Australie : le Territoire du Nord crée un registre public des pédophiles

jeudi 16 octobre 2014

John Elferink, le Garde des Sceaux du Territoire du Nord, se félicite du vote de sa loi, d’autant qu’il a lui-même été victime d’un pédophile à l’âge de 13 ans : « Par exemple, si vous voyez quelqu’un rôder autour d’une école, et que vous le voyez dans la liste des pédophiles qui vivent dans la zone, vous pouvez alerter la police. Et puis le site va aussi servir aux mères célibataires qui cherchent un nouveau compagnon sur des sites de rencontres, et certains pédophiles s’introduisent ainsi dans les foyers, pour agresser les enfants de leurs nouvelles compagnes. Elles pourront vérifier que leur nouveau compagnon ne figure pas sur la liste des pédophiles. »
Cette loi a été baptisée loi Daniel, en hommage au petit Daniel Morcombe, enlevé et tué par un pédophile en 2003. Il s’agissait d’une récidive, le meurtrier, Brett Cowan, était en effet en liberté conditionnelle quand il a tué le petit Daniel. Depuis, ses parents, Denise et Bruce Morcombe, militent pour des lois plus dures contre les pédophiles, et la publication des listes de pédophiles et violeurs libérés. L’objectif numéro 1 étant d’empêcher les récidives. « Quelqu’un qui figure sur cette liste publique des pédophiles et violeurs, avec sa photo, son nom, le quartier où il vit, se sent sous surveillance, et il est moins susceptible de commettre un crime, il va essayer de bien se conduire », explique Bruce Morcombe.
 
Cette analyse n’a convaincu que le gouvernement du Territoire du Nord. Et l’Australie Occidentale, qui s’est dotée d’un registre similaire en 2012. Mais tous les autres États australiens ont refusé d’adopter un registre national public, lors du Conseil des Gouvernements des États australiens début septembre. Principalement par peur que des justiciers amateurs agressent les pédophiles et violeurs de la liste. C’est d’ailleurs pour ça que le Territoire du Nord ne divulguera pas l’adresse exacte de ces criminels libérés. Contrairement à plusieurs États américains, qui ont adopté des lois jusqu’au-boutistes. L’association des avocats pénalistes du Territoire du Nord est opposée à cette liste publique, car elle estime que montrer du doigt les anciens pédophiles et violeurs va compromettre leur réinsertion dans la société.

Radio Australia

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete