Australie : Une aide pour polluer moins

    mardi 4 novembre 2014

    Le gouvernement conservateur va récompenser financièrement les entreprises qui prendront des mesures pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Une annonce faite par Canberra deux jours avant la publication du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) (lire notre édition précédente). Celui-ci soutient que les pays peuvent maintenir l’objectif des 2°C d’élévation des températures sans pour autant freiner la croissance économique.
    Baptisé plan « d’action directe », le texte a été validé vendredi par le Sénat et sera examiné le mois prochain par la Chambre des Représentants, où le gouvernement de Tony Abbott a la majorité. Son objectif est de verser des indemnités financières aux entreprises polluantes, qui amélioreront leur efficacité énergétique.
     
    Promesse. Cette promesse de campagne de Tony Abbott, intervient après la suppression en juillet de la taxe carbone. « Nous avons tenu notre promesse en mettant en place un fonds pour la réduction des émissions, garantissant une action réelle et concrète pour atteindre nos objectifs, sans taxe carbone », a déclaré le ministre de l’Environnement, Greg Hunt. « Ce fonds peut aider à rendre nos centrales électriques moins polluantes. En ce moment, le CSIRO (équivalent australien du CNRS, NDLR) travaille à des solutions qui permettront de réduire de 30 à 50 % l’empreinte écologique des centrales électriques qui fonctionnent au charbon.»
    Selon un rapport scientifique publié le mois dernier, la Chine et les Etats-Unis sont les deux plus gros pays émetteurs de gaz à effet de serre, mais rapporté à la population, l’Australie arrive en tête des émissions par habitant. Ce fonds gouvernemental doté de 2,55 milliards de dollars australiens (210 milliards de francs) est un des volets de la politique de Canberra pour diminuer le volume des émissions de gaz à effet de serre de 2000. Mais alors que l’objectif initial était une réduction de 5 %, Tony Abbott a indiqué la semaine dernière qu’il souhaitait une révision à la baisse de cet objectif.
     
    Vulnérable. Aujourd’hui, en Australie, les trois quarts de l’électricité sont produits à partir du charbon. Le Queensland possède beaucoup de gisements, et en exporte beaucoup. Au point que début octobre, Tony Abbott déclarait que « le charbon est bon pour l’humanité. Le charbon, c’est bon pour notre prospérité, c’est l’un des moteurs de notre avenir économique, que ce soit en Australie ou dans le reste du monde. » Un hymne à cette roche largement critiqué par Achim Steiner, le Directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l’environnement. « Certaines entreprises et certains pays vont se faire beaucoup d’argent. La question, c’est : “Qui va payer l’addition et quelle génération ?” » « L’Australie est très vulnérable aux effets du changement climatique. Mais elle a aussi les moyens de les contrebalancer. Par exemple, j’admire le travail fait sur l’énergie solaire en Australie, et j’espère que cela va inspirer les autres pays, car les panneaux solaires offrent des avantages majeurs », explique Rajendra Pachauri, le directeur du Giec.
    Bill Shorten, leader de l’opposition travailliste, a fermement critiqué le texte du gouvernement, estimant que « payer les pollueurs pour qu’ils continuent à polluer est une terrible politique ». De leur côté, les Verts ont déclaré que l’exécutif n’avait « ni prévisions, ni preuves attestant que cette mesure permettrait de réduire les pollutions».
     
    LNC

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete