouveau, cette fois « sans attendre d’autorisation ».
« Après des mois de tournage, on nous connaissait, l’accord a été tacite », explique-t-il. « Nous nous sommes retrouvés là où aucune caméra n’avait jamais filmé : dans les sous-sols du ministère où il y a des espèces de bunkers ultra-sécurisés. »
Il découvre lui-même leur existence. « Personne n’en avait parlé avant, on ne s’y réunit qu’à l’occasion de crises aiguës », souligne le réalisateur. Il y reste quatre jours.
Les mois précédents, Serge Moati avait filmé le quotidien du ministre Bernard Cazeneuve, les réunions de son cabinet, ses visites de commissariats, la crise du barrage de Sivens ou celle des migrants à Calais.

Au cœur de l’événement
 
La question du terrorisme était évoquée régulièrement, dit-il, « mais ce n’était encore qu’une menace et soudain, c’était là, présent », donnant à ce tournage une tout autre dimension.
« C’était formidable d’être au cœur de l’événement. Cela me rappelait des choses de l’ordre de la fiction cinématographique, c’était irréel et en même temps, c’était mon film », se souvient Serge Moati.
A l’intérieur du bunker, les responsables et officiers – visages floutés dans le documentaire – reçoivent les informations qui remontent en permanence du terrain. Le ministre est informé en temps réel. Un écran géant de télévision retransmet les chaînes d’information continue.
Bernard Cazeneuve a « réuni tout le monde » et « décidé que personne ne sortirait avant le dénouement de la crise », raconte Moati, parlant d’un « dispositif inédit ».
Dans cette crise, ce ministre discret se révèle « une personnalité de sang-froid », souligne le réalisateur.
Dans le centre de commandement, comme sur le terrain, le GIGN (gendarmerie) et le RAID (police) travaillent pour la première fois ensemble sur une opération anti-terroriste, note-t-il.
Le 9 janvier, Amédy Coulibaly prend des otages dans l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Les frères Kouachi, en cavale, se sont réfugiés dans l’imprimerie de Dammartin.
L’assaut final simultané est coordonné depuis le centre de commandement. Le dispositif fonctionne, l’opération conjointe est un succès.
« Cela a été reconnu par tous les flics que j’ai interviewés », affirme Serge Moati. « Parfois les services sont en compétition, ils se tirent la bourre. Le GIGN s’occupe des zones hors Paris, et le RAID couvre Paris. Cela n’a l’air de rien mais cela n’avait jamais été fait. »

AFP

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete