Australie: le congrès du parti travailliste s’annonce houleux

vendredi 24 juillet 2015

Le parti d’opposition est divisé après le revirement de son chef, Bill Shorten. Il est désormais en faveur de l’expulsion des bateaux de migrants à la frontière avec l’Indonésie. Mais le parti semble plus uni sur la création d’un marché carbone et l’augmentation de la part des énergies renouvelables.
En Australie, le congrès national du parti travailliste, principale force d’opposition, s’est ouvert ce matin. Il s’agit de refondre le programme du parti à l’approche des élections générales, qui auront lieu à une date non encore choisie, entre août 2016 et janvier 2017.
Le chef des Travaillistes, Bill Shorten, a juré de vaincre les Libéraux, menés par Tony Abbott, au terme de leur premier mandat. Pour cela, il tente un coup de poker. Il a annoncé qu’il était pour l’expulsion des bateaux de demandeurs d’asile par la marine australienne, une méthode inventée par le gouvernement de Tony Abbott et plébiscitée par l’opinion australienne.
Jusqu’à présent, les Travaillistes soutenaient l’enfermement des demandeurs d’asile dans des centres de rétention à l’étranger (Nauru et Manus), mais pas l’expulsion des bateaux de migrants.
Ce revirement de Bill Shorten est considéré comme un coup de poignard dans le dos par les parlementaires travaillistes les plus à gauche. Y compris par un des principaux cadres du parti, Anthony Albanese: « Nous devons être fermes avec les passeurs de migrants, et nous assurer que les gens ne risquent pas leur vie en montant dans les bateaux des passeurs, mais pour autant, nous ne pouvons pas renoncer à nos convictions humanitaires. » 
Bill Shorten aura donc du mal à convaincre son parti. Un groupe de parlementaires travaillistes présentera d’ailleurs une motion contre l’expulsion des bateaux de demandeurs d’asile ce week-end. Pour les apaiser, Bill Shorten promet de faire campagne pour que l’Australie double le nombre de réfugiés qu’elle accueille actuellement.
Autre grand sujet de ce congrès travailliste et de la campagne électorale à venir: la lutte contre le changement climatique. Là encore, Bill Shorten a surpris, en soutenant la révision à la baisse du quota d’énergies renouvelables dans la consommation totale de l’Australie. Le gouvernement a fait passer l’objectif de 41 000 gigawatts/heure à partir d’énergies propres d’ici 2020, à 27 000 gigawatts/heure  – soit 23% de la consommation totale de l’Australie, avec la bénédiction des Travaillistes.
Voilà un coup en arrière compensé par un coup en avant: cette semaine Bill Shorten a annoncé qu’il ferait campagne pour une augmentation de la part des énergies renouvelables à 50% de la consommation totale de l’Australie d’ici 2030. Et là-dessus, Bill Shorten devrait recevoir le soutien unanime du parti travailliste.
Et surtout, s’il était élu, ses récentes déclarations laissent entendre qu’il créerait un marché carbone. La majorité a déjà réagi, affirmant que cela ferait grimper la facture d’électricité des Australiens. Le débat avec les Libéraux s’annonce donc musclé: « J’ai trois mots pour Tony Abbott: je vous attends de pied ferme! »
 
Radio Australia

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete